24/09/2017 – 06h30 Paris (Breizh-Info.com) –  Une nouvelle étude publiée ces jours-ci à propos des projections démographiques mondiales pose la question du surpeuplement de la planète. L’Afrique en serait la cause principale.

Multipliée par sept !

Le rapport en question a été publié par l’INED (Institut national d’études démographiques), qui est un organisme public de recherche spécialisé dans l’étude des populations. Tous les deux ans, l’institut dresse un bilan de l’évolution de la population mondiale. Et réalise également des prévisions à long terme.

Ainsi, alors que notre planète compte 7,5 milliards d’habitants en cette année 2017, elle pourrait bien devoir en supporter 11,2 milliards en 2100. Lors des deux derniers siècles écoulés, la population mondiale a été multipliée par sept puisqu’elle n’était que d’un milliard en 1800.

L’Afrique double la mise

La source principale de cette spectaculaire augmentation de la population est l’Afrique. En effet, le continent africain, qui compte 1,2 milliard d’habitants en 2017, va très probablement voir ce nombre plus que doubler d’ici 2050 où 2,5 milliards d’individus devraient le peupler. À l’horizon 2100, les perspectives sont encore plus délirantes puisque la population africaine pourrait atteindre 4,4 milliards d’habitants. Soit quatre fois la population de ce continent à l’heure actuelle. Il s’agit là de scénarios moyens.

Ces mêmes projections permettent donc d’envisager aussi que, si aujourd’hui un être humain sur six vit en Afrique, ce sera le cas de plus d’un sur trois en 2100 si le scénario se réalise.

Les raisons de cette démographie galopante

Pour quelles raisons l’Afrique est-elle en tête de façon aussi nette dans la course démographique ? Par un écart se creusant davantage entre natalité et mortalité. Cette dernière a diminué avec le temps, bien que restant la plus forte de tous les continents. Dans le même temps, la natalité a légèrement baissé mais les naissances demeurent quatre fois plus nombreuses que les décès. En 2017, le nombre d’enfants par femme est de 4,5 en Afrique. Soit une légère diminution, quand il était encore de 5,5 il y a vingt ans.

En comparaison, il peut être bon de rappeler les taux de fécondité dans le reste du monde. En cette même année 2017, les femmes asiatiques ont en moyenne 2,1 enfants. En Amérique du Sud, ce chiffre est de 2. Quand le taux de fécondité des femmes européennes n’est que de 1,6.

Un phénomène difficile à freiner

Bien que ce fort accroissement prévu de la population pose des questions, il ne sera pas aisé à ralentir à court terme, quand bien même des décisions politiques iraient dans ce sens. Malgré la légère baisse de la natalité africaine, suivant de très loin les diminutions observées auparavant sur d’autres continents en développement comme l’Asie et l’Amérique du Sud, ce ralentissement de la fécondité a été bien inférieur aux prévisions des démographes qui ont, depuis, revu à la hausse leurs prévisions.

Par ailleurs, même un endiguement radical de cette natalité africaine n’aurait que peu d’incidence dans l’immédiat car le continent est peuplé par de nombreux jeunes adultes à même de faire des enfants. Ce qui continuerait mathématiquement à faire augmenter la population.

Ces perspectives démographiques viennent donc s’ajouter aux autres défis que va devoir relever l’Afrique dans les décennies à venir.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 Commentaires

  1. Pourquoi devons-nous les accueillir?
    Les musulmanes font des gosses et ensuite elles mettent leurs enfants dans la rue, c’est à  »la société  »de s’en occuper! A Alger, on voyait des yaouleds traîner dans les rues en quête d’un vol possible sur les femmes qui faisaient leurs courses: ma mère a été l’objet de vols de son porte-monnaie par ces musulmans! Pourtant ma mère était veuve et avait 6 enfants qu’elle  »envoyait »,elle, à l’école parce qu’elle voulait que ses enfants soient bien éduqués au prix de privations… parce qu’à cette époque elle n’avait pas toutes les  »aides » que l’on donne maintenant aux musulmans d’origine étrangère!.. Si les musulmans RESTAIENT dans  »leur » pays ils auraient de quoi s’occuper!…

    • Mme Yvette Préfet, permettez moi de vous dire que vous êtes hors sujet et vous n’êtes qu’une femme aigrie par je ne sais quelle raison d’après vos propos haineux.
      Aujourd’hui ,en Algérie le taux de scolarisation atteint plus de 98% et ce depuis les années 80.Renseignez-vous. Bonne journée.

  2. La conclusion me laisse perplexe: « défis que va devoir relever l’Afrique dans les décennies à venir. »
    L’ Afrique va relever un quelconque défi ? Vraiment ?
    Le continent africain ne pourrait nourrir convenablement que 600 millions d’ individus aujourd’ hui en ne comptant que sur elle même. La survie du surplus de population actuelle est déjà assurée par le reste du monde et les organisations fondées dans ce but par les pays développés.
    Il faudrait que l’ Afrique rattrape un retard de mille ans pour qu’ elle puisse prendre en main son propre destin.
    « En même temps », du nord au sud et d’ est en ouest, ce que l’ on observe c’ est une constante régression.

Comments are closed.