« La jeunesse éternelle ». Qui n’a donc jamais prononcé cette formule en guise de vœux restés pieux jusqu’ici ? Seulement voilà, les choses évoluent. Et les découvertes scientifiques avec elles. C’est de Lisbonne que provient l’hypothèse d’un vieillissement cellulaire qui ne serait plus une fatalité.

De quoi s’agit-il ?

C’est une étude scientifique publiée le 8 janvier dernier qui redistribue les cartes de notre avenir biologique. Les travaux en question ont été menés par une équipe de chercheurs de l’Institut de médecine moléculaire João Lobo Antunes de l’université de Lisbonne, au Portugal.

Les scientifiques affirment notamment avoir observé qu’en manipulant une molécule dénommée Zeb2-NAT, le vieillissement des cellules s’inversait. Concrètement, la molécule en question est l’un des éléments permettant la synthèse de la protéine Zeb2. Cette dernière déclenche quant à elle la transition épithélio-mésenchymateuse.

En langage profane, cette transition désigne un processus majeur dans la reconstitution des tissus endommagés.

Régénérescence possible

En guise de cobayes, les scientifiques portugais ont réalisé leurs expériences sur des souris. En analysant la peau de celles-ci, ils ont constaté que les cellules des souris les plus vieilles fournissaient davantage de molécules Zeb2-NAT que les jeunes animaux.

C’est donc à partir de tests sur la molécule en question que les chercheurs sont parvenus à un résultat intéressant : transformer les cellules adultes en cellules-souches pluripotentes. En clair, des cellules ayant la faculté de se régénérer de manière autonome. Mais aussi capables de se substituer aux cellules mortes de la peau par exemple.

Pour quelle utilisation ?

Bien que l’inversement du cycle cellulaire ait déjà été réalisé par d’autres procédés, cette nouvelle découverte permet cette fois d’entrevoir une réelle possibilité d’utilisation de la méthode.

Mais, avis à ceux rêvant déjà d’immortalité ou d’une cure de jouvence permanente, la priorité des chercheurs est avant tout de permettre la régénérescence des tissus malades chez les personnes âgées. Une première étape qui est encore lointaine et qui va nécessiter beaucoup de travail avant la commercialisation d’un traitement adapté.

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/Pedro Ribeiro Simoes)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

  1. Il y a bien d’autres découvertes ,mais ce n’est pas connu en France ,car l’UE veille à ce que les grands labos et multinationales continuent à nous vendre leurs médicaments.
    Pour moi ,la médecine régénératrice est une super avancé pour empêcher les gens de souffrir ,croyez en mon expérience car j’ai de l’arthrose aux genoux et je souffre tous les jours et je maudit la recherche française qui ne fait aucun effort pour ce problème qui touche pourtant des millions de personnes.

  2. Vieillir est une étrange et puissante aventure intime de la Vie qui se dé-fait et pénètre la métaphysique d’une manière empirique et son grand questionnement philosophique sur la Vie que sanctuarise la Mort.
    Le mythe de l’éternelle jeunesse est un dessein matérialiste d’une triste réduction de la Vie.
    L’avenir est dans la recherche médicale sur les cellules souches (ex cordon ombilical) re-programmées pour re-générer différents types de cellules malades, déficientes à tous les stades de la vie. Pour définitivement abandonner le jeu de massacre (lucratif) qui consiste à détruire les cellules malades qui se reconstituent en métastases le tout effondrant les cellules saines.

Comments are closed.