Comme tous les ans, la pêche de la coquille Saint-Jacques dans la Baie de Saint-Brieuc a débuté au début de ce mois de novembre. Elle est attendue par les pêcheurs comme par toute une partie de l’économie locale. La Saint-Jacques est effectivement une véritable bouffée d’air frais pour toute la filière pêche dans cette région de Bretagne Nord.

Cependant, bien qu’il soit presque uniquement pêché à la drague, ces grandes poches de fer traînées sur le fond par le bateau, le coquillage tant prisé est aussi récolté à la main par des plongeurs sous-marins.

Peu d’élus

La particularité de cette pêche en plongée est que le nombre de licences octroyées aux professionnels des fonds marins est très restreint. Ainsi, ce ne sont pas plus de huit licences qui ont été accordées dans les Côtes d’Armor. Ceci afin de permettre aux plongeurs de pêcher sur le gisement de la Baie de Saint-Brieuc, le plus abondant.

Les quotas autorisés sont fixés par marée et par pêcheur et varient de 650 kg à une tonne selon les spécificités de la zone concernée. Et, comme les marins-pêcheurs utilisant la drague, les plongeurs ne peuvent partir à la recherche de la coquille Saint-Jacques que deux jours par semaine uniquement (le lundi et le mercredi). La saison se prolongera ainsi jusqu’à la fin du mois de mars.

Distribuées et valorisées à Saint-Malo

Le grossiste en produits frais Distri Malo, basé aux abords de la cité corsaire, s’est associé avec quatre des huit plongeurs autorisés pour ensuite proposer leurs coquilles à la vente. Les Saint-Jacques font tout d’abord un passage dans les viviers de la société afin d’être purifiées et dessablées, bien que les coquilles de plongée comportent beaucoup moins de sable que celles pêchées à la drague. Ce sont ainsi six tonnes de coquillages issus de cette pratique de pêche respectueuse des fonds marins qui sont commercialisées chaque semaine par Distri Malo.

Une réussite que l’entreprise compte mettre davantage en avant en valorisant ces produits de haute qualité. Un critère qui prime de plus en plus sur la quantité.

Crédit photo : Flickr 
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine