Yémen : 1 000 jours d’un conflit sanglant. Une vidéo pour comprendre

A LA UNE

23/12/2017 – 07h45 Sanaa (Breizh-info.com) –1 000 jours de conflit au Yémen, et pourtant, une guerre très peu médiatisée. Nous vous proposons ci-dessous une vidéo explicative du conflit, réalisée par la chaîne Youtube « Le Monde en cartes ».

Plus de 10 000 morts, une grave épidémie de choléras, des populations déplacées… depuis mars 2015, le Yémen connait une guerre civile servant d’exutoire aux grandes puissances régionales. Selon l’ONU la crise Yéménite serait tout bonnement la « pire crise humanitaire au monde » avec plus de la moitié de la population menacée par la famine soit au moins 15 millions d’autochtones.

2 000 personnes sont déjà décédées du choléra et plus d’un million de cas ont été suspectés depuis mars 2017. S’ajoute à cela des cas mortels de diphtérie et la privation d’eau potable pour 2 million et demi d’habitants. Parmi ces victimes du conflit : de nombreux enfants dans une population dont l’âge moyen est de moins de 20 ans…

Une situation sanitaire qui s’est largement aggravée avec la mise en place d’un blocus aérien par l’Arabie Saoudite, un blocus imposé depuis trois ans et dont la rigidité varie au gré des tirs de missiles en provenance du Yémen en direction de Riyad, la capitale saoudienne. Le Yémen, dépendant des exportations tant sur le plan alimentaire que sanitaire, se trouve donc extrêmement affaibli… un affaiblissement qui s’accentue avec les faibles revenus liés à ses ressources naturelles : le gaz et le pétrole dont l’exploitation décroît avec le conflit.

Dans cette guerre, les houthis zaïdites, une branche minoritaire du chiisme, sont accusés d’être soutenus par l’Iran, la grande puissance chiite régionale qui règle donc ses comptes avec l’Arabie Saoudite, grand financier des causes sunnites qu’elles soient militaires ou terroristes.

Début décembre, le conflit a pris un nouveau tournant avec la mort d’Ali Abdallah Saleh tué par les rebelles houthis qui dirigent la capitale Sanaa quand leurs ennemis sunnites, loyales au président Abdrabbo Mansour Hadi sont basés à Aden à l’extrême sud du pays avec le soutien de l’Arabie Saoudite. Une capitale temporaire redevenue un lieu de vie économique grâce au soutien saoudien avec notamment la réouverture d’un aéroport de 2016, celle d’une raffinerie ainsi que l’arrivée de la Banque centrale du pays cette même année.

Les forces sunnites du président Mansour Hadi jouissent donc à présent non seulement des moyens nécessaires au fonctionnement d’une économie, mais aussi du soutien de l’Arabie Saoudite et de la coalition arabe composée des Emirats Arabes Unis, de Bahreïn, de la Jordanie, du Qatar, du Maroc, de l’Egypte, du Koweït et du Soudan sans compter le soutien américain ainsi que celui de groupes terroristes dont la puissante organisation AQPA : Al-Qaeda dans la Péninsule Arabique ainsi que de Daech.

Côté chiite, s’il est difficile de ne pas voir la main de Téhéran en soutien aux rebelles houthis, la nation perse n’a cependant pas effectué de bombardement ni déployé de troupes sur place contrairement à la coalition arabe. Comme souvent dans la région, les chiites semblent bien esseulés, pris en étau entre les riches pays sunnites, leurs alliés américains et les groupes terroristes et pourtant les Houthis résistent pour l’instant dans ce conflit qui, s’il est finalement peu médiatisé, est d’une importance cruciale au niveau régional notamment pour le positionnement géographique du pays situé face à la corne de l’Afrique.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

L’Amérique : de la pensée biblique à la pensée unique..

La pensée unique qui ravage le monde occidental est le dernier avatar de la pensée biblique dont l’origine se...

Shopopop et la livraison à domicile entre particuliers arrivent à Carhaix

Après Rostrenen, le Centre Bretagne est de nouveau la cible de la plateforme de livraison collaborative Shopopop, qui vient...

3 Commentaires

  1. Merci pour ces commentaires. Ne connaissant pas la situation des Rohingyas, je sais voici depuis peu qu’ils sont musulmans, installés depuis, je pense l’expansion faite voici 1400 ans par le fondateur de l’islam, Muhammad le grand fossoyeur des nations qui non pas put endiguer la barbarie qu’il a infligée aux populations autochtones de l’époque. Comme vous le démontrez dans votre vidéo, ces musulmans se sont installés et prospérés parmi les survivants de ces pays, comme partout ailleurs. Nous avons connu les mêmes barbaries chez nous en Europe. Il est à voir et à écouter que bons nombres de personnes tirent la sonnette d’alarme quand des musulmans se font malmener, voire tuer. Je constate avec amertume qu’il y a des crimes commis partout dans le monde, en France notamment, nous avons eu notre lot de crime commis par des musulmans. Aucun de nos dirigeants, encore moins les personnes qui les défendent se disent offusquées du comportement de cette soi-disant religion de haine et de violence. Nous sommes dans une inversion des valeurs démocratiques qui abuse certainement par les gains reçus de certains pays, puissant, qui finance nos gouvernements et construisent des mosquées en banlieue dans nos agglomérations, qui ne sont pas comme on veut nous faire croire, des endroits de prière, une mosquée est un lieu où l’on enseigne la haine et la violence sur les non-musulmans. Les bien-pensants de notre démocratie, souteneur de cet état de fait ne crie en aucun cas, stop pour tous ces crimes.
    Je demande seulement que ceux qui veulent la démocratie, lisent le coran pour y voir tous les versets et sourates qui proposent la mort, le meurtre, l’extermination, ainsi que toutes les joyeusetés qui sont inscrites et qui ne sont pas abrogeables.
    Le musulman qui voit clair et qui veut quitter cette secte et tué sans autre forme de procès.
    Pour conclure : à force de fausse vérité, de mensonge, les musulmans se font mal voir depuis trop longtemps.
    Crier aux loups depuis autant de siècles finira par les perdre.
    Ils subissent le juste retour de bâton.
    Qui sème le vent, récolte la tempête.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés