« Le monde ou rien ». Le rap, musique la plus vendue en France en 2017

A LA UNE

Qui a dit que le rap était une musique ostracisée et n’ayant pas voix au chapitre ? Ce style musical initié par la communauté afro-américaine est de plus en plus écouté, notamment par les 15-25 ans. Les ventes d’albums du genre et les téléchargements ne se sont jamais aussi bien portés en 2017. Chiffres à l’appui.

Le rap gagne du terrain

L’année 2017 est ainsi marquée par une vraie domination du rap sur les autres styles musicaux. Pour s’en convaincre, il suffit de s’intéresser au classement des meilleures ventes d’albums de l’année qui vient de se terminer.

Un classement dans lequel, derrière l’irlandais Ed Sheeran, on retrouve le rappeur français Soprano en seconde position. Le marseillais a vendu quelques 400 000 opus. La troisième place revient au chanteur Vianney. Qui apparaît en fragile posture dans ce top puisqu’il est aussitôt succédé par Damso, rappeur belge congolais qui a écoulé 381 000 exemplaires en 2017. Un succès notamment dû à son titre Macarena, lointaine reprise du tube de Los del Rio plus de vingt ans après.

PNL, Niska et Orelsan

Un Damso à la suite duquel nous retrouvons Niska en cinquième position qui, plus que d’autres, a compris l’importance de se constituer des Réseaux. Ce qui lui a permis de vendre son album Commando à 336 000 unités.

La sixième place revient, quant à elle, au rappeur normand Orelsan. Son dernier opus La fête est finie a cumulé 333 034 ventes. Déjà Dans la légende, les deux frères du duo PNL viennent truster la septième position avec 318 000 exemplaires vendus.

Les temps changent

Autre signe de vitalité du rap, le dernier album de Booba a atteint les 180 000 ventes en six semaines. Sans oublier d’autres noms très prisés par la jeunesse bretonne et française, comme Lacrim avec ses 300 000 albums vendus en 2017 ou encore Jul, qui fait désormais partie des poids lourds de l’industrie du disque en France.

Sans oublier la montée en puissance de nouveaux noms, à l’instar du rappeur masqué Kekra ou de La Squale, passé de la street aux bancs du Cour Florent et aux studios de Radio nova.

Ainsi, le décès de Johnny Hallyday n’aura ralenti que pendant quelques semaines cette domination croissante du rap dans le paysage musical hexagonal. Un phénomène qui fait office de réel marqueur de l’évolution culturelle en cours dans notre société.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Arnaud Scherer)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pass Sanitaire : l’overdose !

A la Une ce soir, la prolongation du pass-sanitaire discutée à l’Assemblée Nationale. Mardi soir, les opposants à la...

Immigration. 67% des Français inquiets d’un « grand remplacement » de population

Un sondage qui pourrait faire l'effet d'une bombe. 67% des Français se disent en effet inquiets d'un « grand...

2 Commentaires

  1. Vous vous rendez-compte de ce que vous évrivez?
    La France est archaïque en matière de culture musicale qui ne concerne qu’une minorité douée et le reste est du caca dont émerge ici et là une création géniale qui ne concerne qu’une infime partie du Style. Comme le Rockn’roll qui, création originale et complexe n’est devenue aux oreilles des Masses ignares en musique, qu’une grosse caisse à taper fort.

  2. Qui a dit que le rap était une musique ostracisée et n’ayant pas voix au chapitre ? – …. ALORS – CETTE MUSIQUE APRES VOUS C PAS UN MUSIQUE …. C LA CACA-FONIE !!!!.., PERSONNE NE COMPRENDRE PAS QUEST-CE QUE CE..? MOI AUSSI !!! … ni poesie . ni poetique … ni lirique…!!! alors c un CACA-FONIE… GROS CAKA…MERCI !!!

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés