Catalogne. L’énorme erreur politique du gouvernement espagnol

A LA UNE

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Depuis dimanche, on assiste, notamment en France, à un « match » entre supporteurs des indépendantistes catalans et supporteurs des unionistes espagnols. En Catalogne, dans le concret et selon le gouvernement régional de Barcelone, le oui pour l’indépendance a gagné avec 90 % des voix. Quelque 2,26 millions de personnes ont participé au scrutin et 2,02 millions se sont exprimées en faveur de l’indépendance. Ces chiffres représentent une participation de près de 42,3 %, la Catalogne comptant 5,34 millions d’électeurs.

La France n’aurait rien à y redire, elle qui a vu moins de la moitié de ses électeurs élire un Parlement en juin dernier, et qui a approché elle aussi des scores dignes des républiques bananières, en 2002, lors de l’affrontement présidentiel entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen. Mais passons encore sur ces faits, car l’atmosphère autour de ce référendum et les conséquences qu’il pourrait avoir sont uniquement la faute du gouvernement espagnol. Explications.

Depuis 1979, la Catalogne était une région autonome (elle avait également bénéficié temporairement de ce statut dans les années 30) jouissant de nombreuses compétences administratives. En 2006, ses compétences ont été élargies (nous vous conseillons d’ailleurs la lecture de cet article sur l’évolution de l’autonomie catalane au fil des années) avant d’être retoquées en partie en 2010 par le Conseil Constitutionnel espagnol, ce qui sonna le début de la colère et de la montée des ambitions indépendantistes.

Car jusqu’à ce coup de force du Conseil Constitutionnel, la majorité des Catalans admettaient constituer une nation à part entière tout en faisant partie de l’Espagne. Depuis, chaque 11 septembre, jour de fête nationale, des millions de Catalans descendent dans les rues pour réclamer l’indépendance. Le 27 septembre 2015, les élections régionales donnent la victoire aux partis indépendantistes qui obtiennent 72 députés sur 135 (mais si l’on regarde dans le détail comme en France, on ne peut pas dire qu’une majorité de Catalans ont voté pour des indépendantistes puisque ramener à la population totale de la région, le score est de 47% des suffrages en faveur des indépendantistes).

L’escalade politique – entre des dirigeants catalans intéressés notamment pour pouvoir récupérer le contrôle total de sa fiscalité et de rentrer dans les institutions de l’Union Européenne et des dirigeants espagnols arcboutés sur l’Espagne « une et indivisible » – était alors prévisible.

Les partisans de l’autonomie catalane sont-t-ils majoritaires en Catalogne ? Oui, de toute évidence . D’ailleurs jamais aucun mouvement de population , ni parti politique élu au Parlement catalan n’a souhaité abolir l’autonomie catalane.

Les partisans de l’indépendance sont-t-ils majoritaires en Catalogne ? Impossible de le savoir. Nombreux, très nombreux oui. Impossible, car le référendum qui a eu lieu dimanche n’a pas été organisé dans des conditions permettant à chacun de voter, dans de bonnes conditions et sans pressions diverses. Impossible à savoir, car Madrid a tout fait pour empêcher par la force (arrestations préalables, violences le jour J …) la tenue de ce référendum.

Le monde entier a vu le pouvoir espagnol tenter durant des semaines de réduire la tenue de ce référendum – c’est à dire l’expression de la démocratie populaire – à néant. Si hier, le « Non à l’indépendance » avait comme en Ecosse, une chance de l’emporter, les évènements de ce dimanche 1er octobre pourraient bien avoir fait basculer définitivement la majorité des Catalans dans le camp du « Si ».

Et si l’État espagnol s’entêtait, alors il prendrait le risque de radicaliser une partie du peuple catalan – qui n’a pourtant jamais basculé dans la violence armée ces dernières années. Tout en réveillant ETA, l’organisation armée du Pays Basque, en sommeil depuis 2011, mais qui pourrait s’alerter de la dérive du pouvoir central espagnol qui pourrait aussi, par effet domino, toucher l’Euskadi.

Le gouvernement de Mariano Rajoy a, semble-t-il, commis une énorme erreur en empêchant la tenue de ce référendum en Catalogne. Les conséquences pourraient s’avérer très lourdes – et faire effet boule de neige dans d’autres pays d’Europe.

Yann Vallerie

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ?

Manifestations contre le pass sanitaire : vers un mois d’août mouvementé pour le gouvernement ? Débat du 31/07/2021 avec Rémi...

« Vous êtes rationnel, pourquoi nier l’efficacité des vaccins ». Laurent Ozon répond à un journaliste

Le journalisme mainstream se fait de plus en plus militant en faveur des mesures gouvernementales. Il suffit d'ailleurs de...

7 Commentaires

  1. Vive l’ Espagne unie, indivisble face aux égoismes destructeurs et guerriers. Une nouvelle guerre de Yougoslavie ? Non jamais ! L’indépendantisme, qu’il soit breton, corse, catalan, flamand…. est bête et totalement idiot.

    • Il faudra expliquer en quoi vivre chacun chez soi en bons voisins serait plus destructeur et égoïste que d’organisr la domination et le racket d’un centre sur la périphérie. Si la solution de l’unité et l’indivisibilité est une telle panacée comment se fait-il que bien des peuples ne l’apprécient pas? Regretter la Yougoslavie, l’Union Soviétique et la Tchécoslovaquie? La situation semble pourtant bien plus stable aujourd’hui qu’avant. Serbes et Croates coopèrent. En Yougoslavie ils se détestaient. Pareil pour les Tchèques et les Slovaques. Quant à la guerre de Yougoslavie elle aurait justement pu être évitée si les sectateurs de l’Unité et Indivisibilité et au premier rang la France n’avaient pas mis de l’huile sur le feu…Ce qui est inquiétant pour la paix en péninsule ibérique est justement la façon dont le Parti Populaire joue le pourrissement au lieu de prendre les aspirations de millions de Catalans au sérieux. On tappe sur les gens, on les empêche de voter, on refuse tout dialogue et ensuite on s’étonne que cela ne passe pas! Bon disons-le franchement la France aurait fait autrement, elle est bien plus sournoise et adepte du double langage elle aurait tout promis et rien donné. Les Espagnols ont au moins pour eux une forme d’honnêté. Celle du pyromane.

      • C, est du grand n, importe quoi, comme si nous étions encore aux temps des colonies. L, Espagne colonisant la Catalogne ou la France sur la Bretagne ou l, Alsace… c, est absurde et suicidaire economiquement. Je suppose que vous défendez le Brexit. Votre analyse sur la Yougoslavie est erronée. Faut il séparer ce qui divise ou tenter de les réunir et de trouver des accords et des compromis. On peut remettre en place, frontière et mur, stopper immigration par des barbelés et gardes armés aussi… Ce qui rapproche aussi, c, est une langue commune, comprise par le plus grand nombre. Il ne s, agit pas de nier les traditions regionales, mais de rassembler au lieu de diviser…

      • Brilliant! Let us all mix and be one planet with one language (English, what else ?) and no boarders . A grey planet -since all colours will be merged!

      • Vous êtes donc pour le Brexit et les séparations, au nom des plus riches refusant les autres, AJ nom de religion, de couleur …

      • Non pas au nom « des plus riches  » ou « des moins riches » . Je suis simplement en faveur des droits des peuples a décider de leur propre avenir sur leur terre. La question des finances n’est qu’un problème parmi d’autres

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

La Travessa : Jordi Turull a-dreuz Katalonia

Kraouiet eo bet e-pad tri bloaz er toulloù-bac'h spagnol ha soutenet eo bet gant milionoù a gatalaniz : Jordi Turull a zalc'h e vanniel avat :...

Espagne : Le maire de León pour l’autonomie du léonais

L'Espagne est un pays incroyable où chaque communauté autonome demande son indépendance et où chaque province constituant les communautés autonomes demande sa propre autonomie ! La...

Espagne. Les arrivées de migrants se poursuivent à Melilla, des policiers blessés par des clandestins [Vidéo]

Melilla, enclave espagnole située sur le continent africain, a connu un nouvel assaut de migrants à sa frontière. Plus de 100 clandestins sont parvenus...

Grand Remplacement. Le gouvernement espagnol veut repeupler les campagnes avec des migrants

Le grand remplacement, fantasme d'extrême droite ? En Espagne, les autorités semblent vouloir le favoriser pourtant. Ainsi, le « ministre de l'inclusion, de la sécurité...