La parole au peuple : les besoins des agriculteurs (vidéo)

A LA UNE

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

La plus ancienne représentation du roi Arthur se trouve-t-elle à Perros-Guirec ?

Perros-Guirec, la station des bords de Manche serait en possession d'une première mondiale : la première image connue du...

24/10/2017 – 08h00 Paris (Breizh-Info.com) – Des centaines d’agriculteurs français se donnent la mort chaque année. Les plus touchés sont les petits exploitants, ceux dont les revenus proviennent exclusivement de l’agriculture. C’est ce que nous vous avons déjà relaté plusieurs fois sur notre journal, à travers des exemples, des appels à l’aide, des témoignages d’une situation qui s’aggrave chaque année un peu plus.

Munie de sa caméra, Pegah Malek-Ahmadi de la chaine Youtube  » la parole au peuple  » s’est rendue à la rencontre de cette souffrance. Pour faire parler, pour comprendre les besoins des agriculteurs les plus exposés. Ainsi, dans cette vidéo,  Agnès, agricultrice, vous expose son analyse de la crise que traverse le monde agricole français et ses pistes de solutions pour remédier à cette situation terrible.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Contre le Pass sanitaire. Manifestation à Saint-Brieuc le samedi 31 Juillet à 14H

A Saint-Brieuc comme partout en dans le reste de la Bretagne et en France, la manifestation du 24 juillet...

Gaspard Koenig sur le pass sanitaire. « Le gouvernement a perdu la notion de liberté ! »

Arthur Delaborde reçoit Gaspard Koenig, philosophe, essayiste, romancier, et président du laboratoire d'idées Génération libre qu’il a lancé en...

4 Commentaires

  1. Nos politicards se sont toujours désintéressés de nos agriculteurs!
    Dans le village natal de mon époux: il n’y a pas de moyens de transports en commun, un seul commerce(la boulangerie) ouvert le matin, etc..etc..En 1962,dans la plupart de nos villages, on vivait comme au Moyen Age: pas d’eau courante, pas de gaz, pas d’électricité.. Nos politicards donnaient les sous des contribuables français aux musulmans, dans nos colonies.. ils ont investi  »à fond perdu ».. ils continuent à donner nos sous aux musulmans  »étrangers » au lieu de les donner aux  »vrais » Français non-musulmans!…

    • Les politicards sont loin de se désintéresser des agriculteurs: les premiers veulent que les seconds disparaissent. C’est aussi simple que cela. Ils sont en train d’y arriver.

    • Stupidité d’extrémistes contre-productifs.
      D’une, bio, c’est insuffisant. Il faut surtout de la permaculture.
      Que l’on s’oppose aux stupides extrémistes du conventionnel, certes, mais que ça n’inclut pas les agriculteurs conventionnels qui ne s’arqueboutent pas sur leur système.
      Ce sont eux qu’il faut convaincre, car on ne fera pas la révolution verte sans les personnes vivants à la campagne. Et ils se trouvent que la majorité des campagnards sont liés de près ou de loin au conventionnel.
      Perdre ces gens par des propos caricaturaux, et c’est la porte ouverte aux gros propriétaires terriens qui non seulement ne feront pas du bio, mais en plus de la finance.
      Il y a des verrous à faire sauter chez les petits exploitants, c’est sûr mais il faut dialoguer et non pas s’opposer. Certes, il y en a trop qui semble obtus mais la réalité leur fera comprendre ou, à défaut, abandonner leur activité.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Agriculteurs en colère : « La loi n’est pas assez contraignante vis à vis des distributeurs »

Des milliers d'agriculteurs et des centaines de tracteurs ont convergé sur Lyon et Clermont-Ferrand ce jeudi 25 mars, charriant avec eux des tonnes de...

Macron veut-il vraiment restaurer notre souveraineté alimentaire ?

Retrouvez désormais chaque jour sur Breizh-info l’éditorial du jour du quotidien Présent (pour vous abonner ou commander un numéro c’est ici) Sur la souveraineté alimentaire,...

Face aux antispécistes, la réponse artistique d’un éleveur breton

Le 28 août dernier le monde paysan a à nouveau fait l'objet d'une attaque des antispécistes. Cette fois c'est une exploitation familiale du Finistère...

Les députés votent pour une revalorisation des pensions minimales des agriculteurs

L’Assemblée nationale a adopté, en deuxième lecture, ce jeudi 18 juin, un projet de loi fixant le minimum de pension des agriculteurs à 85%...