Silvia Schenker

Les initiatives de manquent pas pour tenter d’assimiler tant bien que mal les migrants extra-européens arrivés en nombre sur le continent. La dernière en date est attribuée à Silvia Schenker, membre du Parti socialiste suisse. Qui relance l’idée de l’éducation sexuelle pour les demandeurs d’asile.

Éducation sexuelle obligatoire

Qui est donc Silvia Schenker ? Cette ancienne vice-présidente du Parti socialiste suisse et par ailleurs membre du Conseil national compte dans le paysage politique helvétique. Et elle vient de refaire parler d’elle par l’intermédiaire de déclarations formulées dans un quotidien de son pays.

Le 19 février, elle a ainsi suggéré la mise en place d’une éducation sexuelle obligatoire pour les demandeurs d’asile. « Cela n’a aucun sens que les migrants soient informés par le canton sur l’élimination des déchets, mais pas sur la sexualité », a-t-elle affirmé. Une idée qu’elle va proposer au prochain Conseil national qui se tiendra au printemps.

Silvia Schenker s’est déjà exprimé sur le sujet par le passé. Lors des agressions sexuelles de Cologne à l’occasion de la Saint-Sylvestre il y a plus de deux ans désormais, elle avait déjà demandé des cours appropriés sur le «genre». « Les réfugiés doivent être préparés à la culture suisse, y compris sur la bonne façon de traiter les femmes occidentales ». Un vœu qui, si l’on en croît l’actualité en Allemagne comme en Suisse, est resté pieux puisque les affaires d’agressions sexuelles et de viols commis par des migrants se sont multipliées.

« Ignorance dramatique »

De leur côté, les autorités suisses voient les choses différemment. Parmi les arguments avancés en guise de refus face à la tenue de ces cours, il est évoqué le fait que le sexe est une affaire privée.

Le Canton du Valais est le seul des 26 cantons du pays à avoir proposé des cours d’éducation sexuelle aux demandeurs d’asile. Des cours qui ont révélé la grande ignorance de ces derniers en la matière. C’est ce que confie la conseillère sexuelle Jacqueline Fellay-Jordan. Celle-ci, alors qu’elle a administré cette éducation à des Afghans, des Syriens, des Iraniens ou encore des Érythréens à Sion, a révélé que « l’ignorance » de ses élèves était parfois « dramatique ».

Enceinte par la bouche ?

Les questions posées à Jacqueline Fellay-Jordan par ces migrants pourraient prêter à sourire si elles n’engendraient pas autant de risques potentiels. Pour la société suisse et plus largement européenne. « Pourquoi ai-je une érection le matin ? », « Le baiser peut-il mettre enceinte une femme ? », « Mes enfants naissent-ils handicapés quand je me masturbe ? », autant d’interrogations auxquelles la conseillère répond régulièrement.

Compte tenu de l’ampleur de la tâche, Silvia Schenker devrait peut être songer à une autre solution. Comme éduquer les femmes européennes aux traditions de ces nouveaux arrivants par exemple. De quoi mettre concrètement en pratique l’ouverture culturelle tant vantée.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/JungerRat)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine