MAJ 15h30 : Françoise Verchère, ancien maire de Bouguenais, dirige le collectif d’élus anti-aéroport, le CéDPA :  « Je ressens un immense soulagement et un grand plaisir. Un mauvais projet est abandonné, je suis heu-reuse ! Et je crois que rien ne pourra gâcher mon plaisir ».

Par rapport au délai avant l’expulsion (au printemps) « je crois qu’on a un peu de temps pour proposer des choses. L’illégalité, les occupations, j’ai toujours connu ça comme maire et on gère les choses au quotidien(…)L’Etat a dit qu’il ne gardera pas les terres, il y a un gros boulot à faire sur le foncier ».

Sur la RD281 : « il va falloir qu’on la réouvre. Il y a des zadistes qui sont opposés mais ils vont rapidement se trouver isolés. Il n’y a plus de raison qu’elle soit bloquée, le projet est abandonné, on n’est plus sur la défensive ». 

Trois remarques du FN suite à la l’annulation du transfert vers NDDL :

La décision du Président de la République Emmanuel Macron et du gouvernement d’Edouard Philippe sur le projet d’aéroport de Notre Dame des Landes appelle 3 réflexions

-L’archaïsme du fonctionnement des institutions politiques et administratives, pratiquant l’opacité sur les contrats avec VINCI, incapables de prendre les décisions nécessaires dans des délais évitant les divisions et le blocage du développement de Nantes Atlantique depuis 10 ans, ainsi que du schéma des infrastructures de circulation autour de la Métropole Nantaise et cet aéroport.

-La tolérance inadmissible dont ont bénéficié des groupes ultra violents se disant Antifas, occupant des portions de la ZAD et saccageant régulièrement les centres villes de Nantes et de Rennes : leur évacuation et leur dissolution est un impératif de sécurité et de paix civile.

-L’erreur politique de la majorité de la droite et du centre de Bruno Retailleau puis de Christelle Morançais qui ont fait alliance avec le PS pour soutenir NDDL, puis ont fait voter pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle : ils ont été balayés aux législatives dans notre région et viennent de subir une réplique de ce tsunami avec la décision de ce jour. Ce n’est pas avec Emmanuel Macron que la droite LR rebâtira une majorité dans l’avenir, y compris en Pays de Loire aux prochaines élections régionales, mais avec la Droite nationale.

 

MAJ 13h30 :


en retard,  Edouard Philippe s’exprime

MAJ 13h15 : le 1er février 2017, Emmanuel Macron, alors candidat à l’élection présidentielle, se prononçait pour l’aéroport de  Notre-Dame des landes suite au référendum qui avait été organisé dans le département :

« Je l’assume. Je pense que, sur le fond, ce projet a été très mal emmanché. Il relève d’un modèle qui n’a sans doute plus cours aujourd’hui. Mais, sur ce sujet, vous ne pouvez pas décider que la voie démocratique n’a aucun sens. Si elle n’avait pas été purgée, j’aurais dit qu’on peut reprendre le sujet, le remettre à plat, parce que, en effet, moi je veux questionner les fondamentaux économiques et les principes. Mais il y a eu une consultation, dans un périmètre défini. Le peuple s’est exprimé, je suis pour respecter cette décision. »

C’est ce qu’on appelle un mensonge politique.

MAJ 13h05 : avant même l’annonce officielle d’Edouard Philippe, les premières réactions se font sur Internet :

« C’est officiel. C’est abandonné », a déclaré Philippe Grosvalet, président du Département de la Loire-Atlantique. « Par cette décision, il (Emmanuel Macron, ndlr) piétine les procédures et décisions de justice, il piétine nos collectivités locales, il piétine le vote des habitants. »

Victoire de la lutte de #nddl #ZAD merci à toutes celles et ceux qui ont mis leurs corps, leurs coeurs et leurs tripes en jeu depuis plus de 50 ans # ViveLaZad pic.twitter.com/FBKoSQ8wYi

17/01/2018 – 13h00 Notre-Dame des Landes (Breizh-info.com) – On croit connaitre désormais la décision du Gouvernement concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame des Landes : Le président du syndicat mixte aéroportuaire a ainsi annoncé l’abandon par le gouvernement du projet d’aéroport à Notre-DamedesLandes

Ce mercredi, à la sortie du conseil des ministres, Edouard Philippe devrait confirmer la chose.

Depuis mardi 16 janvier, plusieurs milliers de gendarmes et CRS sont par ailleurs mobilisés, à Rennes, à Nantes et entre les deux villes, dont 500 sur le secteur où se trouve la ZAD (Zone à Défendre) en vue d’une expulsion notamment des occupants illégaux, qui sont quasiment indépendants de facto depuis plusieurs années puisque l’Etat n’a pas le contrôle de ce territoire.

Expulsion qui, selon les dires du Gouvernement, aurait été effectuée quelle que fût la décision finale sur le projet d’aéroport.

« Nous ne sommes pas à l’abri d’un maintien de l’ordre violent, avec des manifestations telles qu’on a pu les connaître pendant la loi travail », expliquait David Michaux, secrétaire national CRS du syndicat UNSA-Police au journal Le Monde. Il est vrai que sur les réseaux sociaux et certaines pages tenues par l’extrême gauche, les appels aux blocages et à la violence se multiplient.

Avec cette annonce, ce sont 50 années de batailles, de rebondissements, de renoncements, de balbutiements juridiques, qui prennent fins. Et une victoire majeure pour les opposants au projet.

Notre-Dame-des-Landes : vers un tri sélectif des zadistes ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

16 Commentaires

  1. République démocratique ou anarchie !
    Si jamais l’État laisse les squatteurs prendre possession de toute la zone ou d’une partie de celle-ci, laquelle appartient aujourd’hui à la région et à l’état, c’est-à-dire, à nous tous, il sera donc possible à tous les citoyens de s’installer sur une zone appartenant au domaine public, d’en obtenir la propriété sans frais.
    Pour les autres, ceux déjà propriétaires, ils pourront alors ne plus payés d’impôts fonciers, demander même le remboursement de l’achat des terrains et des frais et taxes inhérentes.
    J’attends de voir les actions de nos dirigeants bobos parisiens pour faire rétablir l’ordre, la justice et l’égalité de traitement entre les citoyens.

    • Si vous trouvez une centaine de potes prêts à passer plusieurs années dans des fermes et des cabanes, tout en ponctuellement s’opposant aux gendarmes, je pense que, effectivement, vous pourrez vous approprier un lieu. Même privé si ça vous chante.
      Évidemment, à Saint-Émilion ou Deauville, ça sera peut-être un peu plus difficile.
      Les Zadistes ont GAGNÉS. Pas un salaire, pas des dividendes, pas des plus-values mais ils ont TRAVAILLÉ pour ça.
      Et si en réponse à ça, vous n’avez que le RSA, il faudra bien un jour réaliser qu’en comparaison de cette centaine de personnes vivant à la lisière d’une commune rurale qui n’a d’attractions que d’être proche de la 4 voies entre Nantes et Rennes, il y a des MILLIONS de bénéficiaires de RSA, logés (et chauffés) proches de tous services et commerces. Parmi lesquels quelques MILLIERS à CENTAINES DE MILLIERS qui ne savent même pas cultiver une pomme de terre, voir ne savent pas ce qu’est une pomme de terre en dehors d’un sachet de frites congelés.
      Alors si vous êtes révolté par les Zadistes de NDDL… Comment dire ? Vous avez un sens de l’analyse et des priorités étonnants.
      Et si, plus certainement, vous avez un intérêt personnel dans cette histoire, que ça vous serve de leçon : la République française se moque éperdument de ses citoyens. Il n’est jamais trop tard pour s’en rendre compte.

      • Je suis bien évidemment, contre les « zadistes », et le mode de vie qu’ils mènent, sur des terres qui ne leur appartiennent pas. Le vrai nom de ces personnes, c’est plutôt « squatteurs » !
        Les ouvriers, salariés, artisans, paysans, qui participent au bien commun, payent des charges, des loyers, des taxes et impôts, pour que les enfants naissent dans de bonnes conditions, soient soignés, instruits. Ils payent aussi pour avoir droit à la sécurité, la liberté de circuler, vivre, tout simplement !
        Une société sans règles ni lois, c’est une société en déconfiture, où seule la loi du plus fort règne, avec le chaos qui va avec. C’est peut-être votre société rêvée, mais ce n’est pas la mienne. Je souhaite de tout mon cœur, que jamais la Bretagne et la France ne soient dans cet état !
        Pour vous aider à approfondir votre « analyse », sachez que je n’ai jamais rien volé à personne et que le peu que je possède, je l’ai gagné en travaillant. C’est ainsi que les gens vivent, normalement, dans le respect des autres et donc des lois communes !
        Bien à vous !

        • La société Zadiste n’est pas ma société rêvée.
          Mais comprenez que votre société est aussi un rêve. Elle n’a jamais existé et s’il a jamais été proche de la réalité c’était il y une bonne trentaine d’années.
          Vous avez bien le droit de ne pas aimer les Zadistes mais si ces personnes se retrouvent en haut de votre liste personnelle de ceux qui vous irritent, vous êtes naïves. Il y a bien plus parasites et dangereux que les Zadistes. Qu’ils s’acquittent ou non d’impôts.

        • Madame, pas plus que vous je n’aime l’anarchie, mais je dois donner raison à An, il y a plus grave que des gens qui occupent tel ou tel endroit sans le bout de papier qui va bien, il y a surtout un Etat qui me rappelle un peu trop le mien, qui gouverne non pas à vue mais au bruit (« Oups! On a heurté quelque chose! Vite, un coup de barre euh à droi… non à gauche! ») et qui est incapable de la moindre vue à long ou moyen terme, incapable de prendre une décision ou de la faire respecter et surtout incapable, en vous citant, de faire en sorte que vos « enfants naissent dans de bonnes conditions, soient soignés, instruits » et oubliez le « droit à la sécurité, la liberté de circuler, vivre, tout simplement » Je ne pense pas que ce soit la société rêvée de An, mais c’est malheureusement votre société comme c’est la mienne en Algérie.
          Le côté bordelique des zadistes me dérange un peu, mais reconnaissons que sans eux ,cet aéroport digne des plans quinquennaux staliniens qui ont ruiné mon pays, serait déjà construit.
          Vraiment, Madame, il y a plus grave en France que des marginaux retranchés dans un village façon Asterix, s’ils arrivent à s’en sortir sans rien devoir à personne, tant mieux pour tout le monde! Je vous avoue que j’envie quiconque peut vivre en paix sans montrer ses papiers toutes les 5 minutes et sans se faire fouiller des pieds à la tête par un crétin déguisé en Robocop. Une semaine de zad me serait moins désagréable qu’une heure à Alger.

        • Je doute qu’il y ait un seul habitant à Saint-Aignan qui se soit installé sur la commune avant l’implantation de l’aéroport à Château-Bougon.
          Le trafic a certes explosé et nombre de résidents de longue date ne pouvait le prévoir.
          Mais tous ceux qui se sont installés sous le couloir aérien il y a moins de 20 ans sont des idiots.

    • Vous attendez trop de ces cloportes, madame. Je pense que le plus grave n’est pas que cet aéroport se fasse ou ne se fasse pas (je n’en voyais pas l’utilité mais c’est accessoire) mais plutôt qu’il a fallu 2 générations pour qu’une décision soit prise! Cela montre l’ampleur de la corruption et de la décadence des pouvoirs publics quand ils ne sont plus capables de protéger, soigner, éduquer, transporter, défendre, rassurer, informer les citoyens qui leur ont confié toutes ces tâches. Il est temps que Bretagne, Euzkadi et Corsica volent de leurs propres ailes et sauvent ce qui peut encore l’être.

  2. Ouf ! l’ AiraultPort prévu pour le CONCORDE il y a 50 Ans est enfin abandonné !
    Reste à  » dépolluer  » la zone et expulser les Clandestins et Jihadistes qui s ‘y cachent ….
    On attend que les forces de l ‘ordre fasse le ménage .
    Mais cette décision , c’ est l ‘exemple même du double discours de Macron : tout et son contraire .!

  3. Excellente affaire pour Emmanue Macron et son gouvernement : grâce à la pusillanimité des gouvernements précédents, leur décision de ne rien faire passe pour une marque de volonté et de fermeté. Et je trouve cocasse de voir les anciens notables de gauche et de droite s’obstiner à rouspéter contre l’abandon d’un projet qu’ils ont été incapables de réaliser quand ils étaient au pouvoir. Leurs criaillements stériles ne font que souligner une fois de plus leur nullité. Les macronistes pourront aisément dire : « vous voyez, quand on dit qu’on ne fera pas, on ne fait pas ! » Si Pierre Dac et Francis Blanche revenaient parmi nous, ils pourraient actualiser un sketch célèbre : « Bravo ! Il peut NE PAS le faire ! »

  4. Bretagne réunifiée..et un aéroport fret-passagers au centre de notre pays vers loudéac-pontivy..avec voies express (existante déjà ) à 1h00 de Nantes-Rennes-Brest..comme le suggérait le créateur de la brittany-ferry Alexis Gouvennec il y a qq années ! ..

  5. Monsieur Grosvallet parle au nom de tous les habitants de Loire-atlantique! De quel droit ?
    Le référendum a peu de valeur puisque tout n’avait pas été expliqué: aucune alternative n’avait été donnée; que les vendéens étaient exclus. Pourtant 45% ont dit non.
    Par ailleurs l’aéroport est pour les riches, ceux qui ont besoin d’aller rapidement à l’international. Et bien heureusement que des agriculteurs vont s’installer à 18 km de Nantes : bien pour se ravitailler en cas de grèves ou autres des transports.

    • Ce n’était pas un référendum mais une consultation ; un référendum a force de loi ce qui n’est pas le cas d’une consultation.Enfin ceux qui se plaignent du non-respect de la démocratie feraient mieux de se demander ce qu’ils ont fait lorsque le peuple a refusé le Traité de Lisbonne que Sarkozy a fait accepter, au mépris du référendum, par les députés !

  6. Nantes a voté à 86% Macron au second tour, qu’ils ne viennent pas se plaindre!
    Au-delà des arguments bons ou mauvais pour ou contre, le problème est que plus jamais ce gouvernement ne pourra imposer quelque décision énergique que ce soit….C’est Courage, fuyons!

  7. Cet acte montre bien que l’état ( et Macron en particulier) n’a rien à foutre du droit : on passe par dessus un référendum et on cautionne partout les hors droit ( ZADistes, , clandestins , zones de banlieues et autres ) ; nous sommes dans un système jacobin , de plus en plus centralisé ( on appelle maintenant les « régions » des « territoires » … ) et les bretons sont de plus en plus cons : maintenant il faudra aller à Paris pour prendre l’avion ( pas d’aéroport de taille internationale) mais c’est seulement à 1h30 de Rennes maintenant ; tiens si je veux faire ST MALO Nantes en train c’est plutôt 4 heures, étonnant , non ? La Bretagne préhistorique ça ne gène personne , Un aéroport digne de ce nom eut permis des transports rapides pour y aller , une vraie politique ferroviaire pour la Bretagne … et la marche vers l’autonomie … mais … en tout cas vive les corses qui ont l’air un peu plus dynamiques que nos compatriotes … Par ailleurs maintenant que les zadistes ont gagné je ne vois pas pourquoi on ne leur octroierait pas les terres conquises par eux ; ersatz d’une république libertaire bretonne ? Je vote pour .

    • Non, on ne passe pas par-dessus un référendum puisque le vote du 26 juin 2016 était une simple consultation, un simple avis. D’ailleurs, la construction d’un aéroport dépend de l’Etat. Faire trancher par les habitants d’un département une question d’ordre national, voilà qui aurait été vraiment antidémocratique !
      Non l’Etat ne cautionne pas les hors droit puisque il annonce leur expulsion (on verra bien au printemps ce qu’il en sera). Et sa décision de ne pas faire l’aéroport repose au moins officiellement sur un choix technique et pas sur la peur du zadiste.
      Non il ne faudra pas aller à Paris pour prendre l’avion, en tout cas pas plus qu’aujourd’hui car Nantes Atlantique est et restera un aéroport international. Rappelez-vous qu’il ne s’agissait pas de créer un nouvel aéroport mais seulement de transférer l’existant.
      Et oui, là vous avez raison, le problème en Bretagne est plutôt le transport ferroviaire.

Comments are closed.