31/05/2017 – 06h50 Paris (Breizh-Info.com) – La propagande appliquée à mes enfants. Tel pourrait être le slogan de « Mon quotidien », un journal pour enfants (10-14 ans) .

Ainsi, le 30 mai 2017, les rédacteurs du journal, pas du tout en campagne électorale contre tels ou tels candidats aux législatives, s’interrogent : « L’extrême droite et l’extrême gauche, c’est pareil ? » Sans bien entendu avoir le courage (ou prendre le risque judiciaire) de nommer les partis ou groupes politiques qui sont inclus dans cette phrase.

Réponse : « Non, ce n’est pas pareil. Mais ces idéologies ont des points communs. C’est pour cela qu’on les appelle des “extrêmes”. »

Ainsi l’extrême droite, comme l’extrême gauche seraient des « idéologies ». On s’interroge déjà…

Le premier point commun serait la violence : « Les deux veulent changer complètement les choses. Elles pensent que la violence est parfois nécessaire pour atteindre ses objectifs. Il ne s’agit pas de violence physique, mais de violence dans les mots. Elles ont un vocabulaire commun (ex. : elles utilisent des mots de la guerre comme “lutte”, “combat”). » 

Ainsi, si l’on suit le raisonnement de ces journalistes manipulateurs d’enfants, François Fillon, qui déclarait fin avril « ne plus avoir la légitimité pour livrer le combat », serait un extrémiste, de même qu’Emmanuel Macron, « déterminer à lutter contre le terrorisme ».

Le deuxième point commun serait la manipulation du peuple :

« Les extrêmes disent vouloir défendre le peuple contre les élites (personnes les plus riches, puissantes…). Elles les décrivent comme mauvaises, égoïstes. À l’inverse, la population est vue comme n’ayant que des qualités. Les extrêmes partagent aussi la même vision de l’Europe. Selon elles, l’Union européenne (28 pays prenant des décisions ensemble) favorise les élites. Enfin, les 2 critiquent la mondialisation (échanges de produits, de culture… entre différents pays du monde). » 

Etre contre l’Union européenne dans son fonctionnement actuel et critique de la mondialisation ferait ainsi de celui qui l’est un extrémiste aux yeux de Monquotidien.fr, ce qui parait pour le moins réducteur.

Mais les extrêmes sont différentes, rappellent ceux qui tentent de manipuler des gamins de 10 ans :

« Ces deux extrêmes ont aussi des idées différentes. Pour l’extrême droite, le peuple, c’est le peuple français “de souche” (c’est-à-dire non issu de l’immigration). Selon elle, le pays doit se replier sur lui-même pour se protéger. Il doit aussi privilégier le français et l’histoire de France à l’école, par exemple. L’extrême gauche, à l’inverse, pense que la France doit accueillir des étrangers. Elle doit être multiculturelle (de plusieurs cultures différentes). » 

Privilégier le français et l’histoire de France à l’école. Évoquer l’existence des Français de souche. Extrémiste ! Vouloir que la France soit multiculturelle ! Extrémiste (bis) !

Le journal Monquotidien est la propriété du groupe Play Bac (les incollables, le Petit quotidien) et notamment du journaliste François Dufour, journaliste militant, qui propose notamment d’accorder le statut de réfugié en Afrique et de faire venir les réfugiés en avion (et non en bateau). « Combien de vrais réfugiés viendront ? 10 millions ? 20 millions ? Peut-être mais cela représente 2% ou 4% de la population de l’Europe.» explique le plus tranquillement du monde M. Dufour.

A savoir avant d’abonner son enfant à ce genre de journal qui a par ailleurs un quasi monopole sur l’actualité jeunesse.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. la propagande bats son plein. Et aprés on s’étonne de voir des jeunes naïfs rejoindre la FI, antifas et autre. Le vrai danger c’est la gauche et l’extrême gauche.

Comments are closed.