Jean-Joël Brégeon : « Les guerres de Vendée, la plus sanglante des guerres civiles en France »

Vendée Brégeon

28/05/2017 – 07h30 Nantes (Breizh-Info.com) – Avec l’aide de son complice Gérard Guicheteau, l’historien Jean-Joël Brégeon a récemment publié Nouvelle histoire des guerres de Vendée chez Perrin. Un excellent ouvrage synthétique sur une période toujours au cœur de vifs débats.

Nous l’avons rencontré afin d’échanger avec lui sur cette période dramatique de l’histoire de France. Un entretien passionnant qui aborde de nombreux thèmes. Jean-Joël Brégeon, parfait connaisseur de cette page sanglante de notre mémoire collective, offre aux lecteurs de Breizh-Info un entretien à l’image de son livre : rythmé et précis, jamais ennuyeux.

Sommaire :

0:20 – La réécriture historique partisane
3:31 – Y a-t-il encore des débats entre historiens ?
4:50 – Le bilan humain
5:46 – Les causes de la guerre de Vendée
8:00 – Une histoire militaire
11:15 – Les colonnes infernales
13:48 – Les colonnes infernales, un Daesh avant l’heure ?
16:54 – La révolte de la France périphérique ?
17:37 – La Vendée, exception et symbole
19:00 – Un exemple de propagande républicaine : l’enfant Bara
21:53 – La virée de Galerne
25:31 – La chouannerie
28:30 – Pourquoi écrire sur les guerres de Vendée ?
28:57 – Pourquoi deux auteurs ?
30:06 – Pourquoi « Nouvelle histoire » ?
31:04 – Les valeurs de la République

Propos recueillis par Philippe Le Grand et Nicolas Faure

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

  • Franck Abed

    Très bon entretien ! Merci.

  • Franck Abed

    J’achèterai le livre !

  • Morasse

    Si ce M. Stassinet avait seulement lu le livre de Brégeon-Guicheteau, il aurait su que la retraversée de la Loire avait eu lieu à Ancenis et non à Angers comme il est dit dans la vidéo… Une autre erreur aurait dû être pointée par ce maître-chouan : Brégeon à un certain moment dit que Stofflet (ainsi que Charette) n’a pas passé la Loire et ne s’est pas engagé en Galerne, faisant fi de la marche sur Granville…
    On sent de la mauvaise humeur chez le maître-chouan. Ce n’est pas faire des adhésions à sa cause que d’exprimer sa rancoeur bilieuse à tout propos. Les groupuscules de fanatiques se sclérosent ainsi d’eux-mêmes (ce qui est contraire aux principes développés par Breizh info).
    Il me semble que cette « Nouvelle histoire des guerres de Vendée » a le grand mérite d’ordonner le périmètre. Bientôt, il n’y aura plus que les partisans du maître-chouan et les enragés de la robespierride pour chercher des noises aux deux auteurs. Triste balancement d’urticaires.

    MORASSE

    • Noël Stassinet

      Morasse, un nom qui fleure le pseudo d’un bilieux ; mais ses propos me font penser à quelqu’un de guère reluisant. Quant à moi j’ai signé sous mon nom et ma responsabilité associative.
      Contrairement à l’écrit de Morasse mon propos, à l’inverse de lui, n’était pas contre J-J Brégeon mais une critique de sa vidéo.
      Morasse se limite à la dérision et aux bas propos ; cela ne fait pas honneur à son pseudo qui copie phonétiquement le nom d’un grand penseur et débatteur qui n’a jamais plongé dans la communication de plomberie !