Cédric Herrou en Bretagne au festival militant (et subventionné) de cinéma de Douarnenez

A LA UNE

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Covid-19. Second pic épidémique planétaire 2020 franchi en 2ème quinzaine de novembre : l’hémisphère nord est le plus touché

Résumé de la situation  Au niveau planétaire, la contamination poursuit sa progression principalement en Europe et en Amérique du...

21/08/2017 – 07h00 Douarnenez (Breizh-Info.com) – Cédric Herrou, le passeur de clandestins, sera à Douarnenez dans le cadre du festival de cinéma, le samedi 26 août à 10h, à la MJC de Douarnenez. Celui qui a été décrit comme vivant dans un taudis jonché d’excréments  a été condamné par la justice pour avoir acheminé de Vintimille en France des centaines de migrants désirant se rendre sur le territoire français.

Sa venue est le signe que le festival militant subventionné par le contribuable se politise de plus en plus.

De la baignade en burkini au passeur de migrants

Le festival de cinéma de Douarnenez est un festival militant qui ne s’en cache pas. L’année dernière, en marge du festival, des hommes et des femmes s’étaient baignés en burkini. Une initiative visant à créer le buzz en pleine polémique estivale sur cette déclinaison du voile à la plage.
A l’époque, les Front national avait dénoncé cette opération par la voix de Gilles Pennelle.

« La provocation pro-burkini en marge du Festival des minorités de Douarnenez est inacceptable » | Retrouvez mon…

Posted by Gilles Pennelle on 2016 m. rugpjūčio 29 d., pirmadienis

Si le festival n’était pas à l’origine de cette opération de communication, ce seraient bien des personnes venant de ce festival qui avaient lancé l’opération.

L’année dernière, le programme était également très militant : « Douarnenez interrogera cet été la diversité culturelle des Turquies sans fossiliser les ‘cultures’ et les ‘identités’. Avec pour propos de dépasser les essentialismes nationalistes, culturels et religieux. Pour cela, le Festival questionnera l’histoire et le présent de la Turquie contemporaine, les violences d’hier et d’aujourd’hui et s’attachera à souligner les influences réciproques, le dialogue et le ‘vivre ensemble’. »

Outre la projection de nombreux films engagés, la présence d’associations comme Utopia 56 ou de Médiapart à des tables rondes, sans contradicteurs évidemment, démontraient le militantisme du festival.

Cette année, un nouveau cap est franchi puisque c’est bien sur le thème des « Frontières » que sera invité Cédric Herrou.

Lire notre article sur le programme ultra-militant de cette année.

Et, comme il convient chez les militants d’extrême-gauche, le conflit israélo-palestinien sera évoqué. Avec un parti pris pro-palestinien assumé.

Subventions publiques

Rappelons que le festival de cinéma de Douarnenez est largement subventionné.

Pour 2015, la Région Bretagne a versé 89 000 euros au festival, une somme reconduite sur la durée du partenariat. En 2012, le conseil municipal de Douarnenez avait accordé pas loin de 50 000 €, là aussi reconduit durant le partenariat. Il en va de même pour les autres collectivités qui financent. « La Fondation Crédit agricole nous aide désormais trois fois plus : 60 000 € sur trois ans, soit 20 000 € par an » écrivait en 2015 le directeur du festival, Yann Stéphan.

Des subventions, c’est-à-dire de l’argent prélevé aux contribuables – qui vont sans problème dans un événement politisé à outrance, voilà qui n’émeut pas grand monde.

La présence de Cédric Herrou en Bretagne dans un festival financé par leur argent interpellera-t-elle les Bretons ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Castex, l’homme à rien faire de Macron – JT TV Libertés du jeudi 26 novembre 2020

Au programme ce soir, les explications de Jean Castex. Deux jours après la prise de parole d’Emmanuel Macron, le...

Serbie. Arnaud Gouillon (Solidarité Kosovo) nommé Secrétaire d’État en charge de la Diaspora

En Serbie, le gouvernement réuni en Conseil des ministres vient de nommer Arnaud Gouillon au poste de Directeur du...

8 Commentaires

  1. Au début des années 70, les ultrajacobins pour qui le breton n’était qu’un patois, tout au moins leur aile droite, étaient hostiles aux immigrés et un certain nombre de Bretons en sont restés là.

  2. Et pourtant, le suffisant Yann Queffelec disait hier lors du défilé de Lorient, que Douarnenez était une des plus belles villes de Bretagne…..!!!!!! Pour moi c’est surtout une ville d’assistés et de cassos….

  3. Y aura t’il quelques réactions hostiles à DZ ? Il sera intéressant de suivre la couverture de l’évènement par Le Télégramme, Ouest-France, sans oublier France Bleu Breizh Izel. Le club de gauchos du « festival » n’a sans doute pas trop de soucis a se faire !

  4. Tu n’es ps obligé d’écrire n’importe quoi aghir!….explique nous en quoi Douarnenez est une ville d’assistés?

    On peut ne pas être d’accord (c’est mon cas ) sans pour autant insulter toute la ville !..

    • C’est une ville superbe : ça m’a permis d’oublier les terroristes islamistes. J’ai trouvé les gens très accueillants .
      Des assistés, il y en a une majorité dans ma ville ….rien à voir !

      • Un «islamiste» ça n’existe pas.
        Je ne sais pas ce que tu as finalement oublié, mais ce serait vraiment bien d’oublier un peu la novlange médiatique.

Comments are closed.