Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CETA. Le gouvernement Philippe ne parvient pas à rassurer

Le CETA, accord de libre-échange avec le Canada, suscite doutes et inquiétudes depuis longtemps. Alors que ce traité est entré provisoirement en vigueur depuis le 21 septembre dernier, le gouvernement tente d’apporter des garanties quant à son application. Mercredi 25 octobre, en conseil des ministres, l’exécutif a donc dévoilé plusieurs mesures censées encadrer le CETA.

Il faut rappeler que ce traité ne s’appliquera totalement et définitivement que lorsque l’ensemble des parlements nationaux des états membres de l’union européenne l’auront ratifié.

Le plan français ne convainc pas

Une ratification qui est loin d’être acquise pour le Parlement français. Les différentes actions présentées mercredi ne semblent pas rassurer réellement députés et sénateurs. Y compris ceux acquis à la cause d’Emmanuel Macron. Sans parler des associations de défense de l’environnement ni des consommateurs. Les nuisances environnementales et les conséquences réglementaires de cet accord de libre-échange sont les deux principaux points soulevant le plus de questions.

Des experts mandatés par le gouvernement d’Édouard Philippe ont rédigé un rapport sur l’impact du CETA sur l’environnement, le climat et la santé afin d’apporter des garanties quant aux risques associés au nouveau traité.

Le climat négligé

Quelle place pour la lutte contre le réchauffement climatique dans cet accord de libre-échange à visée économique ?

Conscient des lacunes du texte actuel en la matière, le gouvernement français a émis plusieurs propositions à destination du Canada et des autres états de l’UE. Et propose notamment un « veto climatique ». Un concept que le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot explique comme un moyen de contraindre les partenaires au respect des mesures visant à limiter le réchauffement climatique. Mais l’affaire est loin d’être gagnée puisqu’il reste à convaincre le reste de l’Union européenne et le Canada. Qui ne chercheront pas forcément à s’opposer aux investisseurs privés.

CO2 et carburants

Toujours sur le plan environnemental, le gouvernement propose une révision de la directive européenne sur la qualité des carburants afin de réduire l’empreinte carbone. De fait, le pétrole brut extrait au Canada, particulièrement polluant, ne pourrait ainsi plus rentrer librement dans l’UE comme auparavant. Une idée qui, comme l’ensemble des actions suggérées, ne peut être actée par la France seule.

Quelles garanties pour les contrôles et règlements ?

Les inquiétudes des opposants au CETA portent également sur l’harmonisation des contrôles et des règlements entre les différents partenaires, principalement sur les méthodes de certification et de vérification de conformité.

Sur ce point, le gouvernement a annoncé qu’il préviendrait en amont les éventuels conflits d’intérêts. Plus facile à dire qu’à faire selon certains observateurs.

Au niveau sanitaire, l’exécutif a expliqué vouloir surveiller la sécurité mise en œuvre dans le cadre du traité. Une action destinée à rassurer des consommateurs échaudés par les affaires de fraude réglementaire, notamment concernant du boeuf nourri aux hormones et l’utilisation d’OGM.

CETA : principe de précaution asymétrique

Enfin, les diverses organisations hostiles au CETA dénoncent la légèreté des normes alimentaires et sanitaires canadiennes en comparaison de celles de l’UE. Sur ce point, elles évoquent le principe de précaution en vigueur dans les états de l’Union européenne tandis qu’il n’existe pas au Canada.

Une absence qui pourrait s’avérer lourde de conséquence une fois le CETA définitivement en vigueur. Le Canada comme les sociétés privées pourront alors attaquer en justice les restrictions commerciales imposées par l’UE.

L’obtention du consensus européen ne sera pas une partie de plaisir pour les Philippe, Hulot et consorts. L’arsenal argumentaire déployé lors de ce conseil des ministres montre déjà ses limites.

Crédit photo : wikimedia (cc)
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

A La Une, International

Démocratie directe en Suisse : l’UDC veut limiter l’immigration et la population à 10 millions via un référendum

Découvrir l'article

Tribune libre

Et si vous arrêtiez de croire aveuglément les faux prophètes, les monomaniaques, les manipulateurs et les profiteurs de crise ? [L’Agora]

Découvrir l'article

International

Aux USA, des professionnels vétérans du renseignement écrivent à Joe Biden au sujet d’une éventuelle intervention de la France en Ukraine

Découvrir l'article

International, Sociétal

Contenus en Ligne et influenceurs. La présidence belge de l’UE ne fait pas confiance aux Européens pour juger par eux mêmes

Découvrir l'article

Sociétal

Dominique de Villepin détruit la rhétorique totalement irresponsable de Macron sur l’envoi de troupes terrestres de l’OTAN en Ukraine

Découvrir l'article

Sociétal

Macron au salon de l’agriculture : deux versions médiatiques – Le Nouvel I-Média

Découvrir l'article

Politique

44 % des français considèrent qu’il faut limiter les pouvoirs du Conseil constitutionnel en matière de législation

Découvrir l'article

Sociétal

Pouvoir d’achat, Santé, Immigration, Déliquance : les principales priorités des Français

Découvrir l'article

International

L’UE approuve le pacte sur les migrations ; les pays d’Europe centrale dénoncent une “grave violation de la souveraineté”.

Découvrir l'article

International

« J’ai pris conscience de la réalité raciale en travaillant dans les écoles ». Un canadien témoigne

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky