21/11/2016 – 07H00 Paris (Breizh-info.com) – Mais quelle mouche a donc piqué Le Monde ? Pour la troisième fois en quelques semaines, en effet, nos confrères du « grand-quotidien-de-référence » s’en prennent à Breizh-info, accusé  de « relayer régulièrement des articles anxyogènes (sic) qui mêlent délinquance, immigration et islam. ».

Ce dernier article, repris de L’Humanité, n’a pas manqué d’entraîner des réactions ironiques chez nos lecteurs : «Ça tourne à la manie», « vous devez déranger…», etc. Le point sur une querelle révélatrice, chez certains médias , d’un certain désarroi face à une situation historique qui semble de plus en plus les dérouter.

En préambule, pour être tout à fait objectif, on rappellera qu’il est arrivé dans le passé au Monde de se référer – en bien – à Breizh-info. Ainsi dans son numéro daté du 17-18 janvier 2016, François Béguin et Chloé Hecketsweiler, dans un long article consacré à l’affaire des essais cliniques du laboratoire rennais  Biotrial qui avaient mal tournés, faisaient expressément référence à  Breizh-info, rappelant que ce site avait été le premier à publier un descriptif dévoilant la rémunération des cobayes humains. Cette information, que Le Monde n’avait pas jugée « anxiogène »,  avait également été reprise par L’Obs qui citait lui aussi ses sources, à savoir Breizh-info. Une honnêteté professionnelle  qu’à l’époque d’autres médias n’ont pas eue…

Mais revenons à l’objet du scandale, à savoir « l’invitation » de Breizh-info dans un manuel de géographie.

Après la charge héroïque d’Abel Mestre dénonçant le partenariat de notre site avec le RC Vannes (08/09/2016), – affaire qui s’est soldée, soit dit en passant, par un gentlemen’s agreement très positif avec le club de rugby vannetais -, après le papier des « décodeurs » sur les sites de réinformation (01/11/2016), voilà qu’en page 10 du Monde daté du dimanche 20-lundi 21 novembre,  Mattea Battaglia et Olivier Faye tirent encore la sonnette d’alarme. Au motif , cette fois-ci, de la reprise, dans le manuel de géographie de 5e édité par Nathan, d’une interview que l’essayiste américain Alan Weisman sur la démographie avait donnée à Breizh-info.

Sous le titre « l’extrême droite s’invite dans un manuel de géographie de 5e », nos deux détectives relatent la « « surprise » et la « stupéfaction » [d’un certain] David Noël, professeur d’histoire-géographie en classe de cinquième, (…) quand il a ouvert l’édition 2016 du manuel Nathan pour préparer un cours sur le thème de la croissance démographique. Dans une double page « débat », intitulée « Sommes-nous trop nombreux sur la planète ? », le premier document proposé aux élèves reprend des extraits d’une interview d’un essayiste américain aux thèses malthusiennes, Alan Weisman, publiée… sur le site Breizh-info. com. ».

Ce qui  gêne cet enseignant, ce n’est pas tant le texte de l’interview que la source, à savoir… Breizh-info : «Un élève curieux, à qui viendrait l’idée d’aller sur Internet découvrir le site Breizh-info, tomberait donc entre deux publicités pour le dernier ouvrage d’Eric Zemmour ou celui de Philippe de Villiers, sur une interview de Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour tous, l’annonce d’une conférence de Renaud Camus sur le “grand remplacement”…». Des horreurs nauséabondes et sulfureuse qui pourraient donner de très mauvaises idées aux élèves, estime ce respectable membre du Parti communiste, par ailleurs conseiller municipal d’opposition à Hénin-Beaumont – ce qui, pour Le Monde, constitue un indiscutable brevet d’humanisme. Normal, après tout, pour un quotidien dont l’envoyé spécial saluait, le 17 avril 1975, l’« enthousiasme populaire » qui accompagnait l’entrée des Khmers rouges à Phnom Penh. Un article qui, effectivement, était tout sauf «anxiogène»! Pour mémoire, on rappellera que toutes les villes du Cambodge furent systématiquement vidées de leurs habitants par le régime communiste et que le gouvernement de Pol Pot exécutera des centaines de milliers de Cambodgiens.

Pour en revenir au fameux manuel de 5e, heureusement, grâce à l’intervention de Madame Battaglia et de Monsieur Faye (Olivier), les choses devraient rentrer dans l’ordre : « Les manuels numériques des élèves sont en cours de correction, indique-t-on chez Nathan, et leurs utilisateurs pourront les mettre à jour. Un erratum sur Internet, avec mention de la source erronée, et un texte explicatif à l’usage des enseignants, pour qu’ils prennent « toutes les précautions nécessaires pour utiliser ce document », viennent compléter le mea culpa (sic) ». Gageons que les éditions Nathan seront soulagées d’avoir obtenu cette absolution de la part de ces éminents représentants de la bien-pensance.

Plus sérieusement, cet article du Monde apparait symptomatique de l’état d’esprit qui semble régner aujourd’hui dans une grande partie de la presse subventionnée. Celle-ci voit en effet son omnipotence menacée un peu plus chaque jour par les médias de réinformation, véritables samizdats du temps présent. D’où la hargne qu’elle montre à l’égard de ces derniers, sans craindre d’ailleurs de leur faire de la publicité.  Dans ce combat de David contre Goliath, tous les coups lui semblent permis. Mais on sait comment l’histoire a fini…

PLG

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

9 Commentaires

  1. Bof !
    Laissez donc ces chiens galeux continuer d’aboyer en reculant (comme disait Clémenceau) et continuer à nous réinformer.
    C’est tout ce qui compte , au final.

  2. Evidemment, vous mettez en évidence leur sectarisme idéologique, ça leur est insupportable.
    Toutes les chaînes du service public sont hyper politisées à gauche – jusqu’à France Culture – soumis à la bien pensance politico-médiatique depuis que Hollande a rétabli, peu après son élection, la défiscalisation d’une partie des revenus des journalistes et augmenté les subventions aux journaux, à l’exception de Valeurs Actuelles qui a vu les siennes supprimées. Démocratie normale, présidence normale !
    Ce matin, sur France Culture, réquisitoire à boulets rouges, par un journaliste de Mediapart, contre Sarko. On s’attendrait à un débat équilibré, équitable, avec l’intervention d’un « avocat du diable », ne serait-ce que pour sauver les apparences, mais non, rien! France Culture se noie dans la fange la plus nauséabonde de la bien pensance bobogocho. Quelle tristesse !

  3. Le Monde a viré sa cuti. Ce quotidien jadis de qualité s’est transformé en agent d’influence d’une certaine gauche. L’aide annuelle que lui apporte le gouvernement (16 150 256 €) aurait-elle une influence sur la façon de traiter la réalité pour la rendre plus politiquement acceptable. Pour preuve, l’art de serpenter droit au but pour cacher la merde au chat lors de l’agression d’Arzon. Seul Breizh-info a fait preuve de courage en dénonçant les faits. Normal dès lors qu’on l’accable de mille perversités. Mais rassurez-vous, nous sommes de plus en plus nombreux à abandonner la presse officielle pour vous lire en priorité.

  4. Après réflexions, je pense que ce terme de réinformation n’est pas forcément adapté même si il a beaucoup de succès ! Il s’agit plus d’information face à la désinformation des médias du système, de l’oligarchie mondialiste; une information qui colle à notre réalité quotidienne face aux mensonges, à la « propagande républicaine »… Maintenant plus ces larbins vous feront de publicité et plus vous ferez d’audimat ! Il suffit de voir ce qui s’est passé avec le site d’égalité & réconciliation devenu le 1er site d’information politique de France; l’avantage avec ces bobos zozos c’est qu’ils ne tirent aucune conséquence de leurs erreurs !

  5. Olivier FAYE, comme son comparse Abel Mestre , souffre d’une forme douce de délire paranoîaque , qui au quotidien se traduit par une curieuse obsession : il voit des fascistes partout .
    Et chaque fois qu’il croit en avoir débusqué un (c’est souvent puisque pour lui tout le monde il est fasciste) il fait part de sa trouvaille , sinon à la terre entière du moins à ce qu’il reste de lecteurs au Monde . Tout cela n’a pas grande importance , même si les criailleries d’un plumitif subventionné (comme nombre de ses confrères) par l’argent public (donc le nôtre) sont toujours un peu agaçantes.

  6. Certains journaleux ne vivent assurément pas dans le même monde que le peuple ! Ceux du monde et autres affiliés super subventionnés sont de ceux-là !
    Qu’on ne s’y trompe pas, le « vivre ensemble » imposé est anxiogène pour le peuple des « sans dent » qui subit sans avoir le droit de se plaindre !

Comments are closed.