16/01/2018 – 07h20 Paris  (Breizh-info.com) – La CGT semble avoir définitivement abandonné les travailleurs français. Cela vient d’être confirmé par les propos de son secrétaire général, Philippe Martinez, qui a appelé lundi 15 janvier 2018 a accueillir « tous les migrants ».

« L’histoire de notre pays et le devoir de notre pays c’est d’accueillir des gens qui sont dans la souffrance, les accueillir tous, tous, et dans de bonnes conditions » a déclaré celui qui est à la tête d’un syndicat dont les adhérents réduiraient significativement.

Selon le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement), les migrants internationaux représentent 200 millions de personnes, soit 3% de la population mondiale. Si l’on suit les volontés de M. Martinez, cela représenterait presque 3 fois la population française .

Cette déclaration intervient alors que des associations – minoritaires comme nous l’avons expliqué – ainsi que des élus s’insurgent contre « le tri » qui serait fait entre migrants, entre réfugiés fuyant la guerre et migrants économiques, tous prétendants à s’installer en France, durablement.

Pourtant, dans le monde, une majorité des pays font « le tri », entre les personnes qu’ils souhaitent accueillir et celles dont ils ne veulent pas. Il n’existe pas une puissance mondiale qui ne fasse pas le tri dans son immigration. Ne pas faire le tri, en effet, revient tout simplement à ouvrir ses frontières en disant au monde entier qu’il peut venir s’y installer.

La volonté de la CGT d’abolir les frontières ne date pas d’aujourd’hui : Lors de son 3e congrès à Lille, en 1925, la CGTU révolutionnaire – liée au PC mais aussi à des courants syndicalistes révolutionnaires,considérait que les travailleurs immigrés constituaient « un facteur essentiel des possibilités de lutte et de réalisation ouvrières » et défendait donc une politique d’unification du prolétariat, qui passait notamment par une dénonciation virulente du colonialisme français : la centrale revendiquait ainsi l’abolition du code de l’Indigénat et, en octobre 1925, appelait à une journée de grève générale contre la guerre du Rif.

Récemment, le syndicat a démenti avoir, comme le prétendait le Canard Enchaîné, perdu un tiers de ses adhérents en un an. Un démenti qui n’a toujours pas été alimenté par des preuves. Il est vrai qu’en matière de transparence, la CGT est très mauvais élève, ce qui ne l’empêche pas de continuer à siéger à la table des négociations avec les gouvernements successifs.

Le ministère en charge du Travail a publié les résultats de la deuxième mesure d’audience des syndicats après l’entrée en vigueur des règles de la représentativité syndicale instituées par la loi du 20 août 2008. La première mesure avait eu lieu en 2013.

Les chiffres 2017 sont le résultat de l’agrégation des scores enregistrés par les organisations syndicales aux élections professionnelles sur la période 2013-2016. Cela représente au total plus de 5 millions de suffrages valablement exprimés.

Au niveau national et interprofessionnel, cinq organisations syndicales recueillent plus de 8% des suffrages :

  • la CFDT : 26,37% (26% en 2013)
  • la CGT : 24,85% (26,77% en 2013)
  • CGT-FO : 15,59% (15,94% en 2013)
  • la CFE-CGC : 10,67% (9,43% en 2013)
  • la CFTC : 9,49% (9,30% en 2013).

On est loin, très loin de la représentativité de l’ensemble des 28 millions d’actifs en France. Mais il est vrai qu’aujourd’hui, la CGT compte à sa tête un homme qui, délégué syndical depuis 1984 (âgé de 23 ans), a passé plus de temps de sa carrière en réunions syndicales que sur son lieu de travail. De quoi entrainer, diront les mauvaises langues, une certaine « déconnexion » avec le monde de l’entreprise et avec les aspirations des travailleurs français …

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

16 Commentaires

      • Il serait bon que la CGT soit solidaire des salariés et chômeurs Français, et non pas de réfugiés, pour la plupart économiques.
        La CGT, sur ce sujet, est la parfaite alliée du patronat, lequel est favorable à l’immigration, pour faire baisser les salaires.
        Avant de donner du travail et à manger aux réfugiés économiques, il faut en donner aux nôtres !
        Moi, je ne donne ce que j’ai en trop dans mon jardin, que quand j’ai d’abord pris ma part et celle de mes enfants…. pas vous !
        La CGT s’est déshonorée, quand elle n’a même pas défendu les femmes machinistes de la RATP face aux islamistes, c’est la honte !

    • La C.G.T. est payée par les travailleurs français..ainsi mes enfants ont leur salaire amputé par les  »aides » que notre gouvernement prélève sur leur paie..ces  »aides » sont données aux casseurs et fainéants de la C.G.T….

    • Et moi qui aime la Bretagne pour être une terre de tolerance j’espère que ce média n’a pas l’outrecuidance delà représenter honneur à la CGT pour ses valeurs de fraternité et d’humanité quelle bouffée d’oxygène

  1. L’histoire de notre Pays n’est pas de donner une partie de nos impôts à des antis-Français.Ce monsieur et son syndicat ne devraient pas toucher un centime de l’état.

  2. Aucun masque ne tombent la CGTsera toujours du côté de la solidarité humaine sans autre calcul vos propos n ont aucun sens Lapalus

  3. La C.G.T. préfère les musulmans  »étrangers » aux  »Français »..
    En effet,en 1962,les dockers cégétistes du port de Marseille jetaient,dans les eaux du port,les objets précieux que les  »Français » non-musulmans avaient arrachés des mains des égorgeurs du F.L.N…ces pauvres  »Français » non-musulmans avaient été chassés de leur pays natal et le F.L.N. les avait dépossédés des terres qu’ils avaient durement défrichées..ces terres sont retournées à l’état de friche à cause de la fainéantise des Algériens qui sont obligés d’importer les produits de première nécessité et qui font travailler des Chinois…en les payant avec les sous du pétrole..ce  »pétrole » et ce gaz découverts par les non-musulmans et mis en valeur par les  »Français » non-musulmans  »nés en Algérie »!

  4. Rien d’étonnant ! la CGT et son chef sont des communistes pur race, qui veulent imposer le marxisme ! Les Français, dans leur très grande majorité, n’en veulent pas (ou plus !), la seule manière de renforcer ses effectifs est de changer le peuple !!!

  5. « Les masques tombent » Ah bon ? Nul ne se doutait que la CGT est inféodée au pouvoir ? Au début, ne l’oubliez pas, elle était inféodée à l’URSS qui l’inondait de subventions occultes pour qu’elle garde la tête hors de l’eau. TOUTES nos institutions et tous les contre-pouvoirs en France sont contrôlés par des fonctionnaires : Parlement, Sénat, Justice, médias nationaux, jusqu’aux syndicats (d’Etat) que vous citez, qui n’existent que par nos cotisations prises de force dans nos impôts par les mêmes fonctionnaires, au détriment des vrais syndicats qui, eux, ne perçoivent aucune subvention et sont indépendants du pouvoir.

    Les syndicats étaient le dernier rempart institutionnel pour défendre la société civile et le travailleur. Nos fonctionnaires s’en sont emparés, comme tout le reste… Comme vous le soulignez, le patron de la CGT n’a jamais quitté son poste de délégué syndical depuis l’âge de 23 ans. Il n’a pas été élu par la masse des travailleurs mais en petit comité. Il est illégitime. C’est un fonctionnaire.

    Aujourd’hui, le quart des Français est fonctionnaire, la moitié de notre économie dépend de l’Etat ou de ses commandes, nos gouvernements sont une fourmilière de fonctionnaires vivant richement sur nos impôts. Là-dedans, pas un patron, pas un cadre d’une société indépendante de l’Etat.

  6. Bonjour,
    Juste une précision…. Il ne faut pas oublier que la quatrième et cinquième semaine de congés ont été gagné par un certain syndicat.

Comments are closed.