23/12/2015 – 05h30 Ile-de-France (Breizh-info.com) –  Focalisée sur les trois grandes formations – PS, UMP/LR et FN – et surtout d’ailleurs sur la dernière, l’attention des médias lors des régionales n’a que très peu été portée sur les petites listes. C’est dommage : sous le radar, en Ile-de-France, un parti communautariste musulman a fait des résultats remarqués dans plusieurs grandes villes, et notamment les quartiers dits « sensibles ». Par endroits, il tutoie, voire dépasse la barre des 5%.

Créée en 2012, l’UDMF (Union démocratique des musulmans de France) ne compte début 2015 que 1000 adhérents – selon le mouvement lui-même qui revendique aussi 6000 sympathisants. Et un élu, Nizarr Bouchada, chef de l’opposition municipale à Brie-Comte-Robert (77) où il a été élu avec les voix des électeurs UMP et UDI. Il était aussi la tête de liste aux régionales d’Ile de France. Le parti a été fondé par un binational franco-marocain, Naguib Azergui.

Bien que le mouvement ait fait une campagne à très petit budget (7000 €) et n’ait imprimé que 200.000 des 14 millions de bulletins nécessaires, il a fait des scores remarqués dans plusieurs grandes villes sur lesquelles il a concentré ses bulletins disponibles : 5,9% à Mantes La Jolie, 4,71 % à Villetaneuse, 4,58 % à Chanteloup les Vignes, 4,38% aux Mureaux, 4,4% à la Courneuve, 4,2% à Trappe, 3,72 % à Villeneuve la Garenne, 3,70 % à Stains, 3,66% à Montereau, 2,91 % à Bobigny. Ces villes sont connues pour leurs quartiers « sensibles » à forte densité de population d’origine nord-africaine. Le parti s’est déplacé dans plusieurs villes franciliennes, a fait campagne sur Facebook (la page a 7700 likes), dans quelques médias nationaux et sur plusieurs médias communautaires (France Maghreb 2, Oumma TV, etc.).

A Mantes-la-Jolie, l’UDMF atteint 8.22% des voix dans le bureau 13 situé près de la gare et dépasse 9% des voix dans les bureaux 14 à 21, tous situés dans le quartier très « sensible » du Val Fourré. A Sartrouville, dans les deux bureaux de l’école Paul Bert – en plein dans le quartier de la Cité des Indes –, l’UDMF obtient respectivement 6,16 et 11,70% des suffrages ; dans le bureau de la maternelle Desnos, dans la même cité, le parti atteint même 17.6%. A Poissy, il enregistre un record de 16% dans le bureau de la maternelle Fournier, aux Migneaux, un quartier excentré au sud-ouest de la commune. Dans plusieurs autres bureaux le parti dépasse la barre des 5% : 9,09% et 7,08% aux deux de la maternelle Ronsard, 7,67% à celui de la primaire Montaigne, 7,94% à la maternelle Pascal. Ces résultats doivent cependant être nuancés : la très faible participation dans de nombreuses communes franciliennes permet de bons scores avec peu de voix. Ainsi, le record de 16% dans un des bureaux de Poissy est fait… avec 9 voix, avec une participation inférieure à 24%. Et sur les deux bureaux de la maternelle Ronsard, l’UDMF a respectivement 24 et 17 voix. Et dans trois bureaux de Villetaneuse, à peine une quinzaine de voix suffisent à l’UDMF pour dépasser les 5%.

Un parti musulman qui se dit « non confessionnel »

L’UDMF récuse tout lien avec les salafistes – dont fait partie en Bretagne l’imam de Brest, Rachid Abou Houdeyfa, prédicateur célèbre sur le net, et pas seulement pour ses propos sur ceux qui écoutent la musique. Dans une interview accordée à nos confrères du Parisien Nizarr Boucharra affirme que « nous sommes un parti laïc et non confessionnel qui défend le vivre-ensemble », mais deux lignes avant remarque qu’il a quitté l’UDI pour l’UDMF car « en tant que citoyen de confession musulmane [il a ] ressenti le besoin de lutter contre la montée des actes islamophobes ». Du reste, l’UDMF entend suivre l’exemple du PCD (Parti chrétien démocrate), pâle copie française de la CDU allemande, et devenu un satellite de l’UMP sans grande importance, à l’exception de quelques endroits.

Parmi les idées de l’UDMF il y a le développement de la finance islamique et du halal. Le parti, qui cite l’entreprise bretonne Doux (point 7 du programme économique) dont le Halal représente le gros des profits, souhaite « créer un label halal avec la qualité des produits du terroir français afin de devenir les leaders mondiaux dans ce domaine » et développer la capacité exportatrice de l’agroalimentaire français dans ce domaine. Le parti souhaite aussi « reconnecter » les quartiers sensibles au reste du pays – il faut croire que les milliards d’euros déversés chaque année en politiques de rénovation urbaine et de soutien social ne suffisent pas – et généraliser l’enseignement de l’arabe dans le secondaire. L’UDMF se positionne aussi pour « rendre à la femme ses pleins droits », tout en remarquant que « au final, un état dit démocratique et laïc, interdisant à une élève voilée d’avoir accès à la connaissance, à une nounou portant le voile de garder des enfants, est en total contradiction avec nos valeurs présumées» Le droit de vote des étrangers est aussi défendu, ainsi que la « lutte contre tous les racismes, sans hiérarchisation ».

A noter aussi, la présence de l’UDMF dans la « marche de la dignité » pour Zyed et Bouna le 31 octobre 2015 ; cette manifestation commémorait aussi « dix ans de révolte des quartiers ». Les émeutes de 2005 ont provoqué la mort, dans l’anonymat, de quatre civils dont deux Bretons – pas d’associations gauchistes ou communautaires pour les pleurer, ceux-là, ni rappeler leur souvenir dix ans après – et près de 200 millions d’euros de dégâts en trois semaines. Plus de 9000 véhicules avaient été brûlés, ainsi que des dizaines de bâtiments publics, des entreprises et des bus. 56 policiers avaient été blessés.

Malgré l’échec à Bobigny et Marseille, l’UDMF prépare 2017

Le parti avait envisagé de se présenter aux cantonales de 2015 dans le canton de Marseille-1 où il espérait toucher 8 à 9% de l’électorat. Les candidats pressentis ont fini par jeter l’éponge ; parmi les quatre titulaires et suppléants, il y avait notamment un converti. Le parti envisageait aussi de présenter des candidats aux Mureaux (78), à Bagneux (92) et Lyon.

Sans succès aussi, l’UDMF a tenté de candidater à Bobigny, préfecture de la Seine-saint-Denis. Décrits comme « des ovnis qui peinent à se faire connaître» par un responsable communautaire musulman de ce bastion communiste, les militants UDMF ont jeté l’éponge. La tête de liste pressentie, un certain Kamal Moumni avait comme projet de créer un « grand musée de l’histoire coloniale » à Bobigny. Un média algérien consacrait à cette candidature une chronique aussi vitriolée qu’ironique.

Ces deux échecs d’implantation locale n’empêchent pas l’UDMF de se préparer « avec sérénité » aux échéances électorales de 2017. Le parti communautaire espère avoir plusieurs candidats aux législatives et rassembler les parrainages nécessaires pour présenter un candidat à l’élection présidentielle.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

6 Commentaires

  1. « mouv »ement démocratie musulman » mais de qui se moque-t-on ? quant à longueur de coran nous avons la preuve que c’est un non-sens il n’y a que que nos gouvernant illétrés pour la plupart puisqu’ils collaborent indument à cette affirmation musulman democrate mais non je demande à tous ces gouverants incolmpétents de lire voire de RELIRE LE CORAN AFIN QU ILS SOIENT AUFAIT DE CETTE DITE RELIGION (qui n’en n’est pas une parce que THEOCRATIQUE°seulement)NOUS SOMMES UNE REPUBLIQUE LAIQUE LA RELIGION NOUS LA PRATIQUONS EN PRIVE SEULEMENT? relire la vie de JEAN JAURES MESSIEURS LES SOCIALISTES ET NE NOUS ENFUMEZ PLUS AVEC VOTRE ISLAMO COLLABORATION vous êtes entrain de lapider TOUTES NOS VALEURS REPUBLICAINE ET LAIQUES vous aurez des comptes à régler avec le peuple français, et au fait je saute du coq à l’ANE LIRE l’ENA LE PRESIDENT MOIJEU avait bien déclaré que s’il n’arrivait pas à inverser la courbe du chomage il démissionnerait ? QU EN EST IL S IL VOUS PLAIT APR7S NOUS NOUS OCCUPERONS DU MOUVEMENT MUSULMAN DEMOCRATIQUE SOYEZ EN SURS

  2. Deux commentaires :
    – ECRIRE EN MAJUSCULES est sur Internet, un manque de respect pour les autres et rend la lecture très difficile. Mais pour ce qu’il y a à lire !!!
    – Refuser à une religion de posséder des citoyens regroupés en mouvement démocratique alors que les autres y sont droit, s’appelle du racisme.

    • Le racisme n’est pas affaire de religion. Je vous renvoie à un dictionnaire.
      Dommage par contre que l’article se cantonne à une attaque pure et simple de ce parti parce que « communautariste musulman ». Le discours « vilains pas beaux », ça va un temps, mais la simplicité n’amène jamais grand chose. Il aurait été plus intéressant de savoir pour qui roulait ce parti. Satellite d’un gros parti français ? Antenne du CCIF ? Autre ?

    • Les autres ? Le PCD n’est pas un parti catholique, mais un satellite de l’UMP qui sert de monnaie d’échange à Mme Boutin, et quelques autres types dans son parti.
      Les juifs n’ont pas de parti. Pas plus que les protestants ou les orthodoxes.

      Heureusement. C’est déjà assez bordélique comme ça.

  3. « Qui a le droit de dire que la France dans
    trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne
    dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous
    nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale
    fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce
    qu’est l’identité française » Discourt de Marwan Muhammad (CCIF) d’août 2011, à
    la mosquée d’Orly. Source :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Collectif_contre_l%27islamophobie_en_France

  4. Ah, c’est un parti politique dans plus pure tradition française alors. Incohérent, menteur, hypocrite.
    Ca ne change pas le fond de la question. Pour qui roule-t-il, ce micro parti ?

Comments are closed.