Notre Dame des Landes : l’UMPS se porte bien

aeroport_nddl_tullaye

22/03/2016 – 05h00 Notre-Dame-des-Landes (Breizh-info.com) – On ne parle pas suffisamment du syndicat mixte aéroportuaire du grand Ouest. Dans le projet de construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, il n y a pas que Vinci à la manoeuvre.

Le SMA a pour mission la préparation de la desserte en transports collectifs, l’aménagement et le développement des territoires concernés, la promotion de la réalisation du futur aéroport du Grand Ouest, le suivi de la participation des collectivités au financement de la plateforme aéroportuaire ainsi que le contrôle aéroportuaire.

C’est ce qu’indique Jacques Auxiette dans sa brochure « aéroport du grand Ouest : pourquoi j’y crois ».

Le syndicat mixte aéroportuaire du Grand Ouest regroupe vingt-deux collectivités territoriales et établissements publics de coopération intercommunale :

deux régions (Bretagne et Pays de la Loire), cinq départements (Ille et Vilaine, Loire-Atlantique, Morbihan, Maine et Loire, Mayenne) cinq agglomérations ( Nantes Métropole, CARENE, Cap atlantique, Rennes Métropole, Angers Métropole) et dix communautés de communes (Loire et Sillon, Erdre et Gesvres, Pays de Pontchâteau Saint Gildas des Bois, Région de Blain, de Nozay, Coeur d’estuaire, Redon, Derval et Castelbriantais).

Le coût total de la construction serait de 561 millions d’euros, 446 millions seront consacrés à la construction de l’aéroport à proprement parler, 34 millions concerneront les équipements de navigation aérienne et 81 millions reviendront à la construction d’une route de desserte.

Ces réalisation sont financées majoritairement par la concessionnaire (Vinci) puisqu’il prend en charge 315 millions de dépenses (plus de 70% du coût de la plateforme) contre 130,5 pour l’État et 115,5 pour les collectivités territoriales.

Au sein de cette enveloppe de 115,5 millions prise en charge par les collectivités territoriales, la part de la Région Pays de la Loire est de 40,4 millions d’euros, soit 7,20% budget total de la construction. Parmi les autres collectivités concernées, Cap Atlantique investira 2 millions, la Carene 2,9 millions, Nantes Métropole 17,9 millions, le Département de Loire-Atlantique 23,1 millions et la Région Bretagne, 29,9 millions d’euros.

Comme toujours, dans ces grands chantiers, il faut compter avec les inévitables dépassements et les oublis. Par exemple, le projet de liaison tram-train, soit 17 km de voie ferrée qui doivent relier l’aéroport à la voie Nantes-Châteaubriant . Mais aussi la ligne TGV Nantes-Rennes (une centaine de kilomètres avec gare souterraine à l’aéroport), qui doit entrer en service vers 2030 ! Il faut également citer les « voiries départementales et communales » , le contournement des villes et les échangeurs qui vont venir s’agglutiner, au fil du temps, à l’aéroport .

Nul doute que le contribuable sera invité à régler la facture de tous ces suppléments ; il se trouvera certainement quelques fins connaisseurs des dossiers pour creuser cette question et chiffrer ces coûts dont les partisans de la construction de l’aéroport se gardent bien de parler.

Tout naturellement la place de président du SMA revient au président du conseil régional des Pays de la Loire, le plus gros contributeur des collectivités territoriales. Bruno Retailleau (LR) a donc succédé à Jacques Auxiette (PS). On avait remarqué que le futur président avait fait de la construction de l’aéroport son cheval de bataille pendant la campagne électorale. A peine élu, il va rencontrer Manuel Valls pour affirmer que « l’’impunité ne peut plus durer : Notre-Dame-des-Landes n’est pas en dehors de la République, l’autorité de l’État doit s’appliquer».

Il a lancé dans la foulée une pétition pour exiger l’évacuation de la ZAD.

Si, avec le retour de la droite aux affaires en 2017, Bruno Retailleau devenait ministre de l’Intérieur, ce serait la fête des zadistes ! A moins que ce ne soit un professionnel de la gonflette. Ce farouche guerrier du béton-goudron appartient évidemment au Système.

La composition du bureau du SMA le montre : la droite et la gauche savent s’arranger et se partager les postes. En effet le président Retailleau est entouré par trois vice-présidents de gauche : Philippe Grosvalet (PS), président du Conseil Général de Loire-Atlantique ; Gérard Lahellec (PCF), vice-président du conseil régional de Bretagne chargé des transports ; Johanna Rolland (PS), présidente de Nantes Métropole.

Ces grands élus disposent de moyens importants en matière de communication et pour Françoise Verchère, porte-parole des anti-aéroports, la partie est forcément inégale.

Mais, dans la Bible, on nous raconte le combat singulier qui opposa David au géant Goliath …

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

30 réponses

  1. Bruno Retailleau n’est pas un bleu ! Il appuie là où ça fait mal. S’il réclame tant l’évacuation de la ZAD, c’est qu’il la sait (la savait ?) improbable, en tout cas jusqu’à l’élection présidentielle de 2017. Cela lui permet de s’opposer en soulignant la pusillanimité du président de la République et du gouvernement. Et si par hasard elle se faisait, il aurait beau jeu de dire : « Voyez, moi, Bruno Retailleau, j’ai obtenu en quelques mois ce que Jacques Auxiette n’avait pas été capable d’obtenir en plusieurs années ».
    La perspective d’un référendum change la donne de la communication. En renvoyant la décision au peuple, Il coupe l’herbe sous le pied du sénateur de Vendée : si l’aéroport ne se fait pas, ce n’est plus à cause de Hollande, et s’il se fait, ce n’est plus grâce à Retailleau ! Et en prétendant faire voter la seule Loire-Atlantique (en dehors de toute logique : comme vous le dites bien, la Loire-Atlantique n’est pas le seul territoire concerné), Manuel Valls marginalise encore plus Bruno Retailleau. Qui ne s’y est pas trompé : il a tout de suite condamné le principe d’un référendum.

  2. On a l’impression dans ce dossier que tout le monde avance sous un « faux-nez » Ce que je constate, c’est que le seul bénéficiaire de l’affaire, quoi qu’il arrive, est le groupe Vinci, actionnaire à 85% de AGO (Aeroports du Grand Ouest) Si NDDL se fait, c’est lui qui récupère la concession pour 55 ans tout en bénéficiant d’environ 40% de subventions publiques pour la construction. Si l’affaire ne se fait pas, il garde l’exploitation de l’aeroport actuel de Nantes, tout en empochant une somme de l’ordre de 350 millions d’euros au titre du dédit. Le pari n’est pas vraiment risqué.

  3. Aaaaah! Toujours ce Mr Morvan Bernard! Je ne sais pas ce que vous faites dans la vie, mais quelle incompétence sur ce sujet! Et oui, il va falloir faire une ligne Ferrée et autres accès à l’aéroport: le truc, c’est que si on be le fait pas à NDDL, il faudra le faire à Nantes Atlantique!!! Et vue l’urbanisation autour, entre les contraintes techniques et le budget, ce sera pire! Et bien oui, mon cher monsieur! Savez vous qu on a jamais autant vendu d’avions, alors que le trafic augmentait déjà de 5% par an en moyenne, et beaucoup plus à Nantes. Savez vous qu’il aura plus que doublé dans 20 ans?!!!
    En réalité, Mr Morvan, ce qui est vraiment ridicule, c’est que vous comparez l’incomparable, comme le fait mme Verchere d’ailleurs, et c’est bien ridicule!
    Quoiqu’il arrive, NDDL ou Nantes Atlantique devront être tous 2 mieux desservis pour répondre aux besoins futurs!!! Un autre pont tant qu’on y est! Mais c’est valable dans les 2 CAS! Quel raisonnement absurde, c’est consternant tout de même! Des arguments tout en carton! Ceci dit tant mieux, cela donne plus de crédit (et de crédibilité aussi!) aux pro aéroports;)

    1. Sur la desserte de l’aéroport, vous avez tout à fait raison : que l’aéroport reste en place ou déménage, il devra être desservi par le rail. Et cela soulève une question : pourquoi Nantes Atlantique n’est-il pas DEJA desservi depuis longtemps ? Les rails sont là ! La ligne Nantes-Pornic passe juste au nord de la piste et les voies de desserte de la zone industrielle sont à une centaine de mètres de l’aérogare. Il ne serait pas difficile non plus de prolonger la ligne 3 du tram jusqu’à Nantes Atlantique ; il faudrait cependant construire un nouveau franchissement du périphérique. Alors, pourquoi ces possibilités n’ont-elles été retenues ni l’une ni l’autre ? La réponse est évidente : pour ne pas améliorer l’attractivité de Nantes Atlantique.

      1. Bien vu pour la ligne Nantes-Pornic.
        Mais bon, les pros mentent ou ignorent tellement les faits qu’ils ne doivent même plus s’en rendre compte, ça devient une 2nde nature. Ou sont dans le déni.

      2. Pas autant que les antis;)
        C’est encore une fois l’hôpital qui se moque de la charité! Mais dites moi, An, clairement, pourquoi etes vous contre NDDL?

      3. Dans l’ordre…
        Écologie.
        Démocratie.
        Économie.
        Diversité culturelle.
        Chaque point méritant de longs développements, mêlant ambitions et réactions.
        Cet aéroport est à la fois un simple parking et une philosophie du monde, un choix de civilisation.
        Être contre ce projet, c’est d’abord défendre ces points pour permettre de développer le domaine du possible. C’est être progressiste et visionnaire.
        Certainement pas le statu quo, le conservatisme, le manque d’ambition, d’imagination, de courage et de volonté représentés par les partisans, dont les naïfs de bonne volonté se berçant d’illusions, quand ceux aux manettes les manipulant se vautrent dans le cynisme.

      4. Donc vous dites que ceux qui pensent le contraire de vous sont des naïfs! N’avez vous pas compris que partisans et antis se font manipuler?! C’est bien dommage!!
        la réalité: dans les 2 côtés beaucoup sont manipulés: pour ou contre.
        Si le projet ne se fait pas ce sera entre autres à cause de manipulateurs. Et c’est vrai aussi dans l’autre sens.
        Personnellement, être progressiste et visionnaire, d’abord n’exclut surtout pas d’être réaliste, inclut des sacrifices, entrairnera des aubaines pour les opportunistes, mais pour moi c’est tout l’inverse de votre pensée!
        Être contre ce projet, pour ces raisons, j’estime que c’est tout sauf être visionnaire et progressiste, bien au contraire!
        Et ce malgré les tentatives de manipulation, mais encore une fois elle touche les 2 côtés soyez en bien consciente!

    2. Vous êtes sérieux ? Vous prétendez vraiment ne pas faire de propagande, de désinformation active ?
      Ou bien vous êtes victime parce que vous ne connaissez pas Nantes ?
      Entre le terminus du T3 et NA, il n’y a même pas 3kms. Et rien qui empêche de les relier (mais 3kms doivent représenter un coup pharamineux, dans votre monde).
      Vous racontez décidément n’importe quoi.
      D’ailleurs, vous crachez sur les pilotes et aiguilleurs du ciel (qui font des métiers pas donnés à tout le monde). Mais c’est le lobby des taxis qui a empêché d’allonger la voie de tram ! Voilà ce qu’ont fait vos idoles, vos visionnaires ! Se priver d’une desserte unique entre un aéroport et sa ville pour faire plaisir aux taxis. Et les rails de la T3 ont été posé peu ou prou à l’époque où Château-Bougon à été rebaptisé NA. S’il avait fallu des rames spécifiques aux utilisateurs de l’aéroport pour ne pas les mélanger aux autres (pour la rapidité, les bagages), ce n’était pas compliqué.
      Vous continuez à défendre cette France que vous critiquez à côté ! Vous êtes un conservateur ! Ou malhonnête.
      Vous racontez n’importe quoi.

      1. Ca c’est bien l’hôpital qui se moque de la charité! Je crache sur les pilotes et aiguilleurs syndiqués, oui, qui se C comportent de manière pire encore que ceux que vous dénoncez !!! Comme vous ils sont une minorité à vouloir imposer leurs volontés et, contrairement à vous, on leur cède le pouvoir de le faire ! Je ne parle pas d’un tram pour relier l’aéroport! Non mais avez vous déjà pris le tram avec vos bagages?! Ajoutez y tous les autres voyageurs avec leurs bagages eux aussi ! Quand on voit l’augmentation de fréquentation dans les aéroports, imaginer une ligne de tram pour y répondre, c’est encore une fois une utopie! Atterrissez un peu;)

      2. Vous lisez ce que vous voulez. Il n’est pas utopique d’aménager à divers spots sur la T3 des échangeurs permettant à une rame spéciale aéroport de doubler la rame classique. Comme à Lyon. Vous ne devez pas connaître non plus.
        Sinon, oui, quand je vais à NA je prends le tram, puis la navette. Ça me coûte 1€60 au lieu de 8€ en seule navette. Je ne suis pas le seul, d’ailleurs. 6€40 d’économisés pour 30mns (MAXIMUM, quand on est capable de lire une table horaire) de plus, c’est plus que correct (rapporté donc ça à un salaire l’économiste matheux) La dernière fois que j’ai du prendre le taxi pour cause d’atterrissage tardif, ça m’en a coûté 10€ jusqu’à la gare, en partageant avec un autre voyageur. Pourtant, le dernier tram n’était pas encore parti de Neustrie.
        Vous paniquez, non ? Vous vous êtes rendu compte que vous avez sorti une énormité sans doute ?
        Quand aux aiguilleurs du ciel et pilotes pires que les politiques ou les …taxis ! c’en est une autre !
        Vous repartez sur les vieilles rengaines « minorité »,  » utopie ». Vos mantras d’illuminés n’allongeront pas les 3kms, qui sont un FAIT.

      3. La vous avez raison. Pour tout. D’ailleurs, voyez vous, si moi meme je la connais, au risque encore de vous surprendre), peu de gens, meme a Nantes, Connaissent l’astuce pour économiser les 8€ de la navette avec le tram. (Enfin 6 et qques). C’est d’ailleurs hallucinant: 8€, meme pas inclus dans les abos, évidemment!
        Et oui Aussi, ils ne vont pas faire d’effort. Toutefois je n’ai pas connaissance d’éléments (contraintes…) sur sa faisabilité. Car entre vouloir et pouvoir, parfois, il y a une grosse différence, d’autant qu’on est sur une zone urbaine dense. Si vous avez des éléments, je suis preneur: vous m’apprendrez enfin qque chose;)
        Je vais encore vous agacer, mais il me semble que NDDL est mieux situé pour prévoir une liaison ferrée et des échangeurs!
        Enfin je tiens à vous le rappeler An: je suis écœuré par Vinci, par ces connivences, tout comme vous. Ce n’est pas pour autant que je suis contre ce projet.

      4. Vous pouvez être ni pour, ni contre. Ce qui représente finalement l’écrasante majorité des citoyens.
        Pourquoi activement commenter sur de nombreux sites « pour » ?

        Quant au tram, il n’y a pas eu d’études évidemment. Mais il faut avoir une bien médiocre vision de l’ingénérie pour supposer une adaptation du réseau actuel impossible.
        Franchement, à Pirmil, vous avez vu la place ? Certaines zones sont bien plus étroites. Mais je vous rappelle que l’avenir exige de limiter la voiture individuelle classique (pas que pour une histoire de gaz mais aussi de places et de temps, combien de voiture avec une personne pour 5 places ?). Des voies voitures pourraient facilement sauter.

      5. Oui, surtout à Nantes!!!! En revanche justement, est ce malin de supprimer encore des routes?! Encore plus à proximité d’un aeroport! Desole, objectivement +1 point encore pour NDDL!

      6. Dans d’autres commentaires, vous dites que je veux supprimer le tourisme. Ici des routes (une route ne se définit pas par les véhicules qui l’empruntent, et je parle de rue de toute façon, ce qui est encore autre chose).
        Vous êtes incroyable. Au sens littéral. Et en devenez presque fascinant. J’aurais presque envie de vous inviter à dîner si je n’avais pas un minimum de charité.

  4. La prise en otage d’une liaison ferroviaire correcte entre Nantes et Rennes est scandaleuse. Son coût écologique serait certes plus impactant qu’un nouvel aéroport (quoi que pour Grand-Lieu et les inondations, ça se discute) mais permettrait de limiter les déplacements automobiles. Et on pourrait imaginer de développer le fret sur les axes autour de Redon. Sans parler d’une vraie coopération entre deux métropoles, ce qui est une vraie décentralisation et pas le fantasme de rivaliser avec ADP.
    Ah mais c’est vrai, les caisses sont vides…
    NDDL est aussi le symptôme d’une fuite en avant de politiques publiques impuissants.
    L’annulation du projet aurait au moins l’avantage de remettre certaines choses à plat.

    1. La logique ne voudrait-elle pas que Nantes et Rennes soient reliées par tram-train via Chateaubriant ? La portion Nantes-Chateaubriant existe déjà, il ne resterait qu’à transformer la ligne Rennes-Chateaubriant. Ce serait moins rapide qu’un TGV, mais les budgets en cause seraient bien moindres (et c’est peut-être pour cela que les élus n’en veulent pas !)

      1. C’est effectivement une autre possibilité, bien moins coûteuse mais tout autant assujettie à Notre-Dame-de-Vinci.

  5. Bernard Morvan a, bien évidemment, le droit d’avoir son opinion sur l’aéroport breton international. Il a le droit d’étaler ses visions idéologiques plutôt qu’un argumentaire documenté. Par contre, lorsqu’il dit que le président du Conseil Général avait fait de la construction de l’aéroport son cheval de bataille de la campagne électorale, il oublie de mentionner qu’il a été … élu. Une minorité agissante doit elle imposer ses idées au plus grand nombre? Cela s’appelle une dictature. Bernard Morvan a, bien évidemment, le droit de choisir le système politique qui lui convient, mais d’autres, préféreront une démocratie, en dépit de toutes ses imperfections.

    1. Serge Ferre, vous faites erreur, l’article parle du président du conseil régional (et non « général » — il faut d’ailleurs dire « départemental », désormais). Mais votre erreur est intéressante. Manuel Valls nous dit à présent qu’il faut un référendum départemental. Qui se trompe ? Notre Catalan de premier ministre qui ramène un aéroport international à une question départementale ou bien les leaders politiques régionaux qui, Clergeau comme Retailleau, y voyaient un sujet régional ?
      Maintenant, il n’est pas vrai que Bruno Retailleau ait fait de l’aéroport son « cheval de bataille ». Ce n’était qu’un thème de sa campagne parmi d’autres. Un thème ambigu d’ailleurs, puisqu’il parlait surtout de l’évacuation de la ZAD. Et Son adversaire socialiste partageait sa position (le titre de l’article le dit, on était en plein UMPS !). Pour pousser votre raisonnement à son terme vous devriez mentionner qu’il a été… battu !
      On ne peut donc pas dire que l’élection de Retailleau s’est faite sur l’aéroport. Une élection n’est pas un contrat par lequel les électeurs achèteraient tout ce que les candidats ont promis. Ne serait-ce que parce que les promesses sont rarement tenues…

      1. Théorie intéressante, c’est vrai. Alors parlons de Le Drian, élu massivement en Bretagne. Or il était à 200% pour l’aéroport et ce dernier faisait éminemment partie de sa campagne pour son élection, au point de refuser activement toute alliance avec les verts pour le second tour!

      2. Les projets d’aéroports ont toujours suscité « les petits appétits aiguisés », comme disait de Villepin. Dans ce cas particulier d’un transfert d’installations déja existantes, il y a une double source de profits. Une opération de promotion immoblilère rendue possible par la libération de l’actuelle plate-forme de Nantes et une autre opération de construction concernant la nouvelle infrastructure de NDDL.

        Si, en plus, le contribuable en prend une part à sa charge, cela devient un vrai pactole…

      3. Merci pour votre précision qui est très pertinente mais qui ne répond pas à la question de fond que je soulève concernant le respect des processus démocratiques, certes très imparfaits, mais, et ce n’est pas de moi, les pires de tous à l’exception de tous les autres.

        Lors des diverses élections municipales, départementales et régionales les diverses équipes portées au pouvoir étaient en faveur de la construction d’un aéroport breton international. Si on respecte les électeurs, cet aéroport doit être construit. Bien sûr tout le monde a le droit de penser que les bretons sont des « ploucs » qui doivent aller à Paris pour faire les voyages transatlantiques, que l’économie bretonne n’a pas a chercher a avoir une stature internationale, et que seule l’action directe d’une minorité agissante éclairée est légitime comparée aux boeufs ignares qui vont voter sans savoir. Cela s’appelle tout simplement une dictature mais personnellement, je préfère une démocratie malgré toutes ses imperfections.

      4. Sur la démocratie, vous oubliez « de la Ve république française ».
        À partir de là, l’argument des élus devient bancal.
        Combien de votants aujourd’hui qui ont voté « oui » en 58 ? Je ne l’ai pas choisie, cette démocratie et ne m’y reconnais pas.
        La démocratie est un système, pas une parole divine. Elle se doit donc d’évoluer. Elle le fait d’ailleurs. En s’affaiblissant et s’approchant du totalitarisme à durée déterminée. Quinquennat, législatives après les Présidentielles, conseils régionaux réduits.
        Ne pas y voir une parole citoyenne étouffée, c’est avoir une définition étrange de la démocratie.
        N’oublions pas non plus que nous sommes dans une démocratie représentative.
        La démocratie offre de bien plus vastes possibilités que celles généralement admises.
        Que ces possibilités soient ignorées arangent certains.
        Entre autres, le plus inquiétant, elles font germer l’idée dans beaucoup de têtes que la démocratie, après tout, ce n’est pas si bien que ça, alors qu’une bonne dictature…
        Inconsciemment, sans doute, vos propos participent à cette effrayante idée.
        La démocratie est définitivement le meilleur des régimes. La parfaite n’existe pas encore, à nous de l’inventer. Plutôt que de ressasser la ritournelle d’un homme d’un autre siècle. Aussi stupide que nous puissions l’être, nous sommes aussi la génération de masse la plus intruite et éduquée de l’histoire de l’humanité niveau conceptuel et systémique (sur d’autres savoirs plus pratiques, c’est autre chose). Une démocratie plus large et noble serait possible. Raison pour laquelle les désordres sciemment déclenchés par ceux au pouvoir (en Irak, Lybie, au nom de la démocratie !!!) ont pour but de nous désorienter, notamment par la peur et la division.

      5. Vous noyez le poisson et vous vous emmêlez dans la ligne! Serge a raison, point barre! Même si ça ne vous plait pas!!!

      6. Revoyez les programmes des élus. La question de l’aéroport n’en ait qu’une parmi des dizaines d’autres.
        Voilà ce qu’on appelle noyer le poisson.
        Vous avez décidément du mal avec la complexité politique et économique. Comme tous les pros d’ailleurs. « Aéroport=emploi »
        Non vraiment, je ne comprends pas pourquoi la situation de notre époque est si tendue ! Tout est si simple ! Ça doit être de la faute de ceux qui se posent trop de questions. Où qui ont lu Tocqueville, entre autres (et ont une meilleure idée de ce qu’est la démocratie au contraire de ceux qui croient que la RF en est une).

      7. Il faut arrêter de penser que vous avez la sainte parole, c’est un bon conseil croyez moi! Et be vous en faites pas sur mon savoir sur la politique et l’économie!, je ne pense pas moins à votre sujet d’ailleurs! Oui aeroport=emploi, penser l’inverse est absurde simplement parce qu’en 2016, c’est un fait, c’est juste mathématique!

  6. Un projet périmé de l’après guerre, dites vous? C’est parce que vos convictions vous bloquent sur les arguments historiques de NDDL et vous empêchent de reconnaître ceux plus récents qui sont apparus et le justifient entre autres pour de nouvelles raisons!!!

Les commentaires sont fermés.

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS