Réforme territoriale. « Les socialistes ont trahi la Bretagne ». M. Le Fur

Réforme_territoriale_pas_de_nouvelle_lecture
25/11/2014 – 19H00 Paris (Breizh-info.com) – 277 voix pour, 253 voix contre : c’est le résultat du vote sur le projet de loi relatif au redécoupage des régions, adopté en deuxième lecture ce jour à l’Assemblée nationale. L’Assemblée nationale adopte ainsi le projet de loi validant une carte à 13 grandes régions métropolitaines, au lieu de 22 actuellement, alors que le Sénat en proposait 15. Il fusionne l’Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne, le Nord-Pas-de-Calais avec la Picardie, et Midi-Pyrenées avec Languedoc-Roussillon, trois fusions vivement contestées. Les autres regroupements sont moins polémiques: Poitou-Charentes avec Limousin et Aquitaine, les deux Normandies, Bourgogne et Franche-Comté, Rhône-Alpes avec Auvergne.
Après un nouveau débat en commission paritaire et un nouveau passage au Sénat, le texte sera ensuite définitivement adopté avant la fin de l’année, scellant notamment le sort de la Bretagne – qui restera à 4 départements.
« Ce soir, les socialistes bretons avaient rendez-vous avec l’histoire en permettant à la Bretagne de se réunifier. Non seulement ils ont raté ce rendez-vous mais beaucoup d’entre eux ont trahi leur parole et parfois leurs convictions pour satisfaire les exigences du Parti socialiste. Ils ont préféré leur parti à la Bretagne » a déclaré Marc Le Fur après le vote solennel de la loi sur la délimitation des régions.
« Il a manqué une dizaine de voix pour faire échouer ce texte renégat. Le pire, c’est que les voix manquantes sont bretonnes, celles des socialistes bretons », poursuit le député des Côtes d’Armor. « Sur les 35 députés socialistes des cinq départements bretons, seuls Jean-Luc Bleunven (29) et Annie Le Houerou (22) ont sauvé l’honneur en votant contre ce texte de reniement. Il faut y associer les deux députés bretons du groupe écologiste, François de Rugy et Paul Molac. Quatre autres socialistes ont choisi de s’abstenir, Philippe Nogues et Jean-Pierre Le Roch (56), Jean-René Marsac (35) et Gilbert Le Bris (29). 29 députés socialistes bretons ont donc trahi la cause de réunification que beaucoup faisait leur, depuis des années. Parmi eux, Gweneguan Bui, suppléant de Marylise Le Branchu, Gwendal Rouillard, successeur et très proche de Jean-Yves Le Drian. Enfin, Jean-Jacques Urvoas qui a dit que ce texte était mauvais l’a paradoxalement voté. Ce soir, le Parti socialiste est le digne successeur du Parti jacobin. La deuxième gauche, celle des régions et de la décentralisation, celle qui a conquis la Bretagne, n’a plus de députés bretons», précise le vice-président de l’Assemblée nationale.
« Tous les députés de la Droite et du Centre des cinq départements bretons ont, quant à eux, tous voté contre ce texte. Il nous reste donc maintenant à relever le défi pour que la cause de la réunification de la Bretagne, véritable projet politique au service des Bretons, survive à cette trahison et puisse enfin voir le jour. C’est notre espérance. » conclut Marc Le Fur.

Liste des députés Bretons ayant voté CONTRE la réforme territoriale :

Finistère : Jean-Luc Bleunven,

Côtes d’armor : Annie Le Houérou et Marc Le Fur,

Morbihan : Philippe Leray et Paul Molac,

Ile-et-Vilaine :Thierry Benoit,  Isabelle Le Callennec, Gilles Lurton

Loire-Atantique : François de Rugy, Christophe Priou

Dans l’après-midi, des élus (une centaine) alsaciens et bretons (dont Christian Troadec) avaient manifesté devant l’Assemblée nationale pour protester contre la fusion de l’Alsace avec la Lorraine et Champagne-Ardenne.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2014, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

11 réponses

    1. Vous utilisez des mots auxquels il faut faire attention.
      Durant la seconde guerre, aussi ce mot était employé, mais il convient de se rappeler que des traitres (enfin ceux qui soutenaient les nazis) furent également ces bretons qui aujourd’hui, utilisent ce mot pour accuser les autres !!!!

      1. Il me semble que les bretons ont payé le prix fort à la résistance. ..drôle de manière de les recompenser…en 40 notre petite ile de Sein représentait le 1/4 de la France….vous oubliez….

      2. Evitez de jouer les vieux schnocks, apprenez ce qu’ont souffert les bretons des gouvernements français depuis Anne de Bretagne !
        Toujours trahis, toujours moqués, toujours exploités! goasdoué

  1. Ces Deputes Socialistes ont prefere leurs interets a court terme et leurs positions de courtisans plutot que de construire le Futur de la Bretagne, qui pour eux ne represente rien.

    Les Bretons ont de la memoire et la dent dure, donc rendez-vous aux prochaines elections…

  2. Il faut tout de même se faire une idée simple, c’est que les socialistes ont toujours été anti régionalistes, jacobins républicains si on veut, considérant que le régionalisme représentait une arriération de droite conservatrice par rapport au divin « Progrès ». Or ce qui traduit la complète duplicité des députés socialistes en Bretagne qui avancent avec des patronymes bretons, pour se faire mieux élire et avoir ainsi conquis la Bretagne pour le PS.

    Le comble c’est Urvoas, député de Quimper, qui a édité récemment un livre intitulé « Pour l’assemblée de Bretagne » avec en couverture une Bretagne réunifiée. Les Bretons ont de quoi être dépités. Vivant depuis quelque temps à Quimper, j’ai vite compris l’ambiguïté de l’ancien maire, Poignant qui d’emblée pour cette ville s’était fait le porte parole de l’ouverture à toutes les cultures au mépris de la culture bretonne et pour des raisons de paix sociale urbaine s’est fait le promoteur des « battles » de Hip hop.

    En fait les socialistes derrière le masque de « gôche » sont les instruments de L’Europe mondialisée. Puis les nouvelles générations de Bretons ne voulaient plus ‘assumer depuis les années soixante dix le qualificatif politique de droite radicale catho, d’où ce mouvement vers la modernité de gauche qui allait, pensaient ils, les sortir des archaïsmes de la Bretagne profonde, mais qui allaient les piéger dans ce marécage électoraliste de nouveaux caciques de gauche. Un vrai fédéralisme démocratique de l’Europe serait peut être la solution avec des référendums populaires comme les votations et les mandats non renouvelables en Suisse .

  3. J’aimerais bien connaître l’avis des gens de l’UDB, qu’est ce que ça fait que d’être cocu.
    Vont ils continuer à servir leurs Maîtres après ça …

    1. Et oui les Bretons de gauche et du PS sont les dindons de la farce, sans compter l’arrivée massive des migrants extra européens, voulue par ces mêmes élus, ce qui va d’ici quelques décennies par leur fameuse politique de métissage raboter complètement l’identité bretonne. Les Bretons aiment trop l’Afrique, mais ils risquent de disparaitre un jour, du fait de leur gentillesse antiraciste, seul reste de leur catholicisme naïf, puisqu’il y a bel lurette que la plupart d’entre eux ne vont plus dans les églises, et quant aux jeunes ils préfèrent se consacrer aux raves, histoire de déverser leur pollution sonore sur les landes celtiques.
      Je crains pour le devenir de la Bretagne et de sa culture spécifique.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS