Du sang, de la haine, des larmes : la société qui nous attend demain [Tribune libre]

zombie-1305390_960_720

Des fous dangereux – car ce qu’ils font relève de la psychiatrie – sont à l’oeuvre dans nos pays d’Europe de l’Ouest actuellement. Ouverture des frontières de l’Europe, accueil de migrants sans discontinuer malgré les tensions déjà existantes entre communautés au préalable de leur arrivée, féminisation des occidentaux (sous prétexte de l’égalité homme/femmes), déboulonnement progressif de la famille, de l’histoire commune, des sexes, de presque tout ce qui a constitué ce que nous sommes aujourd’hui.

Et vous croyez vraiment que tout cela va se faire dans le calme et la paix ?

Nous sommes en train de les laisser construire une société de haine, de sang, de larmes. Une société dans lequel la tentative de viol d’une femme en Italie, dans un hôpital, par un migrant déguisé en infirmier, est presque devenu banal, et ne suscite presqu’aucune réaction, si ce n’est frustration et esprit de vengeance. Il recommencera, il y’en aura d’autres.

Demain, des femmes flics tabassées comme à Champigny, il y’en aura 10, 100, 1000…puisqu’il se trouve toujours, sur nos télévisions, dans nos radios, des pourris comme la « grande gueule » Marchal pour oser expliquer que ces violences se traiteront par la culture et par l’éducation. Mais pourquoi laisse-t-on encore parler ces sinistres individus ?

Dans n’importe quelle société saine, un homme qui pénètrerait illégalement dans un pays, et qui tente de violer une femme serait lynché par une foule en colère. 200 individus qui s’attaqueraient gratuitement à une femme policier subiraient quelques rafales d’armes automatiques pour faire comprendre à tous les autres – qui regardent les vidéos – ce qu’ils risquent si ils font la même chose.

Au lieu de cela, on laisse faire. Tout le monde, y compris les autorités, semble résigné. Ne pas taper, ne pas répondre, pas de violence, pas de riposte, se laisser faire, encore, toujours, chercher des excuses, trouver des explications à ce qui n’est plus explicable. Tenter avec quelques fous d’interpréter un geste qui n’a aucune signification.

Demain, voici ce qui arrivera :

L’immigration – phénomène récent ou moins récent qui lie le migrant italien à la foule de lyncheurs de policiers – continuera en France, en Angleterre, en Belgique puisque personne ne semble disposé à vouloir stopper le flot, à vouloir empêcher les associations de se saisir d’individualités pour vouloir justifier le collectif, à vouloir repousser quelques bateaux, et cela pour sauver à terme des millions d’individus.

De cette immigration naitrons des enfants qui viendront en partie rejoindre les rangs, déjà nombreux, de tous ceux qui rejettent ce que nous sommes, c’est à dire une civilisation blanche, chrétienne, européenne. Ils viendront par ailleurs pour une large partie d’entre eux rejoindre les rangs des précaires et des nécessiteux de l’aide sociale. La sécurité sociale s’effondrera – elle n’est viable que sur une terre fermée, pas dans un monde ouvert où tout le monde rentre et se sert, notre système de santé s’écroulera, sauf pour ceux qui auront les moyens de s’assurer confortablement.

Les autochtones continueront à massivement quitter les zones – et personne ne pourra les obliger à rester – majoritairement peuplées d’immigrés. Les immigrés continueront de vivre en communautés, avec leurs règles, leurs normes, leur culture. La délinquance sera de plus en plus sauvage, violente, étalée sur tout le territoire.

Viols, dépouille, meurtres, agressions gratuites, cambriolages : les autochtones précaires trinqueront, les riches se barricaderont là où ils le peuvent, dans des quartiers de luxe sécurisés, à la sud africaine. Et l’on continuera d’entendre des fous furieux, qui expliqueront peut être un jour que le viol d’une femme enceinte dans un hôpital par un immigré est une compensation par rapport au pillage des richesses de l’Afrique. Qu’un lynchage de policiers par des gangs d’africains n’est en réalité pas un lynchage mais « une forme d’expression artistique post coloniale ». Et d’autres iront réclamer la constitution et le financement d’un clip de rap pour « défouler cette jeunesse qui a des choses à dire », tandis que certains élus proposeront de financer la construction de bâtiments fantômes et de robots policiers sur lesquels « il sera possible à nos jeunes de s’exprimer sans enfreindre la loi ».

Les fous ou bien ceux qui les écoutent se disent « mais il est parano, il dit n’importe quoi » en lisant ces lignes. Pour eux, qui ont atteint de toute façon le point de non retour, advienne que pourra, l’objectif étant de faire partie de l’élite préservée de l’horreur qui vient.

Les trouillards, les pleutres, les collaborateurs passifs, ceux qui vivent comme des larves eux, savent très bien que c’est ce qui va se passer si l’on continue comme cela. Ils refusent simplement de le voir, et le refuseront même lorsqu’ils seront eux mêmes touchés par cela. On ne peut rien faire pour eux. Cela ne sert à rien de taper du pied et de refuser de voir ce qui se passe.

Si cela ne vous touche pas aujourd’hui, cela arrivera demain, ou après demain, ou encore après demain, et ce n’est pas parce que vous fermerez les yeux que vous ne sentirez pas la lame chaude de votre agresseur vous transpercer le ventre. Ce n’est qu’une question de temps.

Reste les personnes conscientes,  qui savent très bien que ces années noires arrivent, que ce seront des années de haine, de sang, de larmes, années engendrées par des décennies de gouvernance de déséquilibrés. Des années durant lesquelles il faudra être impitoyable avec les barbares, avec les sauvages. Car si il ne faut pas hésiter à « terroriser les terroristes » islamistes, il faudra sans doute faire preuve d’une radicalité insensée pour mettre au pas ceux qui auront décidé de s’en prendre à nos familles,  à nos enfants, à nos amis, à notre communauté.

On ne combat par l’islamisme avec des stylos et des fleurs. On ne combat pas la sauvagerie avec des bouquins de philosophie et de l’argent. On ne résiste pas à une invasion avec des statistiques et des fadaises humanitaires. Sinon, on finit par y laisser sa peau.

L’heure de vérité se rapproche à grands pas.

Julien Dir.

Les points de vue exposés dans cette rubrique n’engagent que leur auteur et nullement la rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. 

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

  • Bien vu, Julien! Tu as tout à fait raison. Le vivrensemble-euh ne fonctionne pas. Et pas plus en France qu’en Kabylie. Vouloir forcer des gens qui n’ont rien à se dire, à cohabiter est une absurdité. Je pense que des milices et des sociétés secrètes finiront par se former afin que le sang et les larmes ne viennent pas toujours du même côté. Je ne vous souhaite pas une guerre civile, nous avons déjà donné, mais si elle doit avoir lieu, vos dirigeants seront impuissants à l’arrêter.

    • Alban Havard

      les dirigeants vont surtout fuir, telle est leur programme, instauré la guerre civile et se barrer, il reviendront ensuite ramasser les miettes !

  • abeilles

    Nous devons être fous littéralement fous à lier dans ce Pays ;pour autoriser chaque année ,l’entrée de 50.000 personnes qui seront à l’origine de la future augmentation de la population d’origine immigrés
    J’ai l’impression de regarder ce Pays construire frénétiquement son propre Bûcher FUNERAIRE Enoch Powell en 1974 il n’y a plus qu’à craquer l’allumette
    Je remercie les français de leur grandeur d’âme envers les autres avant les leurs ,c’est ce que Le Pen Jean Marie a toujours dénoncé ,on l’a souillé de raciste ,xénophobe ,les français ont été prévenu ;il était breton ,vous avez préférez la GAUCHE merci

    • Per-Niflard

      50.000 ? Vous êtes modeste .
      Disons 200.000 légaux – avec visa d’entrée et cartes de séjour – et autant de clandestins .

      • abeilles

        C’était en 1974 ,depuis ils ont fait des petits,plus depuis 2011 c’est la grande invasion ,puisque avec Sarkozy les préfectures avaient été envahi ,Mais cela n’a pas fait bouger les français ,comme ce déferlement ,c’est une tragédie ,LA les français n’ont aucun respect envers leurs propres enfants qui subiront le Boomerang ,la guerre civile ,sans leur Cellules de crises ni leur psy Bonne soirée

  • guylaine

    Pourquoi croyez vous que tous ceux qui nous poussent vers ce travers de vie ont un pied à terre de l’autre côté de la méditerranée ?

    • christine

      C’est pas pour ça qu’ils seront à l’abri !
      Y’aura des chasses à l’homme dans le monde entier.

  • christine

    Et on nous dit que les français ne font pas assez d’enfants ,qu’on a un problème démographique !
    Comment voulez-vous que dans une telle société ,on ai des projets d’avenir ,tous les saints d’esprits savent que leurs progénitures est en danger !

  • jeanmari

    D’accord sur tout et au de-là…

  • Jean Jacques Derlon

    Tout à fait juste, notre destin est programmé par des dirigeants qui se mettront bien à l’abris le jour où ils commenceront ce pourquoi ils arrivent en masse. A 99 % des hommes…tiens tiens bizarre, ils fuient par peur, mais laissent femmes et enfants aux mains de ceux qu’ils fuient..?? Alors ils sont des lâches, ou peut être viennent ils pour gonfler l’armée clandestine de ceux qui veulent islamiser l’Europe et nous imposer leur charia..!! Les viols vont se multiplier, les caisses sociales que nous avons remplies vont se tarir non pas pour aider nos enfants et nos anciens, mais la manne sera distribuée à des étrangers qui ont déjà prévenu qu’ils vont conquérir l’Europe avec le ventre des femmes qu’ils vont faire les rejoindre, 1 homme, 3 femmes 15 enfants… Ils obtiendront la suprématie en nombre d’ici à 20 ans sans une réaction forte de nos dirigeants qui ne le feront pas…Ils préfèrent que la guerre civile fasse sont oeuvre, du sang, de la sueur et des larmes seront le quotidien de nos enfants et de leurs enfants…Mais chut, il ne faut rien dire, rien voir et rien entendre et devenir de parfaits dhimmis..!!! Pour ma part le choix est fait, je suis Breton et « kentoc’h mervel eget em zaotra » ( Plutôt la mort que la souillure ) je ne me laisserai pas islamiser par n’importe quel moyen….!!!

  • Armoricaine

    JeanClaude Juncker qui a mis son identité au service de L’Union Européenne pour une cause mafieuse mortifère dans laquelle il n’est pas engagé en sombre dans l’alcoolisme.

    Et le prêt-à-penser fait diversion en stigmatisant Donald Trump qui a sauvé, par la volonté populaire, les USA du succédané d’Obama (élevé par un beau-père coranique…ce qui permet de comprendre par exemple la curieuse politique Démocrate étrangère vis à vis de l’islamisation d »une l’Afrique violentée et violée).
    Qu’Israël veille sur Jérusalem.
    Nous devrons veiller sur Nous qui sommes mis en danger.

  • René Varenge

    Bien dit

  • Pascal Prouteau

    Article qui détaille exactement, comme d’autres prophéties d’ailleurs, ce qui nous attend! Quand le moment sera venu, je défendrai cher ma peau et celle de ma famille, qu’on se le dise!

    • Alban Havard

      il ne faut surtout pas être seul, sinon, tu ne tiendras pas longtemps !

  • Pingback: Du sang, de la haine, des larmes : la société qui nous attend demain [Tribune libre] - Les Observateurs()

  • Remi Peronnet

    C’est très bien dit ! Les français, quand vont t’ils se réveiller ? On parle du Droit des Peuples Premiers ! Mais qu’en font nos gouvernants ? On laisse entrer des migrants de tous poils en France et après le gouvernement organise un référendum d’auto détermination en NC. A quand un référendum en France ? Le peuple est en effet Souverain, et non le Président !

  • Remi Peronnet

    Radio courtoisie. Ecoutez l’émission sur De Gaulle et Pétain ! ça vaut le coup et ça explique bien des choses sur ce qu’il se passe en Europe !