L’université Bretagne Loire officiellement créée

A LA UNE

10/01/2016 – 06h10 Bretagne (Breizh-info.com) – Les universités et écoles de Bretagne, d’Anjou et du Maine sont officiellement réunies au sein de la communauté d’universités et d’établissements « Université Bretagne Loire ». Le décret créant cette communauté et approuvant ses statuts est sorti le 8 janvier. C’est aussi une nouvelle brique du « grand ouest » propulsé par les technocrates et les décideurs politiques qui se met en place, ce qui promet des lendemains difficiles pour un ensemble si important qu’il ignore le dicton « qui trop embrasse, mal étreint ».

L’Université Bretagne Loire regroupe 160.000 étudiants, 6.600 enseignants chercheurs et 6.500 personnels administratifs et techniques sur l’ensemble des deux régions administratives Bretagne et Pays de Loire. Les établissements d’enseignement supérieurs suivants en font partie : l’Ecole centrale de Nantes, l’Ecole des hautes études en santé publique, l’Ecole nationale d’ingénieurs de Brest, l’Ecole nationale supérieure d’arts et métiers, l’Ecole nationale supérieure de chimie de Rennes, l’Ecole nationale supérieure des mines de Nantes, l’Ecole nationale supérieure des techniques avancées Bretagne, l’Ecole nationale vétérinaire, agroalimentaire et de l’alimentation Nantes-Atlantique, l’Ecole normale supérieure de Rennes, l’Ecole supérieure d’agriculture, le Groupe des écoles nationales d’économie et statistiques, l’Institut d’études politiques de Rennes, l’Institut Mines-Télécom, l’Institut national des sciences appliquées de Rennes, l’Institut supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage, l’Université d’Angers, l’Université de Brest, l’Université de Bretagne-Sud, l’Université du Mans, l’Université de Nantes, l’Université de Rennes-I et l’Université de Rennes-II. Il faut y ajouter par ailleurs l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, le Centre national de la recherche scientifique, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, l’Institut national de recherche en informatique et en automatique et l’Institut de recherche pour le développement.

L’Université Bretagne Loire rejoint ainsi 20 autres communautés d’universités et d’établissements  dont neuf sont situées à Paris et en Ile-de-France. La création de l’ensemble britto-angevin d’enseignement supérieur emporte en même temps la dissolution de l’Université européenne de Bretagne et de l’université Nantes-Angers-Le-Mans qui jusque là regroupaient les établissements des deux régions administratives.

Si la taille de l’Université Bretagne-Loire (UBL) paraît respectable, son avenir n’est toutefois pas assuré. En mai 2015, pour la seconde fois, elle a été recalée  à l’Idex (Investissement d’avenir, initiatives d’excellence). L’obtenir lui aurait permis de toucher 17.5 millions d’€ par an et de bénéficier d’une reconnaissance internationale. Le jury de chercheurs internationaux qui évaluait le projet de l’université Bretagne-Loire l’a recalé surtout à cause de la trop grande dispersion des établissements : « Le modèle fédéral proposé n’est pas propice à la construction d’une entité mondiale avec une grande visibilité internationale. Malgré l’excellente capacité scientifique, la taille de la zone géographique couverte par le projet couplé à la complexité institutionnelle proposée, n’est pas propice à la transformation. » Un échec qui pourrait pousser l’UBL a faire une croix sur la compétition des IDEX… ou au contraire à présenter trois projets centrés sur Rennes, Nantes-Angers et Brest, plutôt qu’un seul.

Photo : DR
Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Saint-Brieuc. 6 à 12 mois de prison pour la fratrie de cambrioleurs

​Mais qui a éduqué ces individus ? A Saint-Brieuc jeudi 16 septembre, quatre frères ont été condamnés à des...

Hôpital de Quimperlé. Trois médecins urgentistes bientôt en moins du fait de la tyrannie sanitaire ?

L"information vient des syndicats, et a été révélée par Le Télégramme. Trois médecins urgentistes manqueraient à l'appel depuis le...

2 Commentaires

  1. « Bretagne-Loire » ??!!…mais la Loire a toujours coulée en Bretagne..d’ Ancenis (du Breton An Kinis’)..a Montoir-de-Bretagne/St.Nazer-Penhouet’..pour se jeter dans la mer !.
    il faudra simplifier donc par « Université de Bretagne »..suffisant !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés