Angela qui ? n’a pas attiré les foules au Mémorial de Nantes

Angela qui ? n’a pas attiré les foules auAngela qui ? n’a pas attiré les foules au Mémorial de Nantes Mémorial de Nantes

11/05/2015 – 07H00 ‑ Nantes (Breizh-info.com) ‑ En 2005, par un de ces contre-pieds abracadabrantesques dont il avait le secret, Jacques Chirac avait décidé de faire du 10 mai une journée nationale de commémoration de l’abolition de l’esclavage. Qualifiée par certains de « franchouillarde », car les Nations Unies célébraient déjà une Journée internationale pour l’abolition de l’esclavage, le 2 décembre, cette initiative tombait pile pour Nantes : son conseil municipal avait décidé depuis 1998 d’ériger un monument rappelant qu’elle avait été la première ville négrière de France au 18e siècle.

Après maintes péripéties, le Mémorial de l’abolition de l’esclavage avait été ouvert à Nantes le 25 mars 2012 — un peu précipitamment mais à temps pour la campagne présidentielle. Avec en invitée vedette Christiane Taubira, alors députée de Guyane, que Jean-Marc Ayrault ferait entrer dans son gouvernement deux mois plus tard.

Nantes ne sera pas restée longtemps la capitale française de l’abolition de l’esclavage : avec l’inauguration du Mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre ce 10 mai 2015, son propre Mémorial se trouve ramené aux dimensions d’un ouvrage provincial. Le Mémorial ACTe n’est pas seulement plus grand, il est situé sur les lieux même où les esclaves africains étaient débarqués et exploités. Et, inauguré par le président de la République, il bénéficie d’emblée d’une plus grande solennité. Christiane Taubira ne s’y est pas trompée : cette année, elle n’était pas à Nantes mais aux côtés de François Hollande à Pointe-à-Pitre.

Nantes a néanmoins cherché à faire bonne figure en invitant à sa propre célébration du 10 mai 2015 une personnalité internationale : Angela Davis. « Angela qui ? » demandait un jeune adulte. Pour sa génération, le prénom Angela évoque plutôt la chancelière allemande. Angela Davis n’est guère connue aujourd’hui que des plus de 60 ans pour son activisme politique dans les années 1970. Comme militante des droits de l’homme, assure-t-on pudiquement à Nantes aujourd’hui. Comme dirigeante du parti communiste des États-Unis avant la chute de l’URSS, rappellent ceux qui ont la mémoire plus longue. Aujourd’hui revenue à une semi-obscurité, elle se consacre surtout à la lutte contre les peines de prison, qu’elle a assimilées à l’esclavage dans son discours nantais ce dimanche.

Malgré le beau temps et la perspective d’un vin d’honneur et d’un spectacle musical gratuits, seules quelques centaines de personnes sont venues au Mémorial écouter Angela Davis.

Memorial100515

GospelsRiversAprès le discours d’Angela Davis, le groupe Gospel Rivers a entonné des cantiques célèbres, pas très respectueux de la laïcité municipale mais agréablement exécutés.

Crédit photo  : Breizh-info, DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

2 réponses

  1. Dans ce pays, il y a de l’argent à jeter par les fenêtres et un ramassis d’improductifs notoires en ont parfaitement conscience pour profiter des subventions.

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !