Vannes. Des policiers violemment pris à partie dans un quartier sensible

05/10/2017 – 06h00 Vannes (Breizh-Info.com) – C’est une information du Télégramme qui fait froid dans le dos. A Vannes, des policiers ont été pris à partie par des jeunes du quartier de Ménimur qui tentaient de s’opposer à l’arrestation d’un des leurs. Un signe que les villes bretonnes ne sont plus à l’abri de la délinquance.

Interpellation très compliquée

Mardi 3 octobre dernier, trois jeunes entouraient une moto dans les parties communes d’un immeuble du quartier Ménimur. Les policiers veulent intervenir mais les trois jeunes s’énervent et l’un d’entre eux, « particulièrement virulent », aurait a priori rameuté ses amis pour empêcher l’intervention des fonctionnaires.

Faisant face à une foule hostile et vindicative, les policiers ont néanmoins réussi à interpeller le plus énervé des jeunes. Il a été placé en garde à vue.

Après cette scène, la moto autour de laquelle s’agitaient les jeunes a été retrouvée brûlée sur une aire de jeu du quartier. Bien évidemment, elle avait été volée.

L’influence de l’immigration à Vannes

Ménimur est l’un des deux quartiers dits sensibles de la ville de Vannes. Avec son « grand frère », Kercado, il alimente le trafic de drogue de la région. Ces deux quartiers voient la violence et les trafics augmenter au fur et à mesure de l’arrivée de populations extra-européennes, en provenance de la région parisienne ou d’ailleurs.

Outre l’islam – Vannes compte plusieurs mosquées – c’est bien la délinquance qui augmente. « C’est un fait, la part de personnes d’origine extra-européenne dans le total des actes de délinquance est très largement supérieure à leur part dans la population totale de Vannes » nous confie un policier morbihannais.

Ce phénomène a-t-il une origine sociale ? Le policier balaye cette explication : « A la marge, sans doute que le taux de pauvreté joue, évidemment. Mais des Bretons, pauvres voire extrêmement pauvres, il y en a un sacré paquet dans le département. Pour autant, on ne les voit pas commettre autant d’actes de délinquance . Il y a un vrai problème de fond mais personne n’ose en parler ! » Et le fonctionnaire de pointer du doigt « une culture de l’argent facile et de la fierté d’être allé en prison ou de vendre de la drogue. La violence est également inhérente aux valeurs de ces jeunes. Je ne sais pas d’où ça vient et je ne sais même pas si c’est modifiable. Ce que je sais juste c’est que c’est quelque chose que tous les policiers et gendarmes de France et de Navarre savent parfaitement. Même nos haut-gradés, obligés de faire des courbettes, le savent très bien. »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

3 réponses

  1. Quand police et gendarmerie se fonderont en une police islamique tout rentrera dans l’ordre. Dans dix ou vingt ans tout au plus…
    Ils serviront avec le même zèle les barbus comme leurs devanciers ont servi le Reich pendant l’occupation.

    1. Ce ne sont pas tous les policiers qui ont servi le REICH.. Je vous rappelle que François Mitterrand, Jean-Paul Sartre,etc..étaient aussi des  »collabos ».. c’est sûr que si TOUS les Français raisonnent comme vous: nous aurons une  »police islamique dans 10 ou 20 ans au plus »! Moi, je dis aux musulmans:  »La valise ou le cercueil » comme ils me l’ont dit, en 1962!

  2. Le pays vannetais, comme toute la Bretagne,découvre enfin les joies du vivre ensemble et du multiculturalisme !!!

Les commentaires sont fermés.

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !