Lanester. Denis Seznec annonce une possible révision du procès dit « l’affaire Seznec » [ interview ]

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

17/10/2016 – 08H45 Lanester (Breizh-info.com) – Denis Seznec, petit fils de Guillaume Seznec, était en conférence, vendredi 14 octobre à Lanester, où il a annoncé donner sa dernière conférence sur « l’affaire Seznec ».

Ce dernier – qui avait demandé à Breizh-info.com d’animer la conférence – a en effet annoncé qu’il allait étudier, le 18 novembre prochain, en compagnie de ses avocats, la possibilité d’une nouvelle révision du procès afin d’innocenter totalement son grand-père.

Il a annoncé vouloir relancer la révision du procès de son grand-père, condamné en 1924 aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre du conseiller général finistérien Pierre Quéméneur. Un homme dont le corps n’a jamais été retrouvé. « Je rencontrerai mes sept avocats, le 18 novembre à Paris. Nous prendrons alors la décision de lancer, ou non, une demande de révision » a-t-il déclaré.  A l’origine de cette requête, une balle fichée dans un volet de la maison de Pierre Quéméneur à Plourivo, près de Saint-Brieuc.

Après la conférence – qui aura visiblement touché un public passionné par le témoignage du petit fils de Guillaume Seznec – nous avons interrogé ce dernier.

Breizh-info.com : Tout d’abord, que faites-vous dans la vie, Quel était votre métier avant la retraite ?

Denis Guillaume Seznec : J’étais correcteur au Journal officiel et réviseur pour l’Assemblée nationale

Breizh-info.com :  Quelle conséquence a eu ce terrible drame sur vous et votre famille ?

Denis Guillaume Seznec : Famille détruite et un combat permanent contre l’injustice qui nous a frappée

Breizh-info.com : Vous ne demandez aucune indemnisation financière en cas de réhabilitation de votre grand-père malgré la ruine et la honte qui a frappé votre famille, Pourquoi ?

Denis Guillaume Seznec : Il faut que cela reste un combat noble et désintéressé. Mon grand-père disait toujours « On ne fait pas d’affaires avec l’Affaire »…

Breizh-info.com : Avez-vous l’occasion d’aller de temps en temps sur la tombe de votre grand-père et de votre mère à Plomodiern ?

Denis Guillaume Seznec : Jeudi, justement, je suis allé fleurir leur tombe.

Breizh-info.com : Combien de fois êtes-vous allez en Guyane pour mener l’enquête exceptionnelle ?

Denis Guillaume Seznec : Douze ou treize fois, je n’ai pas compté J’y ai rencontré les derniers bagnards, entre autres. Désormais il n’y en a plus

Breizh-info.com : Comment Quémeneur et Seznec se sont connus ? Etaient-ils amis ?

Denis Guillaume Seznec : Amis est un grand mot. Ils se sont connus un peu avant la Grande Guerre.

img_1051

Breizh-info.com : Pourquoi Seznec était-il le prête-nom de Quémeneur dans l’affaire des Cadillac ?

Denis Guillaume Seznec : Parce que Quémeneur se présentait à la députation du Finistère, qu’il y avait beaucoup de catholiques et que le traffic des Cadillac, entre autres, s’adressait surtout au diable soviétique que les pays occidentaux boycottaient.

Breizh-info.com : Où sont passés les dollars-or versés par Seznec à Quemeneur pour l’achat de Traou-Nez ?

Denis Guillaume Seznec : On ne sait pas ce que Quémeneur en a fait, malgré le témoignage des deux garçons de café qui font état de la donation de ces dollars sur la terrasse du bar.

Breizh-info.com : Combien valait cette propriété ? Combien Quemeneur l’avait-il acheté ? 

Denis Guillaume Seznec : Le prix réel était de 120 à 130 000 franc-or de l’époque. Les dollars-or de Seznec servant de dessous-de-table.

Breizh-info.com : Pourquoi Quémeneur devait de l’argent au fisc ?

Denis Guillaume Seznec : Il s’agit d’un bénéfice exceptionnel d’enrichissement de guerre, ce qui pourrait expliquer la thèse de sa fuite Par ailleurs, le trafic des Cadillac était caché et à mon avis, c’est la clé de cette affaire.

Breizh-info.com : Le premier personnage trouble dans cette affaire est-ce Maitre Pouliquen ?

Denis Guillaume Seznec : Pouliquen était notaire et a été désigné par la justice légataire universel de Quemeneur, puisque c’était une disparition. Pouliquen était donc le grand bénéficiaire de la pseudo mort de Quémeneur. Il a donc joué un rôle très trouble aux yeux de la plupart des Bretons.

Breizh-info.com : Le rôle de Bonny dans l’affaire ? Pour qui travaillait-il ? Etait-il là pour cacher le secret du trafic des Cadillac ?

Denis Guillaume Seznec : Bonny était un policier politique dans le mauvais sens du terme, il était là pour cacher le traffic.

Breizh-info.com : Pourquoi s’acharner sur Guillaume Seznec ?

Denis Guillaume Seznec : C’était le coupable idéal !

Breizh-info.com : Pouvez-vous nous dire quelques affaires dans lesquelles Bonny a joué un rôle trouble ?

Denis Guillaume Seznec : L’affaire Stravinsky (escroc), l’affaire Prince (magistrat), et beaucoup d’autres.

Breizh-info.com :  Comment Bonny a-t-il fini sa vie ?

Denis Guillaume Seznec : Après avoir été viré de la police bien avant le conflit de 1940 pour falsification de preuves dans différentes affaires criminelles, il a été fusillé pour Collaboration (il était un des chefs de la Gestapo) le 27 décembre 1944.

Breizh-info.com : Quelles sont les personnes qui depuis 1924 et le procès sont revenues sur leurs témoignages ou leur participation ?

Denis Guillaume Seznec : En autres, une majorité des jurés qui l’ont condamné. C’est un juge, Hervé, qui a mené la campagne en faveur de Seznec. Melle Héranval (fausse témoin de l’achat de la machine à écrire), Pansel et Boulic (les garçons de café) sont également revenus dessus pour disculper mon grand père.

Breizh-info.com : Existe-t-il de nouvelles pièces au dossier ?

Denis Guillaume Seznec : Les faux en écriture se sont avérés ne pas avoir été fabriqués par Guillaume Seznec . Nous avons comme fait nouveau le témoignage des marins de la Marie-Ernestine qui ont entendu des coups de feu dans la propriété de Plourivo un soir, ce qui innocentait mon Grand-Père.

Breizh-info.com : A son retour du bagne, et même avant le procès, quel rôle à jouer Le Her, votre Père, qui était le principal témoin à décharge du procès de 1924 ?

Denis Guillaume Seznec : François Le Her était un des cinq témoins de survie de Quémeneur.

Breizh-info.com : Par ailleurs, un crâne a été trouvé à Plourivo en 1953, cela a été caché, bizarre, c’est Monsieur Lepetitcorps, fils de l’adjudant de gendarmerie, qui a retrouvé des photos et un procès-verbal …

Denis Guillaume Seznec : Troublant. C’est le moins que l’on puisse dire.

Breizh-info.com : Au Bagne, Seznec a-t-il réussi à s’évader ?  Si oui avec Qui ? 

Denis Guillaume Seznec : Oui, avec le Dr Bougrat et une dizaine de bagnards. Mais il a été rattrapé.

Breizh-info.com : Comment a-t-il vécu et survécu au bagne ?

Denis Guillaume Seznec : 24 ans au total. Il était très respecté, considéré comme innocent. Même par le commandant.

Breizh-info.com :  Allez-vous faire une nouvelle demande de révision ?

Denis Guillaume Seznec : Le 18 novembre 2016 la décision sera prise par l’équipe d’avocats (Bredin, Bocquet, Baudelot, Le Borgne etc.)

 Breizh-info.com : Grâce à votre ténacité, vous avez réussi à faire modifier la « loi Seznec sur les révisions des procès » en France, en êtes-vous fier ?

Denis Guillaume Seznec : Je suis fier qu’elle ait été votée à l’unanimité le 23 juin 1989.

Breizh-info.com : Pourrait-on encore, en France, envoyer en prison un justiciable pour assassinat sans cadavre, sans preuve, sans arme, sans aveu ?

Denis Guillaume Seznec : Je ne pense pas.

Breizh-info.com :  L’argent récolté pour vos livres dédicacés va au profit de France-justice, pour quelle raison ?

Denis Guillaume Seznec : Oui, ou de temps en temps, pour des libraires. On ne fait pas d’affaires avec l’Affaire…

Breizh-info.com : Quel est le but de cette association ?

Denis Guillaume Seznec : Au début (il y a une vingtaine d’années) France-Justice a été fondée uniquement pour la révision du procès de Guillaume Seznec, puis nous nous sommes penchés sur différentes affaires actuelles.

Breizh-info.com : Selon vous y a-t-il une justice de classe ?

Denis Guillaume Seznec : Depuis La Fontaine, (« que vous soyez misérable ou riche, la Justice vous rendra blanc ou noir ») selon moi, cela n’a pas changé.

Breizh-info.com : Quels sont les deux systèmes judiciaires qui régentent le monde selon vous ?

Denis Guillaume Seznec : Il y a deux principaux systèmes : L’Inquisitoriale (Français, l’intime conviction) ou Accusatoire (Anglo-saxon, la preuve avant tout) et j’espère de tout cœur qu’il n’y en ait pas un troisième pour nos sociétés : « la Charia ».

Propos recueillis par Yann Vallerie

Photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Fabrice Di Vizio. « Macron est plus crédible en influenceur Pfizer qu’en général des Armées ! »

Maître Fabrice Di Vizio, avocat au barreau de Nanterre, explique les raisons de son recours - soutenu par plus...

Sapeurs-pompiers en grève : «La vaccination obligatoire nous supprime notre liberté de choix»

Après le personnel soignant, des sapeurs-pompiers s’opposent à la vaccination obligatoire pour leur profession. L’un des principaux syndicats de...

2 Commentaires

  1. Stavisky et non Stravinsky. On peut ne pas aimer la musique du dernier, mais Bonny ne s’est jamais occupé de lui! ☺

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Pas de prison pour les grands escrocs ? Renaud Van Ruymbeke invité de Thinkerview

Pas de prison pour les grands escrocs ? Renaud Van Ruymbeke invité de Thinkerview. Renaud van Ruymbeke, né le 19 août 1952 à Neuilly-sur-Seine, est...

Interview de Geoffroy Lejeune, directeur de Valeurs actuelles

Geoffroy Lejeune, directeur de Valeurs actuelles, était le grand invité de Livre Noir dimanche dernier. L'occasion de parler avec Geoffroy Lejeune du procès Obono...

Elections régionales en Bretagne. Le débat post électoral

Elections régionales en Bretagne. Le débat post électoral https://www.youtube.com/watch?v=KmbJi6ViJgE Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et...

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et se donner les moyens de...

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et se donner les moyens de...