République tchèque. Victoire des « populistes », les communistes balayés

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

En République tchèque, les élections législatives se sont tenues les 20 et 21 octobre dernier. Breizh-info.com vous avait présenté les enjeux de ce scrutin il y a quelques jours. Et, sans surprise, c’est donc ANO, la formation d’Andrej Babis, qui est arrivée en tête à l’issue de ces élections.

Les partis classiques balayés

Au moment de faire les comptes, les scores sont sans appel et riches en enseignements. C’est avec plus de 30% des voix que le mouvement ANO a remporté les élections législatives. Son chef de file, le milliardaire Andrej Babis, va donc avoir la charge de constituer le nouveau gouvernement. Qui va succéder à l’actuel de Bohuslav Sobotka, composé lui de trois partis de centre-gauche? Souvent qualifié de « Trump tchèque » par la presse et par ses opposants, Andrej Babis est notamment critiqué pour son sens de l’opportunisme. Dans les mois précédents la tenue de ces élections, des soupçons d’une collaboration entre Babis et la police secrète communiste avant 1989 sont apparus dans les médias.

Évoquons à présent le sort des partis classiques déjà au pouvoir. Les sociaux-démocrates (CSSD) de Bohuslav Sobotka n’obtiennent que 8% des voix, un score trois fois moindre que lors des précédentes échéances. Quant à leurs alter-égos de droite, les conservateurs du parti ODS, ils ne font pas beaucoup mieux avec un modeste 11% des suffrages. C’est la première fois depuis 1993 qu’aucun parti classique de droite comme de gauche n’arrive en tête de cette élection.

La question migratoire, mais pas que !

Des mauvais scores qui peuvent surprendre puisque ces deux formations traditionnelles n’ont pas hésité à défendre des positions souvent jugées comme « populistes » par les observateurs internationaux. Ainsi, CSSD et ODS se sont positionnés tous deux clairement contre l’immigration illégale ou encore pour le renforcement des frontières de Schengen au cours de la campagne électorale.

Mais cela n’a pas été suffisant dans les urnes. Bien que la lutte contre l’immigration soit, semble-t-il, un prérequis pour parler à l’électorat tchèque, ce sont les discours anti-euro et anti-corruption d’Andrej Babis qui ont fait la différence. Sa défiance affichée vis-à-vis de l’Union européenne a séduit les Tchèques.

La surprise SPD

Hormis ANO, l’autre grand vainqueur des législatives est le SPD (« Liberté et démocratie directe »). Avec un score de 11%, c’est une réelle percée pour cette formation au discours ferme sur les migrants, les Roms mais aussi sur l’Union européenne. Tomio Okamura, figure médiatique et leader du SPD, a exprimé sa satisfaction samedi lors d’une conférence de presse :

« Je suis heureux que nos idées et notre programme qui visent à introduire la démocratie directe, à arrêter l’islamisation de la République tchèque et à stopper tout accueil de migrants aient bénéficié d’un si grand soutien ».

Pas d’octobre rouge pour les communistes

Autres grands perdants des élections : les communistes. Ces derniers n’obtiennent, en effet, pas plus de 8%. Une étiquette qui ne fait plus recette à l’Est. L’électorat le plus délaissé par une croissance économique pourtant bien réelle s’est davantage tourné vers Andrej Babis.

Par ailleurs, le Parti pirate est une autre révélation de ce scrutin avec son score avoisinant les 11%. Il entre pour la première fois au Parlement tchèque.

Enfin, les autres formations à accéder à la Chambre des députés sont les chrétiens-démocrates, les Maires et indépendants (STAN) et le mouvement conservateur TOP 09. Ils franchissent tous légèrement le seuil nécessaire des 5%.

C’est la première fois dans l’histoire tchèque qu’autant de partis politiques (neuf) vont devoir cohabiter au Parlement. Le jeu des alliances et des négociations autour d’Andrej Babis va pouvoir commencer.

Crédit photos : Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Gaspard Koenig sur le pass sanitaire. « Le gouvernement a perdu la notion de liberté ! »

Arthur Delaborde reçoit Gaspard Koenig, philosophe, essayiste, romancier, et président du laboratoire d'idées Génération libre qu’il a lancé en...

1 COMMENTAIRE

  1. Dans la vie y’a des gens bons et des andouilles, dans ce lot y’a 8% de super cons qui n’ont rien compris, comment peut-on encore être communiste avec ce que ces fascistes ont fait aux pays de l’Est…?

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Euro 2021. Le résumé des qualifications de la République Tchèque et de la Belgique

Euro 2021. Ci-dessous le résumé des qualifications de la République Tchèque et de la Belgique Victoire 1-0 et qualification de la Belgique face au Portugal...

Législatives. Jean-Eudes Gannat (L’Alvarium) : « Elire un député imperméable aux pressions des lobbies, qu’ils soient financiers, maçonniques, LGBT ou antiracistes »

Militant identitaire et porte-parole de l’Alvarium, Jean-Eudes Gannat se lance dans la bataille des élections législatives. Il sera en effet candidat à l’élection législative...

Les communistes staliniens l’emportent finalement au Guyana

Breizh Info avait raison ! En mars dernier, le troisième site breton d’actualité avait annoncé la victoire des communistes purs et durs dans ce territoire...

Municipales : plus que trois municipalités communistes en Bretagne

L’érosion du vote communistes se poursuit : s’il restait sur la mandature 2014-2020 cinq villes communistes de plus de 1000 habitants gérées par le...