Catalogne. Manuel Valls devra verser 277 000 euros pour financement illégal de sa campagne électorale à Barcelone

Manuel Valls

Bien que défait aux élections municipales de Barcelone en 2019 et rentré en France depuis, la Catalogne vient de se rappeler au bon souvenir de Manuel Valls, condamné à verser 277 000 € pour financement irrégulier de sa campagne électorale.

Manuel Valls : le financement de sa campagne à Barcelone en question

L’ancien Premier ministre français Manuel Valls est actuellement dans la tourmente. Pour le franco-espagnol, la traversée du désert débutée avec l’élection d’Emmanuel Macron en 2017 est désormais pavée d’embûches judiciaires. Selon une information rapportée par le quotidien en ligne catalan Nació Digital le 26 novembre, l’ancien socialiste est accusé d’avoir financé irrégulièrement sa campagne pour les élections municipales de Barcelone en 2019.

En effet, Manuel Valls aurait ainsi accepté des paiements de tiers, des faits qualifiés de « très graves » par le Tribunal de Cuentas, à savoir la Cour des comptes espagnole. Parmi les donateurs, d’importants hommes d’affaires catalans et espagnols ainsi que des membres de la haute bourgeoisie de Barcelone et de Madrid, soutenant alors celui qui se présentait comme un rempart face a la « menace » séparatiste en Catalogne.

Par ailleurs, Manuel Valls est également accusé de ne pas avoir déclaré des dépenses électorales engendrées par son premier micro-parti.

Finalement élu comme conseiller municipal lors de ces élections après avoir été sèchement battu (il arriva en quatrième position), l’ancien Premier ministre rentré en France a depuis démissionné de son poste en août 2021. Bien que désormais retiré de la vie politique, il est donc rattrapé par cette affaire pour laquelle il va devoir rembourser la somme de 277 000 €.

Un dépassement de plus de 70 % du plafond des dépenses autorisées

Dans le détail, celui qui fut également battu en juin 2022 lors des élections législatives une fois revenu en France après avoir été investi par la majorité présidentielle a ainsi été condamné à une amende de 251 698 euros et à une peine de 25 000 euros. Cette dernière concernant le dépassement du plafond de la limite maximale de dépenses en publicité extérieure. Toujours selon le média Nació Digital, Manuel Valls n’aurait pas fait appel de la sanction.

Concernant l’infraction sur les dépenses, l’ancien Premier ministre français aurait dépensé près de 189 500 euros sans les avoir déclarés et aurait dépassé le plafond autorisé de cette campagne de 126 819 euros. Soit un dépassement de 71 % par rapport aux dépenses autorisées.

Quant au montant dépensé, c’est l’association Barcelona Capital Europea, avec laquelle Manuel Valls s’est présenté à la mairie de Barcelone, qui en aurait financé la quasi-totalité. Problème : en Espagne, l’article 4.3 de la loi organique relative au financement des partis politiques (LOFPP) stipule que « les partis politiques ne peuvent accepter que, directement ou indirectement, des tiers assument le coût de leurs acquisitions de biens, travaux, services ou toute autre dépense générée par leur activité ».

Manuel Valls
Manuel Valls votant le 26 mai 2019 lors des élections municipales Barcelone. Source : france3-regions.francetvinfo.fr © LLUIS GENE / AFP

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Press Cambrabcn) (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS