Detecvel : la vidéo-protection se développe aussi dans les élevages

A LA UNE

Gilles Pennelle/Florent de Kersauson (RN) : « Faites entendre votre voix et ne laissez pas la Bretagne aux mains des socialistes ! » [Interview]

À quelques encablures du second tour des élections régionales qui aura lieu dimanche 27 juin, le Rassemblement National est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Notre processus démocratique marche mal, de plus en plus mal » [Interview]

Premier des cinq candidats à répondre aux questions à quelques jours du second tour des élections régionales, Thierry Burlot,...

Régionales 2021. Le point sur le second tour, région par région

On vous propose de faire le point sur le second tour des régionales qui se déroulera dimanche prochain, point...

2ème tour des élections régionales en Bretagne. Mode d’emploi

Après le premier tour qui n'a pas mobilisé les foules, le deuxième tour des élections régionales s'annonce dimanche en...

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

03/10/2017 – 06h45 Treffendel (Breizh-info.com) – La vidéo-protection se développe dans les villes bretonnes, pour limiter les vandalismes sur les bâtiments municipaux, endiguer l’explosion de la délinquance dans les centre-villes ou lutter contre les trafics de stupéfiants. Mais elle connaît aussi un boom dans les élevages. Veaux, vaches, cochons : souriez, vous êtes filmés.

Créée à Treffendel (35) en 1981, Detecvel a aujourd’hui près de 10.000 caméras en place dans de nombreux élévages, notamment en Loire-Atlantique, Ille-et-Vilaine, Morbihan, Côtes d’Armor, Orne, Manche, Nièvre et Saône-et-Loire qui compte parmi les départements où il y a le plus d’élevages équipés.

Présent au SPACE 2017 à Rennes, Rémi Tertrais nous explique que son entreprise a commencé par la surveillance des box de vêlage, évitant à l’agriculteur d’être présent toutes les nuits dans son élevage. « Nous mettons en place des installations complètes qui permettent à l’éleveur de surveiller ses animaux et leur comportement sans être obligé d’être d’astreinte sur place ». Les installations permettent aussi de surveiller les abords de l’exploitation et donc faire échec aux vols.

« Si l’éleveur n’a pas internet, on regarde quel est l’opérateur qui offre la meilleure couverture et on met en place un Modem 3G sur son installation », explique-t-il. L’entreprise vend surtout en France, « on commence à exporter un peu en Suisse et en Belgique ». Pour lui, « le SPACE, j’y suis tous les ans depuis le début du salon ; ça représente six mois de travail : nos clients viennent nous voir et commandent des extensions, d’autres nous découvrent ».

Rémi Tertrais est optimiste : « la vidéo-protection des élevages, c’est un marché en pleine extension. On est 10 dans l’entreprise pour un CA d’un million d’euros ». Si les caméras sont de chez Sony, « on est les seuls à produire en Bretagne les tourelles » sur lesquelles sont juchées les caméras, « les cartes électroniques et les logiciels ».

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Régionales 2021 : le grand débat d’entre-deux-tours en Pays de la Loire

Les électeurs sont appelés à voter pour leur président de région ce dimanche 27 juin, à l'occasion du second...

Logements étudiants : le point sur le marché locatif en Bretagne administrative avant la rentrée 2021

Dans l'optique de la rentrée de septembre 2021, la recherche de logements étudiants est un sujet d'actualité pour une...

1 COMMENTAIRE

  1. La technologie, souvent aliénante, peut parfois procurer une certaine liberté chez ceux qui en étaient privés.
    Lorsque l’ on « travaille sur du vivant » , éleveur, c’ est la nature qui commande et signe les autorisations de sortie.
    A combien d’ invitations, de repas de famille, de sorties prévues de longue date, d’ événements ponctuels, parfois à quelques centaines de mètres seulement de l’ entreprise ne devait-on renoncer pour cause d’ un vêlage en préparation, d’ une bête malade requérant une surveillance constante ? Rageant, mais aussi fierté de cette abnégation librement consentie par respect de son cheptel.
    Grâce à Detecvel et la 3G, un téléphone intelligent devient le bracelet électronique permettant « l’ aménagement de peine » de l’ éleveur ;)

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Technologies et surveillance des enfants, jusqu’où peut-on aller ?

Face à la disponibilité croissante d'objets connectés à destination des enfants sur le marché,  AVG AntiVirus , du groupe Avast, a mené une étude pour...

France. Vers un logiciel pour prédire la délinquance avec Téralab ?

01/06/2015 – 08h00 France (Breizh-info.com) – Le service central de renseignement criminel de la gendarmerie (SCRC), des chercheurs et des industriels essaient de développer un logiciel...

Les futures lois Urvoas sacrifieront-elles la liberté à la diversité ?

25/01/2015 ‑ 08H00 Quimper (Breizh-info.com) – Dictaturvoas : Jean-Jacques Urvoas n’aimerait sûrement pas rester dans l’histoire sous ce sobriquet. Néanmoins, le député de Quimper et...

Icreach, nouvel outil de contrôle et de surveillance des masses

04/09/2014 – 09H00 Web (Breizh-info.com via ER) – La NSA américaine a construit un énorme système de partage de l’information qui a pour but de permettre...