Jeanne-Françoise Hutin assimile l’accueil des migrants au sacrifice d’Arnaud Beltrame

hutin

Jeanne-Françoise Hutin, présidente de la Maison de l’Europe de Rennes et de Haute Bretagne, assimile l’accueil des migrants au sacrifice d’Arnaud Beltrame dans un éditorial de la Maison de l’Europe, que nous vous proposons ci-dessous.

Intitulé « sur les Pas d’Arnaud Beltrame », voici ce que contient cet édito :

Juste avant la fête de Pâques, un homme s’est levé et a montré ce que chacun peut être dans ce monde difficile. Cet homme nous a montré par son geste fou ce qui est essentiel. Il n’a pas compté. Il n’a peut-être pas réfléchi à la portée de son acte : il a tout simplement agi par un réflexe que seul un homme peut avoir, un réflexe de don de soi ! Comme Angela Merkel, lorsqu’au creux de l’hiver, elle a appelé à accueillir les migrants qui erraient sur notre continent n’ayant rien de ce que tout un chacun a besoin pour vivre ! Elle a lancé cet appel dont on se souvient, sans avoir calculé son impact sur son avenir politique, ni même sur sa faisabilité concrète ! Qu’importe, elle a tout simplement appelé à ouvrir nos mains et nos portes pour accueillir ! Voilà deux messages reçus ces jours derniers : ne sont-ils pas une indication pour chacun de nous ? En effet au moment où nous constatons que tous ensemble, nous européens, sommes relativement frileux, ne faut-il pas que quelques-uns se détachent du peloton pour prendre une avance qui permettrait à ceux qui ne se sont pas encore élancés de voir l’efficacité du don et de l’ouverture des cœurs ? La France et l’Allemagne ont pris le départ. Ayons l’audace de les encourager !

hutin

Ainsi donc, le sacrifice d’Arnaud Beltrame, qui a remplacé dans la mort une employée du Super U de Trèbes face à un islamiste d’origine marocaine, Redouane Lakdim, serait comparable dans le fond avec l’accueil, « l’ouverture des coeurs » pour les migrants.

Madame Hutin fait semblant d’ignorer combien, parmi les terroristes islamistes qui ont frappé la France, sont issus de l’immigration, y compris très récente. Combien également, parmi eux, commettent actuellement des actes délictueux dans toute l’Europe de l’Ouest. Car elle le sait parfaitement, mais visiblement, l’aveuglement sur le sujet des migrants est à la hauteur de l’indécence concernant la récupération du geste d’Arnaud Beltrame.

Ces propos – émanant d’une farouche partisan non pas de l’Europe et de sa civilisation, mais des institutions actuelles de l’U.E. – confirment ce que disait récemment le Premier ministre hongroie Viktor Orban dans un discours à la nation hongroise :

« Bruxelles ne protège pas l’Europe, car Bruxelles souhaite soutenir et organiser la migration au lieu de l’arrêter. Bruxelles veut diluer, changer la population de l’Europe, en sacrifiant notre culture, notre mode de vie et tout ce qui nous distingue en tant qu’Européens des autres peuples du monde.

« Les nations et les peuples de l’Europe occidentale perdent petit à petit, pas à pas, leurs quartiers et leurs villes. Il est de fait que ceux qui n’arrêtent pas la migration à leurs frontières sont perdus. Ils se feront absorber lentement, mais sûrement. […] Les jeunes d’Europe occidentale connaîtront encore le jour où ils se retrouveront en minorité dans leur propre pays et perdront le seul endroit du monde où ils pouvaient se sentir chez eux.

« Nous devons lutter contre un réseau international structuré en empire. Contre des médias entretenus par des groupes étrangers et des oligarques de l’intérieur, contre des activistes professionnels stipendiés, contre des fauteurs de troubles organisateurs de manifestations, contre le réseau des ONG financées par les spéculateurs internationaux, englobé et incarné dans la personne de George Soros.

« Nous avons affaire à un adversaire qui est différent de nous. Il n’agit pas ouvertement, mais caché, il n’est pas droit, mais tortueux, il n’est pas honnête, mais sournois, il n’est pas national, mais international, il ne croit pas dans le travail, mais spécule avec l’argent, il n’a pas de patrie, parce qu’il croit que le monde entier est à lui. »

Deux chrétiens fervents, deux générations différentes, deux visions irréconciliables de l’Europe. Reste à savoir qui l’emportera.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !