Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, « le vieux sang pourri », les « bronzés » et « les Noirs ».

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

27/10/2016 – 16H00 Paris (Breizh-info.com) – Les journalistes qui l’ont évoqué ont-ils seulement lu dans son intégralité l’ouvrage de Patrick Buisson « la cause du peuple » ? A en lire les comptes-rendus effectués, on peut en douter tant les articles n’abordent jamais le fond de l’ouvrage (ce que nous ferons prochainement dans notre chronique dédiée).

Une anecdote mérite toutefois que l’on s’y penche ; à la page 186, dans le chapitre intitulé « j’attendais Gramsci, ce fut Kouchner » Patrick Buisson évoque la volonté de Nicolas Sarkozy, alors président de la République, de mettre en place une forme de « discrimination positive » – réforme qui – selon le « comité Veil » aurait été inconstitutionnelle.

Devant cette fin de non recevoir, Nicolas Sarkozy réunit alors ses conseillers et, selon Patrick Buisson, leur dit (page 186) : « hé bien ils vont voir ce qu’ils vont voir… Je vais faire de la promotion sociale à outrance, non pas sur des critères ethniques, mais sociaux. Cela revient au même  il y’a beaucoup de bronzés parmi les défavorisés. Je veux retrouver ma posture de campagne qui était antiélitiste et même populiste, je veux les faire rentrer dans les écoles, les administrations, les assemblées ».

img_0928

Un président de la République qui nomme les extra-européens – puisque c’est à eux dont il est fait allusion – « les bronzés », cela peut surprendre.  Mais au final pas tellement, tant on se rend compte en parcourant le livre que la question « ethnique » ou « raciale »  tout comme une certaine vulgarité semble préoccuper le couple Sarkozy. Ainsi, page 182, Patrick Buisson fait état d’une discussion du 26 avril 2008, lors d’un dîner avec Carla Bruni, Nicolas Sarkozy, Bernard Kouchner, Christine Okrent, Jean Reno et sa compagne.

A propos d’une discussion évoquant le film « bienvenue chez les Ch’tis », Carla Bruni lâche, selon Patrick Buisson : « heureusement qu’ils ont dans le coeur le soleil qu’ils n’ont pas dehors ». Ce dernier raconte ensuite : « habituée à être le centre du motif, l’épouse du président crut devoir enrichir sa contribution au débat : si les Français en général manifestaient une déplorable et fâcheuse tendance à l’entre-soi et au repliement frileux, c’était le huis clos de l’endogamie qu’il fallait, d’après elle, incriminer, ce « vieux sang pourri » qui ne se renouvelait pas et, pis encore, refusait de se renouveler. La régénération viendrait de l’apport de sang neuf des populations immigrées, évidence dont il ne fallait pas douter et que l’on devait acclimater, à toute force, dans la tête du retardé global qu’était le prolétaire hexagonal. »

bruni1

La fascination de Carla Bruni pour « l’autre » est encore évoquée une page plus loin (page 182), dans la même soirée, lors d’une conversation que rapporte Patrick Buisson « Ainsi Carla Bruni, passionnée d’anatomie, en tenait pour un implacable déterminisme. Lequel expliquait, à l’en croire, l’écrasante supériorité des Noirs dans la plupart des sports à l’exception de la natation en raison de « la trop grande masse musculaire des Africains par rapport à leur masse graisseuse qui, censément, leur empêchait d’être aussi performants que dans les autres disciplines ».

Une déclaration que ne peut pas supporter Bernard Kouchner qui enfonce le clou : « les Africains n’ont pas de piscine ! Donnez leur des infrastructures et ils dépasseront les Blancs ! Regardez les performances de Jesse Owens en 1936 ! Depuis, les Noirs raflent tout ». Et Patrick Buisson de poursuivre le récit de la soirée : « pour un peu, le French doctor aurait volontiers retourné au profit des blacks le mot que Paul Valéry appliquait aux Européens au début du siècle dernier : « supérieurs en tout »».

bruni2

Des propos qui, dans un contexte de racisme inversé (puisqu’il est évoqué la supériorité d’une race par rapport à une autre) auraient suscité un raz de marée médiatique dont il n’a pas été question jusqu’ici, personne n’ayant relevé ces passages du livre de Patrick Buisson au sujet du comportement de l’ancien couple présidentiel, dont le mari, Nicolas Sarkozy, prétend à nouveau aujourd’hui diriger la France.

Pas sûr que François Hollande se réjouisse d’avoir le soutien de l’ancien chef de l’Etat en cas de second tour face à Marine Le Pen, comme fraichement annoncé par Nicolas Sarkozy.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

Steven Spurrier, Pio Boffa, Laurent Vaillé : le vin perd 3 grands serviteurs

Funeste série. Le monde du vin déplore la disparition de trois figures majeures, ayant eu dans leur domaine respectif...

7 Commentaires

  1. Seuls les élus locaux font de la politique et à condition que les citoyens partipent et veillent aux intérêts généraux en n’oubliant pas à la surveillance des depenses publiques….
    Les politiques à la tête de l’état sont incompétents et totalement arriérés et déconnectés des préoccupations des Français

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais elle a finalement été annulée...

Université. « Racisme, genre, race, intersectionnalité, discrimination post-colonial, décolonial, islamophobie ». Des thèmes majoritaires dans les publications scientifiques.

« Racisme, genre, race, intersectionnalité, discrimination post-colonial, décolonial, islamophobie ». Trois universitaires viennent de démontrer par les chiffres que la recherche autour de ces...

Agnès Le Brun n est pas devenue ministre de Sarkozy…

Les sondages portant sur les intentions de vote pour l’élection présidentielle de 2012 n’étaient pas bons pour Nicolas Sarkozy. Or il fallait gagner à...

États-Unis. En raison de leur couleur, les agriculteurs blancs se partagent les miettes des aides contre le Covid-19

Les agriculteurs blancs des États-Unis ont eu la mauvaise surprise de constater que la moitié de la somme dédiée au plan d'aide contre le...