immigration

04/11/2015 – 07H00 Saint-Brieuc (Breizh-info.com) – Vendredi soir, une vingtaine d’immigrés soudanais en provenance de la jungle de Calais arriveront à l’AFPA de Saint-Brieuc (Langueux) . L’établissement, initialement réservé à la formation professionnelle pour adultes et à l’insertion, est situé 29 Rue des Madières et compte en effet des places disponibles qui vont donc être mises à disposition de ces populations.

Le mythe de la famille de réfugiés s’effrite

Initialement, Christophe Donon, directeur de la stratégie de l’AFPA, avait pourtant affirmé : « il s’agit principalement de Syriens, d’Érythréens ou d’Irakiens, dont la presque totalité devrait obtenir le statut de réfugié.». Or il se trouve qu’à Calais, les immigrés arrivent majoritairement d’Afrique subsaharienne et rien ne permet réellement d’établir s’ils sont des persécutés politiques ou des fuyards économique en quête de l’Eldorado social européen.

Pour la Bretagne, une centaine de chambres devraient être mises à disposition par l’AFPA dans les prochaines semaines ( possibilité d’une vingtaine à Loudéac, d’une trentaine dans le Finistère entre Morlaix et Brest, les disponibilités en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan n’étant pour le moment pas finalisées).

Cette arrivée nous a été confirmée par Monika Boussidan, directrice des services et moyens généraux en Bretagne, ainsi que par Evelyne Bonnet, directrice de l’AFPA Saint-Brieuc. « Tout sera fait pour que cela se passe bien », nous confie Mme Boussidan. « Toute notre équipe, nos salariés, sont mobilisés aux côtés de la commune de Langueux, de la paroisse, des associations, pour accueillir ces réfugiés dans des conditions respectables » explique Madame Bonnet.

Ces immigrés devraient restés 5 mois dans le Centre ; « visiblement, certains souhaitent faire une demande d’asile, d’autres souhaitent rejoindre l’Angleterre, c’est un peu flou pour le moment, nous avons été prévenu il y a peu » poursuit-t-elle.

Les Soudanais, des jeunes hommes en très large majorité comme nous l’a confirmé Mme Boussidan – ce qui fait à nouveau tomber le mythe des familles de réfugiés fuyant la guerre –  seront logés dans des chambres individuelles ou collectives.

«Depuis la réforme sur la décentralisation de la formation professionnelle, nous avons des capacités d’accueil trop grandes par rapport aux moyens financiers et humains que  nous possédons. C’est la raison pour laquelle de nombreuses places d’hébergement – normalement destinées à accueillir des stagiaires – sont vacantes » explique Mme Bonnet qui nous confie : « nous n’avons toutefois pas vocation à garder ces nouveaux arrivants trop longtemps ».

« Il va falloir se serrer »

En attendant, « il va falloir se serrer », nous dit Mme Boussidan qui explique que « l’Etat veut vider la Poche de Calais, c’est pour cela que l’AFPA, qui a aussi un devoir de solidarité et d’insertion, est mobilisée, aux côtés de Coalia ». Coalia que l’on retrouve sur tous les fronts, à tous les échelons de la vie publique, pour ce qui est de la gestion des immigrés sur le territoire français.  « Nous allons faire en sorte que tout se passe bien ». Bien au courant que le public accueilli sera en majorité de confession musulmane, cette dernière affirme : « tout doit être mis en oeuvre pour tenir compte de leur culture, de leur religion. Nous avons une cantine – fermée le week-end et qui sera remplacée par une cuisine collective avec des frigos séparés – et nous allons faire en sorte de proposer des menus qui respectent les différents interdits religieux ou culturels. »

Elle non plus ne sait pas « s’il s’agit de réfugiés politiques ou économiques » mais selon elle, l’AFPA a « un devoir d’accueil et des valeurs fortes». Au détriment des stagiaires et des Français dans la difficulté ? « La misère ne doit pas être mise en concurrence.  Nous nous engageons à ce qu’aucun stagiaire de l’AFPA ne soit lésé par rapport à ces arrivées » poursuit la directrice régionale, toutefois bien consciente des nombreuses incertitudes qui pèsent autour de ces populations, aux moeurs et aux coutumes fondamentalement différentes de celles des Européens.

Jocelyn (ndlr : prénom modifié à sa demande car ne souhaitant pas être en porte à faux vis à vis de l’AFPA) , stagiaire sur le site de Langueux, est étonné : « je n’ai aucun problème de logement. L’AFPA propose d’ailleurs le logement gratuit à ses stagiaires. Mais quand même, on se pose des questions. Rien que dans ma famille, j’ai des personnes qui n’arrivent pas à avoir de logements sociaux. C’est assez écoeurant de voir que d’autres, qui n’ont même pas la nationalité française, bénéficient de cela directement par la volonté de l’État ».

C’est effectivement « l’État qui paye » comme le dirait François Hollande bien que dans ce cas précis, l’AFPA fasse « cadeau » du coût du logement, seuls les repas étant facturés. C’est le gouvernement, via les préfectures,  qui réquisitionne, ordonne, met en oeuvre la diffusion de l’immigration dans des régions jusqu’ici préservées. Le tout en s’appuyant sur Coalia, dont la main mise financière sur la question de l’immigration pose question.  Et bien entendu, en mettant la main à la poche pour arroser financièrement des communes dont certaines pourtant rencontrent déjà de larges difficultés financières .

La mise en place de cette politique de diffusion migratoire sur l’ensemble du territoire de la France périphérique bénéficie également de la participation active d’une partie de l’Eglise de France et d’associations subventionnées (caritatives, aide aux migrants, contre les discriminations …) qui bien qu’archi minoritaires, retrouvent là une deuxième jeunesse. Principale concernée, la population autochtone n’est par contre pas consultée…

Photo : DR (Express)
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

5 Commentaires

  1. Vous vous trompez lourdement. Il s’agit d’une photo prise dans la jungle de Calais par le journal anglais « Express » comme indiqué. Il y a de nombreux autres clichés, beaucoup plus agressifs, pris lors des émeutes là-bas . Les africains qui arrivent à partir de Vendredi viennent de Calais.
    Ne pas vouloir voir la réalité, c’est un droit, ça ne permet toutefois pas d’accuser les autres de paranoia.

    • Deux unes sur trois sont consacrées aux immigrés, clandestins, réfugiés voire plus. Si je ne nie pas l’importance d’en parler, je m’étonne que dans la partie « à la une », on ne voit que ça, avec une avalanche de photos d’Africains. Ça saute aux yeux comme on dit et ça fait vraiment propagande. Ça vire à la monomanie. Pourtant l’actualité bretonne est riche et bien d’autres sujets pourraient être mis à la une, il me semble. Juste une remarque d’un lecteur fidèle de Breizh Info.

  2. Personnellement, je trouve normal qu’il soit question de l’immigration tous les jours… car le problème se pose tous les jours et de manière permanente. Ce n’est pas comme un accident, qui fait partie du passé dès qu’intervenu : ces Soudanais promis à la Bretagne engagent notre avenir (d’autant plus que, on le voit dans votre article, tout va être fait pour leur permettre de conserver leur identité — et les résultats des sociétés « pluralistes » au Moyen-Orient, dans les Balkans ou en Afrique, on ne peut pas considérer ce fait comme anodin). Donc, merci d’en parler souvent !

  3. On ne veut pas de cette racaille chez nous, non, non et non !!! Merci à certains médias d’en parler, on est chez nous, on bosse et surtout on paye, eux ils viennent juste là afin de profiter du système, n’ont aucune éducation, sont sales et parasites, alors à tous les bobos de gauche, collabos du gouvernement Hollande, si vous en voulez, prenez les chez vous, dans votre jardin et même dans votre chambre à coucher si ça vous fait plaisir, libre à vous de contacter des maladies si ça vous chante mais cessez de critiquer ceux qui osent, et heureusement, il y en a, exprimer leur refus face à cette invasion malfaisante, et oui, comme en 1940, car il s’agit bien de ça, n’en déplaise à certains, nos anciens se sont battus pour notre liberté, notre souveraineté et aujourd’hui nous devrions régresser sous le joug de peuplades moyenâgeuses ?
    Les vrais fascistes ce sont ce gouvernement pourri, aucun référendum ni autre, impose sa m… au peuple de France !!! Alors le monde des « bisounours », c’est bon…

Comments are closed.