29/03/2017 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) ‑ Un nouvel acteur est né dans la presse d’information en ligne : Mediacités. « La presse nationale française se désintéresse des enjeux régionaux », constatent ses fondateurs. « En dehors de Paris, elle ne se donne que trop rarement les moyens d’enquêter en profondeur. » Quant à la presse régionale, « le paysage médiatique reste presque systématiquement dominé par un seul quotidien, en général peu porté sur l’investigation » (qu’en termes galants ces choses-là sont mises !). Pourtant, le contre-pouvoir de la presse est indispensable — surtout depuis que la décentralisation a conféré des pouvoirs élargis aux institutions locales.

Les fondateurs de Mediacités entendent donc pratiquer un journalisme d’enquête au niveau local – un journalisme qui ne serait pas inféodé aux pouvoirs politiques et économiques. Leur analyse n’est pas neuve – c’est, entre autres, celle de Breizh-info depuis 2014. L’originalité de Mediacités, c’est que ses fondateurs sont issus du sérail : ils ont pu apprécier de l’intérieur les insuffisances de la presse « mainstream ». L’entreprise a été créé à l’automne 2016 par cinq journalistes, Jacques Trentesaux, Sylvain Morvan, Nicolas Barriquand, Benjamin Peyrel et Yves Adaken, et une éditrice, Manola Gardez tous dotés d’une solide expérience de la presse écrite et électronique, notamment au service « Villes » de L’Express.

Ils ne sont pas partis sans biscuits : ils ont fait appel aux « bourses d’émergence » créées l’an dernier par le ministère de la Culture et de la Communication pour la presse en ligne. Ils ont aussi lancé une campagne de financement participatif sur Ulule. À ce jour, près de 15 000 euros ont été collectés sur un objectif de 25 000 euros ; la campagne a lieu jusqu’au 15 avril. Les contreparties proposées sont principalement des abonnements à Mediacités – d’un mois à partir de 5 euros l’abonnement à vie au-delà de 1 000 euros. Car, autre originalité, Mediacités est un site payant (au-delà de la période actuelle de souscription, les abonnés devraient verser 6,90 euros par mois). En revanche, il n’accepte pas de publicité.

Le site a lancé son édition lilloise le 1er décembre, en annonçant d’emblée ses projets d’installation dans d’autres villes. Deux des fondateurs ont passé une partie de la semaine dernière à Nantes afin de commencer à recenser partenaires, informateurs et thèmes d’investigation possibles. Mediacités Nantes ouvrira le 7 juin, quelques jours après Mediacités Lyon le 10 mai et Mediacités Toulouse le 23 mai. Une édition rennaise est envisagée pour l’avenir ; à terme, une dizaine de métropoles devraient être couvertes.

Mise à jour du 20 mai 2017 : Après avoir lancé à la date prévue ses éditions de Lille et Lyon, et confirmé le lancement de celle de Toulouse le 23 mai, Médiacités a annoncé le report de son édition nantaise au 13 septembre. « Ouvrir un quatrième site dans la foulée, juste avant l’été qui plus est, nous aurait obligés à disperser trop vite nos forces et nos énergies », explique l’éditeur.

Crédit photo  : extrait de la page d’accueil du site Mediacités
[
cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.