02/01/2018 – 05h00 Rennes (Breizh-info.com) – C’est un bien triste bilan que celui publié par le collectif « les morts de la Rue » : celui du nombre de décès connus du collectif (liste non exhaustive donc) de personnes sans domicile fixe en 2017, en France.

En Bretagne historique, plusieurs dizaines de SDF sont ainsi morts dans la rue durant l’année – alors que dans le même temps le gouvernement  et des associations ont multiplié les ouvertures d’hôtels et de centres pour y accueillir des migrants, ce qui ne manque pas de susciter colère et indignation.

Pour qu’ils ne soient pas oubliés – eux qui la plupart portent des prénoms européens et qui ont été oubliés par l’État garant de leur sécurité au profit d’autres – nous publions leurs identités connues en forme d’hommage relayant ainsi l’appel de ce collectif :

  • ces hommes et ces femmes sont morts. leurs noms sont publiés pour les honorer. Leur mort est un scandale qui doit interpeller chacun à un niveau personnel comme collectif, et quelles que soient nos appartenances politiques ou religieuses.

Jacques, 65 ans, décédé à Nantes en janvier 2017.
Simon, 80 ans, décédé à Rennes.
Kacem, 50 ans, décédé à Saint-Herblain.
Didier, dit Lorenzo, 53 ans, décédé à Nantes.
Sadic, 29 ans, décédé à Nantes, en janvier toujours.

Manuel 47 ans, décédé à Nantes, en février.
Un homme de 48 ans, décédé à Landudal (29).
Roland, 47 ans, décédé à Nantes.
Eric, dit Mike, 47 ans, décédé à Nantes.
Ruben, 61 ans, décédé à Nantes, en avril.

Pascal, 54 ans, décédé à Nantes.
Stéphane, 49 ans, décédé à Nantes.
Michel, 56 ans, décédé à Rennes.
Plume, 45 ans, décédé à Rennes, en Mai.
Régis, 71 ans, décédé à Rennes, en Mai.

Julien, 38 ans, décédé à Quimper, en juillet.
Frédéric, 51 ans, décédé à Rennes, en juillet;
Oussama, 22 ans, décédé à Nantes.
Jean-Luc, 59 ans, décédé à Rennes.
Antony, 27 ans, décédé à Rennes.

Antoine, 31 ans, décédé à Nantes.
Marc, 33 ans, décédé en août à Rennes.
Michel, décédé en décembre à Nantes.
Daniel, 50 ans, décédé à Bain de Bretagne en décembre.
Maëlle, 31 ans, décédée à Rennes.

Vous en connaissez d’autres ? contactez le collectif

Par courriel : mortsdelarue{at}wanadoo.fr ou mortsdelarue{at}free.fr

ou par tel : 01 42 45 08 01

Pauvreté en France : le GSCF interpelle les candidats à l’élection présidentielle

4 Commentaires

  1. Pour les « autorités », les médias et les bobos, ce qui compte, c’est que Mamadou, Fatou et Ibrahim soient au chaud, nourris et habillés, qu’ils aient des téléphones et des ordis pour appeler au pays et dire aux autres qu’ils peuvent venir !
    Français en France, c’est considéré comme une anomalie, une tare, alors un Français mort dans la rue ou un flic tabassé et brulé, c’est négligeable pour nos élites !
    Bonne année de soumission !

  2. Un jeune ingénieur Bordelais nous a envoyé son projet pour les SDF, je pense qu’il vaut la peine d’être soutenu si les politiciens ne pensent pas à se servir d’abord. Nous pensons que nous pourrions le tester chez nous, en Algérie, dans des endroits où les séismes sont fréquents.
    https://www.iglou.fr/

  3. Existe t-il un autre endroit au monde ou l’état et les associations mettent autant de moyens et d’énergies pour venir en aide à des migrants tout en laissant crever dans la rue les indigents locaux ? des années qu’il y a des SDF ( comme si ces gens avaient un domicile itinérant…) qui crèvent de froids chaque hiver, des années que des SDF crèvent de faim, n’ont plus rien, strictement rien….et à ces migrants tout est fait pour qu’ils soient logés, nourris, soignés…ce monde me fout la gerbe.

Comments are closed.