« Ce Brésil si blanc » ou le racisme autorisé d’Ouest-France

A LA UNE

26/06/2016 – 05H00 Rio de Janeiro (Breizh-info.com via OJIM) – RACISME, SEXISME ET ÂGISME CONCENTRÉS DANS UN SEUL ARTICLE. DANS UN SEUL TITRE MÊME. DANS SON ÉDITION DU 17 JUIN 2016, OUEST-FRANCE CONSACRAIT UN PAPIER AU NOUVEAU POUVOIR BRÉSILIEN POST-DILMA ROUSSEFF.

Et pour le quotidien, ce pouvoir est (trop) « blanc, masculin et vieux ». Se basant sur la photographie officielle du gouvernement,Ouest-France juge que le cliché montre « un Président entouré d’hommes, âgés, tous blancs ». Visiblement, c’est un problème. Pour le quotidien, citant l’écrivain Eliane Brum, cette image « transmet un message clair » : le gouvernement Temer veut « garantir un retour vers le passé, quand les Noirs et les pauvres n’avaient accès ni à la consommation ni à l’université ». Rien que ça…

Cette discrimination à l’encontre de tout ce qui est blanc, vieux et homme n’a rien de nouveau. En septembre 2015, la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, jugeait queson groupe comportait trop d’hommes blancs de plus de 50 ans et qu’il fallait « que ça change ». Le mois suivant, le CSA lui donnait raison en estimant à son tour qu’il y avait trop de blancs à la télévision.

Et avril 2016, Didier Lestrade, journaliste pour Slate.fr et fondateur d’Act Up déclarait que les médias gays étaient eux aussi « atrocement blancs », le tout dans l’indifférence générale. Ce racisme là est permis, encouragé même. Si les races n’existent pas, la race blanche, elle, n’existe que lorsqu’il s’agit de la culpabiliser, voire de souhaiter sa disparition…

Crédit photos  : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

DUELS. Nikita Khrouchtchev vs Mao Zedong

Dans cet épisode de DUELS historiques, l'Echiquier mondial se penche sur deux figures emblématiques du communisme. Leur antagonisme idéologique...

Covid-19, l’épidémie qui nous mène au totalitarisme

En été 2020, ce sera derrière nous", qu'ils disaient... Un an et demi plus tard, la dictature sanitaire est installée...

4 Commentaires

  1. A propos de sexisme et d’âgisme, une certaine personne a parfois fait très fort, même si elle semble s’être calmée depuis quelques temps (mais j’ai tendance à dire « qui a bu, boira »). Les « femelles » avec leurs vulves qu’il faut exclure de la vie politique et culturelle, l’idiotie étant réductible à leur sexe. Sans oublier la génération maudite à laquelle j’ai l’honneur d’appartenir n’ayant pas choisi ma date de naissance, qui va devoir expier.
    Loin de moi l’idée que cela mérite la prison mais quand même !…

  2. Hé ben moi , c’est l’équipe de France de foot que je trouve trop noire et trop grise.
    J’ai le droit de dire ça , comme Ouest France se permet de le dire ?

  3. Libre à vous de parler de races. C’est votre dada après tout.
    Mais il est parfaitement légitime d’observer que dans un pays multiethnique par essence et non à case d’une invasion migratoire récente (Blanc : 47,7 % – Métis : 43,1 % – Noir : 7,6 % – Asiatique : 1,1 % – Amérindien : 0,4 %), jeune (âge médian brésilien : 30 ans, age médian français : 40 ans), et comprenant plus de femmes que d’hommes (95 hommes pour 100 femmes), les représentants des trois gouvernements provisoires successif soient si peu … représentatifs du Brésil. Après, ils sont blancs, mâle, et vieux, et donc intouchables ? C’est ça qui doit vous gratter. Ils auraient été femmes, métisses, et trentenaires, vous y auriez vu certainement un énième complot de mise à bas de votre « race blanche ».
    Bon, rassurez vous, ils sont blancs MAIS de gauche (ou centre gauche), de quoi atténuer un peu votre hystérie.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés