Nantes Métropole se fait de la MOUS pour les Roms

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

13/10/2017 – 06H00 Nantes (Breizh-info.com) – Avant même l’entrée de la Roumanie dans l’Union européenne, le 1er janvier 2017, certains de ses citoyens Roms font leur apparition à Nantes. Dès 2005, Jean-Marc Ayrault, maire socialiste de Nantes, décide de les accueillir à bras ouverts en installant un village de mobil-homes pour dix-huit familles, soit environ 80 personnes. La gestion est assurée par une association en faveur du droit au logement subventionnée par le centre communal d’action sociald. Les « hôtes » bénéficient des services sociaux du département. « La ville a, à l’époque, la volonté ferme de limiter strictement cet accueil exceptionnel à ces 18 familles », note un collaborateur de Jean-Marc Ayrault.

« ‘Volonté ferme’ n’est peut-être pas l’expression qui décrit le mieux l’ancien maire de Nantes », tempère toutefois un ancien travailleur social : douze ans plus tard, le problème a été multiplié par dix. Les Roms, ou en langue plus politiquement correcte les « migrants de l’Europe de l’Est », sont aujourd’hui près de 2 000 en Loire-Atlantique, soit 12 % de la population présente sur le territoire français ! Ce n’est pas Breizh-info qui le dit mais une enquête de la délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement.

Dans ce laps de temps, les collectivités locales ont multiplié les actions sur le thème : halte à la misère, on va intégrer ceux qui sont là, mais on n’ira pas plus loin. Avec à chaque fois le même résultat : beaucoup de travail pour les services sociaux, énormément de bons sentiments associatifs, mais très peu d’intégration réelle et toujours plus de migrants. « Comment venir à bout de la misère si on en importe tous les jours ? », se demande notre interlocuteur. On dénombre à ce jour une quarantaine de campements illicites dans l’agglomération nantaise.

Au programme du conseil métropolitain du 13 octobre

Le conseil de Nantes Métropole est appelé à voter aujourd’hui le lancement d’une nouvelle tentative, censée elle aussi régler le problème une fois pour toutes au moyen d’une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS), qualifiée de « dispositif opérationnel d’accompagnement en ingénierie sociale et financière », à laquelle participeront aussi le département et l’État. La MOUS doit durer trois ans et concerner au total 240 ménages. Ceux-ci bénéficieront d’un « accompagnement global et individualisé (…) dans le cadre du parcours d’insertion jusqu’à l’accès au droit commun ». Ce qui nécessitera, on s’en doute, des moyens considérables : au moins 0,6 million d’euros directement, financés pour moitié par l’État, plus les dépenses indirectes des services sociaux. En juin dernier déjà, Nantes Métropole avait décidé de soutenir l’installation de « terrains temporaires d’insertion ».

La MOUS pourra soutenir les projets de retour au pays d’origine. Mais sa vocation principale est de « stabiliser les familles qui le souhaitent dans une situation légale d’habitat pour faciliter l’émergence d’un projet de vie en France et l’autonomie vers le droit commun dans le cadre d’un parcours d’insertion global donnant accès à la scolarisation, la formation, l’emploi, aux soins ». Autrement dit, des migrants étrangers installés illégalement dans l’agglomération nantaise n’auront qu’à dire oui pour obtenir logement, école, formation, soins médicaux et allocations. Comment dire non ?

Crédit photo : DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Louis de Raguenel (Europe 1) : « Le vaccin que l’on se fait injecter […] ne sera sans doute plus efficace face aux nouveaux...

Sur le plateau de LCI lundi 26 juillet, Louis de Raguenel, chef du service politique adjoint à Europe 1,...

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Articles liés

Amin et Ali, deux « prodiges de la République »

Le prodige Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté a lancé en décembre 2020, l'opération des « Prodiges de...

40 repuad o kampiñ e Roazhon

Partiet eo ! 40 repuad o deus savet ur seurt kêriadenn a deltennoù e park an Hautes-Ourmes e Roazhon d'ar meurzh 13 a viz gouere....

Migrants. « Guing’emploi et compétences », le retour !

Entre décembre 2019 et septembre 2020, un dispositif expérimental pour l’intégration de quatorze migrants baptisé "Guing'emploi et compétences" avait été mis en oeuvre dans...

Espagne. Les arrivées de migrants se poursuivent à Melilla, des policiers blessés par des clandestins [Vidéo]

Melilla, enclave espagnole située sur le continent africain, a connu un nouvel assaut de migrants à sa frontière. Plus de 100 clandestins sont parvenus...