Peut-on vraiment boire de l’alcool dans les trains de la SNCF ?

A LA UNE

21/11/2017 – 06h00 Rennes (Breizh-info.com) – Voyager en mangeant un sandwich ou en buvant une bière, quoi de plus nature ? Du reste, rien dans les gares n’indique que l’alcool est interdit dans les trains, au contraire de la cigarette, même si certains osent encore s’en griller une sur le quai ou en profitant d’un court arrêt. Cependant, si nombre de voyageurs boivent leur bière sans jamais avoir de remarques de la part des agents, certains se retrouvent avec la menace d’une amende.

Sur le site des questions SNCF la réponse à la question est la même en 2016 comme en 2012 : « la consommation d’alcool est autorisée à bord des trains, dans les limites fixées par la loi ».

Sur les trains Eurostar – confrontés au problème des Anglais alcoolisés, la quantité d’alcool est limitée mais reste raisonnable : 12 bouteilles/cannettes de bière, 6 bouteilles de vin ou 3 d’alcool fort par passager en service normal – largement de quoi calmer sa soif. En service ski de jour, quatre bouteilles ou cannettes de bière, une bouteille de vin et pas d’alcool fort. Tout alcool est interdit en service ski de nuit et pour les événements sportifs, les bouteilles sont confisquées et détruites à l’enregistrement.

Cependant, un de nos lecteurs nous envoie un témoignage qui tend à démontrer le contraire. « Il y a quelques semaines je rentrais de Saintes vers Nantes ; il y a bien trois heures trente de trajet et il y a une supérette dans la gare de Saintes qui vend de la bière. Donc j’en prends une et je m’installe dans le train, je l’ouvre, le train part, je savoure… Et là y a une patrouille de la SUGE [la police ferroviaire] qui passe et un agent m’ordonne de ranger ma bière sinon c’est l’amende ».

Éberlué – notre lecteur qui « voyage en train depuis des années et jamais aucun contrôleur ne lui a fait de remarques sur l’alcool » – regarde sur internet, tombe sur la page des questions SNCF qui indique que l’alcool est autorisé et attend patiemment que la patrouille passe dans l’autre sens pour en savoir un peu plus. « J’ai interpellé l’agent en lui montrant la page des questions réponses SNCF, il m’a répondu que ça n’avait aucune importance. Il a farfouillé sur son terminal et m’a montré qu’il y a un code infraction officiel SNCF pour la consommation d’alcool hors buffet de gares et wagons-restaurants, et que c’est 50 euros d’amende ».

Une amende qui en théorie peut aussi s’appliquer à ceux qui boivent des bières dans les salles d’attente, sur les quais en attendant leur train… et donc dans les trains. Mais cette règle ne semble jamais appliquée en réalité, nombre de contrôleurs étant même persuadés qu’il n’y a que l’ivresse de certains clients (l’IPM ou ivresse publique manifeste, c’est à dire celle qui trouble l’ordre public) qui pose problème.

Vérification faite, s’il existe bien un code infraction (4097) pour « l’entrée ou le séjour d’une personne en état d’ivresse dans l’enceinte du chemin de fer » (articles 77 et 80-1 du décret 42-730 du 22 mars 1942), et bien d’autres, que ce soit pour la mendicité agressive (4098), la diffusion de tracts (4100), le tapage (4139), les quêtes non autorisées (4099), la traversée irrégulière des voies (4077) ou le fait de fumer (4087), il n’y en a pas pour l’usage de boissons alcoolisées dans la liste. Et on ne trouve rien non plus dans le Code des Transports.

« Bref, j’ai mis ma bière dans un sac en papier kraft, j’ai attendu que la SUGE se casse et je l’ai finie », achève notre lecteur. Cinquante euros la bière, ça fait cher le billet de train. A nous de vous faire préférer le Transsibérien

Louis Benoît Greffe

Crédit photo : wikimedia commons (cc)
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

Articles liés