Une sénatrice (LR) veut contrôler et surveiller Snapchat

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

16/01/2018 – 08h20 Paris (Breizh-info.com) –La sénatrice Frédérique Puissat, membre des Républicains, veut que la loi française permette désormais de contrôler Snapchat (réseau social) en gardant la trace des messages effacés et en mettant sur écoute les personnes suspectées d’être impliquées dans des violences urbaines, durant la durée de celles-ci.

Le 28 décembre dernier, sa question écrite adressée au ministre de l’Intérieur a en effet été publiée au JO (Journal Officiel), question que voici ci-dessous :

« Mme Frédérique Puissat attire l’attention de M. le ministre d’État, ministre de l’Intérieur sur la question de la surveillance des communications entre individus à l’origine de violences urbaines utilisant en particulier l’application mobile Snapchat. En effet, l’analyse d’actes de violences urbaines tels qu’ils se sont déroulés notamment à Vienne, dans l’Isère, dans la nuit du 21 novembre 2017 à la suite du décès tragique d’un jeune viennois happé par un train alors qu’il prenait la fuite consécutivement à un contrôle de police, montre une véritable coordination entre les casseurs des différents quartiers.

En effet, lorsque les autorités arrivaient dans un des quartiers touchés par les violences, des incidents démarraient instantanément dans un autre, attestant que cette coordination serait le résultat d’une communication active entre les différents groupes via l’application mobile Snapchat dont les messages sont automatiquement effacés dès qu’ils sont lus. L’appareil législatif actuel ne permet cependant pas la mise sous écoute des personnes responsables quand bien même elles sont fortement suspectées par les autorités.

Aussi, il semble nécessaire aujourd’hui de faire évoluer la législation afin d’une part que les réseaux sociaux soient dans l’obligation de conserver une trace des communications émises et que celles-ci puissent être récupérées par les autorités judiciaires dans le cadre de leur enquête et d’autre part que le parquet soit autorisé à prononcer la mise sous écoute des personnes suspectées d’être impliquées dans les violences urbaines pendant toute la durée de celles-ci. Aussi, elle lui demande si de telles mesures qui semblent indispensables pour remédier aux violences urbaines et arrêter leurs auteurs, sont de nature à être envisagées par le Gouvernement. »

Cette question du contrôle de Snapchat intervient alors que dans le même temps, une cinquantaine de jeunes filles, âgées de 13 à 16 ans et résidant dans l’agglomération de Strasbourg, sont victimes depuis le début d’année d’une campagne malveillante sur le réseau social .

La ministre de la Justice a par ailleurs proposé mercredi 13 décembre 2017 d’imposer une autorisation parentale aux mineurs de moins de 16 ans qui veulent s’inscrire sur un réseau social.

Les applications chiffrées (comme Télégram ou What’s app) ainsi que celles comme Snapchat qui permettent un effacement instantané des messages sont la hantise, notamment des forces de l’ordre – qui ne parviennent pas, pour le moment, à totalement avoir la main dessus en matière de surveillance, même si l’exemple de la jeune islamiste projetant de commettre un attentat à Rennes et démasquée sur Telegram montre que ces réseaux contiennent aussi des failles de sécurité.

Nombre d’utilisateurs actifs des réseaux sociaux en France et dans le monde en 2018 :

  • Facebook : 2,1 milliards d’utilisateurs actifs dans le monde (Facebook 01/11/17), dont 33 millions d’utilisateurs actifs en France (Facebook 17/06/17)
  • YouTube : 1,5 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde (YouTube 22/06/17), dont 30,1 millions de visiteurs uniques* en France (Médiamétrie 30/10/17)
  • Instagram : 800 millions d’utilisateurs actifs dans le monde (CNBC 26/04/17), dont 16,4 millions de visiteurs uniques en France* (Médiamétrie (30/10/17)
  • Twitter : 330 millions d’utilisateurs actifs dans le monde (Twitter 26/10/17), dont 15,6 millions de visiteurs uniques en France* (Médiamétrie 30/10/17)
  • WhatsApp : 1,3 milliard d’utilisateurs actifs dans le monde (WhatsApp 28/07/17), dont 13,4 millions de visiteurs uniques en France* (Médiamétrie 30/10/17)
  • Snapchat : 178 millions d’utilisateurs actifs dans le monde (Snapchat 08/11/17), dont 12,2 millions de visiteurs uniques en France* (Médiamétrie 30/10/17)
  • LinkedIn : 106 millions d’utilisateurs actifs dans le monde (LinkedIn 27/10/16), dont 10,7 millions de visiteurs uniques en France* (Médiamétrie 30/10/17)
  • Pinterest : 200 millions d’utilisateurs actifs dans le monde (Pinterest 14/09/17), dont 3,8 millions de visiteurs uniques en France* (Médiamétrie 02/06/17)

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais...

En réponse à Isabelle Le Callennec : Quel modèle énergétique pour la Bretagne ?

Lundi, nous avons publié une lettre ouverte d'Isabelle Le Callennec, tête de liste pour Les Républicains aux élections régionales....

1 COMMENTAIRE

  1. Ne pas oublier que censure est consubstantielle à république…et ce,depuis le début…il suffit de constater l’epaisseur Du code pénal…il faut bien que l’electeur croit que son député bosse à fond pour le bien commun..ils agissent sur la liberté avec une lime…par petites passes insignifiantes,la pièce diminue,diminue et nous n’y voyons rien à redire…ce n’est perceptible qu’à la condition de regarder la décade précédente

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nouvelles conditions d’utilisation whatsapp. Qu’est-ce qui change pour les utilisateurs ?

Dans quelques jours, les nouvelles conditions d’utilisation de la messagerie WhatsApp auront changé. À cette occasion, Me Claire Poirson, avocate associée au sein du...

Comment limiter les cybermenaces auprès de vos enfants ?

Cyber intimidation, arnaques, leurre d’enfants… Les cyber risques fleurissent sur les réseaux sociaux et menacent nos enfants et nos adolescents. Les réseaux sociaux regorgent de risques...

Les données de 500 millions de comptes LinkedIn mises en vente

Quelques jours après l’annonce d’une fuite de données qui a touché plus d’un demi-milliard d’utilisateurs de Facebook, un autre lot massif d’informations personnelles est mis...

L’expansion des réseaux sociaux au coeur de la géopolitique mondiale

Les réseaux sociaux constituent une sorte de nouvelle frontière dans le domaine de l'internet. Les entreprises privées multinationales (telles que Twitter, Facebook et d'autres)...