La plus ancienne empreinte à forme humaine retrouvée en Europe ?

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

05/09/2017 – 07h15 Varsovie (Breizh-Info.com) – Une équipe de chercheurs internationaux dirigée par Gerard Gierlińskia de l’université de Varsovie et Grzegorz Niedźwiedzki de l’université d’Uppsala a peut-être révolutionné nos connaissances de l’histoire de l’humanité. En l’état actuel des recherches, c’est une découverte susceptible de remettre en question le scénario indéboulonnable de la théorie « Out of Africa », déjà largement remise en cause depuis plusieurs années. Ces traces de pas découvertes en Crète et analysées pendant de longues années auraient vraisemblablement appartenu à un ou plusieurs hominidés. Elles ont été datées avec une grande précision. Elles auraient été imprimées sur le sol européen aux environs de – 5,7 millions d’années avant notre ère.
Or les empreinte « humaines », connues à ce jour, des hominidés ne seraient apparues qu’un million d’années plus tard en Afrique.

L’Europe, berceau du premier pied « humain » ?

Empreinte Hominidé Europe CrèteLes auteurs de l’étude ont beau prendre toutes les précautions d’usage, les répercussions d’une telle découverte pourraient être considérables.
Ce n’est pas la plus ancienne trace de pas d’un hominidé découverte dans le monde. Mais ce sont bien les plus anciennes d’un pied d’hominidé ressemblant à un pied humain « moderne ». Selon l’état actuel des connaissances, les empreintes ressemblant à un pied « moderne » sont apparues en Afrique en – 3,7 millions d’années avant Jésus Christ (Laetoli) et – 4,4 millions d’année avant Jésus Christ (Ardipithecus).

Cette étude renverserait donc complètement la table en démontrant qu’il existe de très fortes probabilités que la première empreinte « humaine » découverte sur Terre l’ait été en Europe.
C’est d’autant plus extraordinaire que les chercheurs considéraient l’Ardipithecus comme un ancêtre direct des hominidés suivants. Il n’était donc pas envisageable de considérer qu’un pied « humain » ait existé avant – 4,4 millions d’années.

Précaution des chercheurs

« L’interprétation de ces empreintes est potentiellement sujette à controverse. La morphologie de l’empreinte suggère que l’individu était un membre du groupe Hominidé mais, comme la Crète est significativement en-dehors de la zone géographique connue des hominidés du pre-Pléistocène, nous devons envisager la possibilité qu’ils représentent un primate de la fin du Miocène jusqu’ici inconnu dont l’anatomie du pied aurait évolué vers une forme humaine. »

Si les chercheurs ne lésinent pas sur la prudence, ces empreintes, analysées pendant des années grâce à une technologie de pointe, ont clairement une forme humaine selon le communiqué rédigé par l’université d’Uppsala. Mieux encore, « la forme des empreintes indique de manière claire qu’elles appartiennent à un des premiers hominidés, sans doute plus primitif que celui de Laetoli. »

Mais des critiques ont très vite émergées. Ainsi, sur Twitter, Zach Throckmorton, paléoanthropologue  et professeur à l’université de médecine d’Arkansas, a sonné la charge. Admettant que les empreintes étaient très intéressantes, il a néanmoins douché l’enthousiasme des chercheurs en estimant que ces empreintes ressemblaient beaucoup à celles de singes. Ce premier avis critique reposant sur la simple analyse de photos est évidemment à prendre avec précaution mais a le mérite de provenir d’un spécialiste.

Le débat est évidemment passionné car cette découverte remettrait tout simplement en cause le modèle historique de l’évolution humaine, décrit  imprudemment et trop rapidement par certains scientifiques. Ceux-ci avaient peut-être succombé à leurs inclinaisons idéologiques. La prudence s’impose car de nouvelles découvertes peuvent en permanence changer la donne.

Cette étude est peut-être un petit pas pour l’hominidé crétois mais un grand pas pour la science.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Eric Zemmour : « Il faut une politique sérieuse d’arrêt de l’immigration et une politique de remigration si possible »

Eric Zemmour : « Il faut une politique sérieuse d’arrêt de l’immigration et une politique de remigration si possible...

Pays-Bas : des citoyens prennent l’apéro en terrasse pour protester contre les restrictions

Le 2 mars, des dizaines de personnes se sont rassemblées devant le bar Boerke Verschuren dans la ville néerlandaise...
- Publicité -

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.