SOLE

05/11/2016 – 06H30 Paris (Breizh-info.com) – On en apprend de belles en lisant le papier que Le Figaro ( 28/10/2016) consacre au cuisinier Christophe Langrée. Ce brillant chef breton, aujourd’hui aux fourneaux du « 10 » à Saint-Germain-en-Laye, a en effet dirigé les cuisines de l’Hôtel Matignon de 2008 à 2014. Il évoque quelques souvenirs à propos des chefs de gouvernement qu’il a côtoyés et (bien) nourris… Un régal !

Recruté par François Fillon, qui cherchait quelqu’un capable de faire de la (très) bonne cuisine et… des économies, notre Malouin – déjà étoilé au Michelin – s’employa à moderniser les cuisines de Matignon – qui en avaient parait-il sérieusement besoin – et à concocter – les jours ordinaires – des plats italiens qui plaisaient fort à François Fillon – un « bosseur« , « poli » et « hypersensible« . En réduisant au passage le recours aux traiteurs, jugés trop onéreux. Son coup d’éclat sera un lièvre à la Royale préparé pour Vladimir Poutine qui, en bon chasseur, apprécia l’intention. Il se murmure que la signature du contrat  des deux Mistral n’aurait pas été étrangère à cette prouesse culinaire. Mais on sait depuis Talleyrand que la gastronomie fait partie intégrante de la haute diplomatie…

Changement d’ambiance avec l’arrivée, en 2012, de Jean-Marc Ayrault rue de Varennes. Si le premier Premier ministre de François Hollande est jugé par notre cuisinier « plutôt sympa« , il n’en va pas de même pour son entourage qui « lui a collé une étiquette Fillon« .  Et avec Madame Ayrault, le courant ne passera manifestement pas. Celle-ci a « ses exigences« , se souvient Christophe Langrée. En particulier son goût prononcé pour la sole. Ce poisson était-il à 100 euros le kilo, quand ce n’était pas la saison ? Pas de problème. Madame voulait de la sole, on devait lui servir son plat favori. Pendant que son époux faisait de grandes déclarations sur la pauvreté et la précarité

Impitoyable, Christophe Langrée précise aussi que chaque premier jeudi de mois, c’était tout le cabinet qui était invité à dîner avec les conjoints : »Ambiance plateau de fruits de mer et somptueux buffet« . Foin des économies prônées par le précédent Premier ministre. Notre chef protestera. En vain. Accusé de mauvaise gestion, il rendra son tablier huit jours avant l’arrivée de Manuel Valls. Bien lui en aura pris : avec le nouveau patron c’est, paraît-il, « sans gluten et sans viande« … Il est vrai aussi qu’avec Anne Gravoin, l’épouse violoniste de Manuel Valls – qui  s’était déclarée « un peu plus glamour que Mme  Ayrault, prof d’allemand dans la banlieue de Nantes » -, c’est  la clé de sol  qui l’emporte sur la sole…

Le 10, 10 rue des Louviers, Saint-Germain-en-Laye (78 100). Tel. 01 34 51 04 24

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

4 Commentaires

  1. Pas surprenant ces gens là sont des hypocrites et de grands menteurs, et leur chef roi de l’enfumage est même président de la république pour encore 183 jours hélas !!!

  2. Compte tenu de votre réaction, je pense que vous n’avez pas tout compris à mon commentaire! Ce n’est pas grave mais l’insulte n’est pas indispensable. Bonne soirée!

Comments are closed.