François de Rugy s’explique sur son ralliement à Macron : « J’ai préféré la cohérence de fond. »

A LA UNE

24/03/2017 – 10h00 Nantes (Breizh-Info.com) – François de Rugy continue à devoir se justifier après avoir décidé de rejoindre Emmanuel Macron malgré qu’il ait été candidat à la primaire de la gauche et donc, théoriquement, tenu au respect du candidat désigné, Benoit Hamon. Cette fois-ci, c’est lors d’une réunion publique d’En Marche ! qu’il a été interpellé par un adhérent du mouvement.

François de Rugy assume son choix

Le 23 mars 2017, Richard Ferrand, secrétaire général d’En Marche ! était à Nantes afin de présenter le programme d’Emmanuel Macron. Lors de la séance de questions-réponses, un membre du public, adhérent du mouvement, a apostrophé François de Rugy afin qu’il s’explique sur ce ralliement.

« François de Rugy a signé une charte qui l’engageait à respecter le choix des électeurs et à soutenir le candidat désigné des primaires. Comment peut-il maintenant expliquer que son ralliement à En Marche est solide et qu’il ne changera pas d’avis ? »

Face à cette question offensive, François de Rugy a décidé de jouer franc jeu et d’assumer.

« J’ai bien conscience que mes choix politiques ne font pas l’unanimité. C’est la démocratie et c’est la diversité politique. […] J’ai été élu député en 2007. Il faut faire des choix pour représenter une partie de la France à l’assemblée nationale. J’ai toujours fait le choix du rassemblement. […] Je considère que l’écologie toute seule dans son coin, ça ne marche pas, ça n’est pas intéressant. C’est pour cela que j’ai quitté EELV qui était dans le repli sectaire. […]
C’est vrai, il y avait un certain nombre d’engagement
[l’obligation de soutenir le candidat élu lors de la primaire de la gauche, ndlr]. Mais ceux qui vous disent que telle règle n’a pas été respectée oublient de dire qu’il y avait un processus de rassemblement qui devait être conduit par le candidat désigné qui ne l’a jamais fait. C’est son choix, moi je le respecte.
J’ai préféré, et je l’assume, la cohérence de fond à une pure question de forme.
J’ai pensé – moi qui ne suis pas membre du Parti socialiste – que l’avenir du pays est plus important que l’avenir d’un parti. […]
On est dans cette logique de rassemblement et ça bouscule un certain nombre d’habitudes, moi j’ai aussi bousculé un certain nombre de choses. Je ne le regrette pas et, à la fin, ce sont les électeurs qui jugeront. »

Photos : Breizh-Info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

4 Commentaires

  1. Ce type renie ses engagements et se permet de donner des leçons. Et on s’étonne du discrédit des hommes politique ! Pourquoi ne reconnait-il pas qu’il est de droite et qu’il n’avait rien à faire dans une primaire de la gauche ? Il s’y est inscrit juste pour avoir un créneau pour passer à la télé.

  2. pour les Français soucieux de l’avenir intacte de leur langue, il leur faut apprendre ENFIN qu’après Malgré il n’y a pas place pour QUE ni SUBJONCTIF
    Mais un concept seulement: Malgré sa faiblesse malgré son acharnement malgré la joie…il chanta
    Et il a chanté n’a pas de R …et vice-versa! pour : « il a dû chanter,
    Résumé: Malgré sa voix éteinte et malgré sa faiblesse, il a dû chanter avec acharnement
    Bob ! pour tout le reste…nous sommes d’accord…!!!!!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés