10/07/2017 – 06h35 Rennes (Breizh-Info.com) – Une quantité significative d’études ont estimé que des liens solides existent entre volume du cerveau et intelligence. Une écrasante majorité de ces recherches menées par des scientifiques sur tous les continents ont conclu à une corrélation importante entre taille du cerveau et réussite aux tests de QI. Cependant, en 2015, une étude d’ampleur de Pietschnig, portant sur près de 6 800 personnes, a relevé une corrélation bien plus faible que prévue. Pour tenter d’expliquer cette anomalie, Gilles Gignac de l’University of Western Australia et Timothy Bates de l’University of Edinburgh ont enquêté.

Une étude basée sur des données biaisées

En enquêtant sur la faible corrélation entre taille du cerveau et intelligence annoncée par Pietschnig, Gignac a mis en évidence des biais importants dans la conduite de l’étude. Le plus important d’entre-eux est la présence de nombreux échantillons de personnes hospitalisées pour diverses raisons.
Gignac rappelle que les scores obtenus aux tests de QI par des individus souffrant de maladies diverses ne peut pas être considérés comme des indicateurs valides d’intelligence.

De plus, Gignac met en évidence que des erreurs méthodologiques supplémentaires ont biaisé les résultats. Ainsi, les tests d’intelligences de certains échantillons étaient de moins bonnes qualités que d’autres.

Pietschnig annonçait une corrélation de 0.24. Sur une échelle allant de – 1 à 1, cela signifie que la corrélation entre taille du cerveau et intelligence est significative – « robuste » selon les mots de Pietschnig lui-même – mais reste relativement faible comparé aux études passées.

Des résultats affinés qui démontrent une forte corrélation

Pour contrebalancer ces erreurs méthodologiques, Gignac et Bates ont donc choisi de ne retenir de l’étude de Pietschnig que les échantillons composés d’adultes en bonne santé. En évacuant les échantillons composés de malades, la corrélation remonte a alors à 0.31, ce qui constitue une hausse significative.

Cerveau intelligence

Et en tenant compte de la qualité des mesures d’intelligences les résultats s’éclaircissent encore. Pour les échantillons confrontés à des mesures d’intelligence classées comme « passables », la corrélation est de 0.23. Pour ceux testés avec des mesures « bonnes », la corrélation est de 0.32. Enfin, pour les échantillons dont l’intelligence a été mesurée de manière « excellente », la corrélation est alors de 0.39.

Un lien clair entre taille du cerveau et intelligence

Les deux chercheurs concluent leurs travaux en déclarant que le lien entre volume du cerveau et intelligence est « presque sans aucun doute » avéré. Et, selon eux, l’ampleur de cette corrélation est clairement très importante. Pour les deux scientifiques, le coefficient de corrélation de 0.40 est acquis. Pour Gignac et Bates, « les chercheurs doivent désormais se concentrer sur les origines » de cette relation entre taille du cerveau et intelligence.

Pour aller plus loin, sur l’intelligence humaine :

Sciences. Quarante gènes de l’intelligence découverts
Baisse du QI moyen en France : l’influence de l’immigration ?
[20 an après] The Bell Curve : Le QI moyen diffère entre les groupes ethniques
Danemark. Les conscrits extra-européens ont un QI inférieur à celui des conscrits européens
Emil Kirkegaard : « Le quotient intellectuel mondial est à peu près de 85 » [Entretien]

NF

Crédit photo :  DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.