02/12/2016 – 12H15 Londres (Breizh-info.com) –  Le 1er décembre 2016 est paru le rapport trimestriel sur les statistiques migratoires au Royaume-Uni. Ce document, produit par le Bureau National des Statistiques concerne la période juin 2015 à juin 2016, avant le Brexit donc. Les premiers enseignements sont clairs : une immigration record et un exode des Britanniques.

(voir à ce sujet notre reportage effectué à Londres cette année)

Immigration record

De juin 2015 à juin 2016, plus de 650 000 personnes ont immigré au Royaume-Uni et obtenu la nationalité Britannique. Il s’agit d’un record historique. Précisons que ces chiffres concernent l’immigration « à long terme », c’est-à-dire au minimum un an de présence sur le territoire britannique.

1

Les entrées de membres de citoyens de l’Union Européenne (UE) jouent un rôle clef dans cette augmentation nette. En effet, les entrées d’extra-européens restent relativement stables. Les premiers immigrants européens sont les Roumains et les Bulgares.

Il y a eu 41 280 demandes d’asiles de septembre 2015 à septembre 2016, ce qui représente une hausse de 14 % par rapport à la même période 2014-2015.

2


Nicola White, Directeur du département des Statistiques des Migrations Internationales détaille les caractéristiques de ce chiffre historique : « Les entrées de citoyens de pays membres de l’UE sont à un niveau historiquement haut, de même pour les entrées de citoyens de pays non-membres de l’UE. Il y a également eu une augmentation du nombre de demandeurs d’asile et de réfugiés. L’immigration de citoyens Bulgares et Roumains poursuit la tendance forte observée les années passées. En 2015, la Roumanie était le pays d’où provenaient le plus d’immigrés. »

Exode des Britanniques

L’autre chiffre marquant de ce rapport est celui du départ des Britanniques. Sur les 315 000 départs enregistrés entre juin 2015 et juin 2016, 127 000 (40 %) de ceux-ci concernaient des Britanniques.

3

Dans ce graphique, qui concerne toujours les migrations longues, une année minimum, le niveau de l’émigration des Britannique reste stable de juin 2015 à juin 2016. Le nombre d’émigrés originaires de pays de l’UE ou non reste lui aussi relativement stable.

Parmi les raisons invoquées par les Britanniques quittant leur pays, on retrouve le travail (52 %), le fait de rejoindre sa famille (11 %) et les études (7 %). 30 % des émigrés n’ont pas donné de raison à leur départ.

Un remplacement de population ?

La balance migratoire du pays est positive. 650 000 entrées, 315 000 sorties… Cela donne une hausse nette de la population de 335 000 personnes. Cependant, si l’on se concentre sur les départs des Britanniques et sur les arrivées (les retours donc), le résultat est limpide : 127 000 départs contre 77 000 arrivées.

Cela correspond donc à 50 000 Britanniques qui quitteraient définitivement leur pays.

Dans le même temps, 289 000 citoyens extra-européens sont arrivés au Royaume-Uni et 93 000 en sont repartis. Une balance excédentaire de 196 000 âmes !
Cela correspond peu ou prou à la ville de Rennes en France et à celle d’Aberdeen au Royaume-Uni.

Au Royaume-Uni, comme en France, la substitution de la population autochtone par une population extra-européenne est de plus en plus claire. Ces statistiques officielles viennent confirmer l’évidence observable.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

7 Commentaires

  1. Le grand remplacement est déjà programmé par la bande de lâches qui nous gouverne et quel qu’en soit les partis politiques, tous pourris !
    Il n’y a pour l’instant pas un candidat pour relever l’autre sauf moi qui propose un président fictif, sans pouvoir décisionnel et payé au Smic. Virer ministres, sénateurs et députes qui n’ont jamais fait avancer le pays dans le bon sens. Et donner le droit de vote uniquement aux 40 000 mairies après concertations citoyennes. Et là seulement nous pourrons parler de république démocratique… Mais tous mes liens sont censurés. Voir Collectif REC.

  2. Si l’on ne fait rien dans notre Pays c’est ce qui nous pend au nez! La valise ou la décapitation! Où sont nos résistants de la seconde guerre pour montrer l’exemple de leur courage? Il en reste peu, hélas et l’Education Nationale de Belcassine, fait tout pour modifier les programmes de l’His
    toire de France et de faire oublier voire disparaître nos Héros de Charles MARTEL en passant par Jeanne d’Arc, Jean MOULIN…et bien d’autres qui n’auront plus le droit de figurer dans les ouvrages d’Histoire! Nous en sommes là à ce jour! Une réforme drastique s’impose afin de redonner au peuple Français, l’instruction qui leur revient.

  3. Nous suivons le même chemin avec les ripoux qui nous dirigent d’autant que pour 2017, il y en a pas un pour relever l’autre…

Comments are closed.