Inferno. La dévastation de Hambourg, 1943. Par Keith Lowe

A LA UNE

Les éditions Perrin publient en ce mois de janvier la traduction d’un livre de Keith Lowe, grand historien spécialiste de la Seconde Guerre Mondiale. Intitulé « Inferno », l’ouvrage, paru en anglais en 2009, traite de la dévastation de Hambourg par les forces alliées en 1943.

En Juillet 1943, les avions alliés larguent 9 000 tonnes de bombe sur Hambourg avec l’intention de la rayer de la carte. La ville devient un véritable enfer. La plus terrible opération aérienne de la Seconde Guerre mondiale en Europe est lancée.
En quelques jours, les avions anglo-américains larguent 9 000 tonnes de bombes sur Hambourg ; plus de 40 000 civils trouvent la mort. Les autres luttent pour survivre au milieu des ruines et des cadavres, dans une ville rasée par la première tempête de feu de l’histoire de l’humanité. En Europe continentale, la destruction de Hambourg doit être considérée comme un tournant : elle a eu lieu dix-huit mois avant celle de Dresde, à une période où presque toute l’Allemagne faisait encore confiance à Hitler et ne doutait pas de la victoire finale.
A travers le récit magistral de cet apocalyptique mois de juillet – tant du point de vue des Alliés que de celui des Allemands, militaires et civils –, Keith Lowe questionne l’utilité et l’efficacité des bombardements massifs sur les villes d’Allemagne, avant d’expliquer leurs conséquences pour les Hambourgeois, notamment grâce à l’apport de sources intimes, journaux et correspondances.
Il livre ainsi l’histoire globale d’une destruction sans précédent annonçant l’âge nucléaire et Hiroshima, tout en interrogeant la légitimité du bombardement stratégique et la capacité des humains à déclencher et à survivre à l’enfer.

Un ouvrage référence pour qui veut étudier et comprendre les conséquences dévastatrices des bombardements anglais et américains sur l’Allemagne. Des bombardements dévastateurs et aveugles, qui annonçaient déjà les bombes atomiques larguées sur le Japon, mais également ceux qui seront effectués sur le Vietnam – sans parler des fameuses «frappes préventives» ou «frappes chirurgicales» dont l’armée américaine s’est fait depuis une spécialité.

Inferno – Keith Lowe – Editions Perrin – 24€

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

3 Commentaires

  1. Romain Rolland -prix nobel de la Paix 1915- écrivait dans son ‘Journal de Vézelay’ en 1941: « nul ne se fait illusion sur le caractère fanatique et barbare qu’imprimera à la guerre d’Europe l’entrée en guerre de l’Amérique … Cette nation d’hommes d’affaires et de légistes endurcis et trempés dans l »eau du Jourdain, sans entrailles et sans humanité dans le cerveau !… ».
    Tout est dit.

  2. On pourrait tenter de justifier ces massacres de civils en disant qu’ils étaient citoyens d’un pays ennemi. Mais ce serait oublier que Brest, Lorient et Saint-Nazaire ont aussi été rasées par les bombardiers américains, tandis que bien d’autres villes bretonnes comme Nantes étaient gravement endommagées. Dégâts collatéraux ? Pas seulement : à Lorient et Saint-Nazaire, faute de pouvoir percer le béton des bases sous-marines, on a délibérément tenté de supprimer les civils sans lesquels elles ne pouvaient fonctionner.

  3. Vous les reconnaitrez à leurs fruits. Et certains vont encore parler des siècles de l’obscurantisme. L’homme livré à l’homme voilà le pire des châtiments.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés