NDDL. Reprise des expulsions dans la ZAD, 4 squats détruits

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Comme prévu, les expulsions ont repris au centre de la ZAD. La gendarmerie a annoncé viser quatre squats ce matin (la Châtaigne, la Vosgerie, Plui Plui, Lande de Rohanne), tous situés dans et autour du bois de Rohanne, et six demain. Des échauffourées ont opposé zadistes – moins nombreux que début avril – et gendarmes, sans empêcher la destruction de la plus grande partie des squats concernés. Une manifestation de zadistes est prévue ce soir 18 h à Nantes. En tout, 2000 gendarmes sont mobilisés pour cette seconde phase

Parmi les lieux qui ont été détruits, il y a le hameau de la Châtaigne, un lieu symbolique de la ZAD. Il avait été construit le 17 novembre 2012 lors d’une manifestation paysanne et zadiste. C’est son expulsion ratée et illégale, les 23 et 24 novembre 2012, qui avait définitivement enterrée l’opération César. Forteresse zadiste, son expulsion, bien que rendue légale par une décision judiciaire ultérieure, s’est avérée impossible. Jusqu’à ce que l’abandon de l’aéroport et les dissensions internes au sein des anti-aéroports ne finissent par plomber le soutien populaire aux zadistes. D’autant que les habitants de la Châtaigne n’avaient déposé aucun projet agricole. Ils ont été sept à en être expulsés.

Sont aussi concernés par l’expulsion d’autres squats dans et autour du Bois de Rohanne, notamment La Vosgerie, au sud, la Datcha, au nord-est, ou Plui-Plui, au nord. Les premiers mouvements de gendarmes ont eu lieu à 4 h du matin, et à 4h45, l’hélicoptère avait déjà mis en route sa caméra thermique pour survoler la ZAD et repérer les concentrations zadistes. A six heures, 120 fourgons, quatre blindés et 6 jeeps, pour plus d’un millier de policiers, étaient signalés par les zadistes « irréductibles ». A la même heure, la barricade du Liminbout (au nord) était allumée par les zadistes.

A 6h30 les gendarmes mobiles ont pris position autour des lieux à expulser. Des échauffourées ont éclaté à partir de 7h à la Châtaigne, profitant de l’occasion pour fouiller une caravane et les cabanes à détruire. Des affrontements ont aussi eu lieu sur le chemin de Suez dans la matinée – cependant la résistance était moindre car les zadistes étaient nettement moins nombreux qu’en avril. Selon Reporterre les gendarmes ont aussi expliqué aux zadistes ce matin que s’ils étaient attaqués, ils iraient faire des arrestations dans la ferme de Bellevue, plus à l’ouest. Dans l’après-midi, les engins de chantier , après avoir rebouché des tranchées creusées par les zadistes, commençaient la destruction de la Châtaigne, Plui-Plui et la Datcha. Les conducteurs travaillent cagoulés, pour éviter d’être la cible des représailles de l’extrême-gauche.

Par ailleurs, un zadiste jugé pour des violences sur un gendarme a été condamné aujourd’hui à un an ferme avec mandat de dépôt et six ans d’interdiction de Loire-Atlantique. Il avait déjà une mention à son casier. L’occasion pour la justice de marquer le coup et pour les zadistes de crier à la répression – même si la justice avait jusque-là été (trop ?) clémente à leur égard.

Les zadistes appellent à une manifestation à Nantes le 17 à 18h, dans d’autres villes à 19 h et à un grand rassemblement ce samedi, sur le même modèle que celui du 14 avril qui avait donné lieu à une après-midi d’émeutes et de saccages dans le centre-ville, du château à Gare Maritime en passant par les rues piétonnes et commerçantes.

A Poitiers enfin l’extrême-gauche a brulé une pelleteuse de l’entreprise Colas le 14 mai à 3h30 rue des Vieilles-Boucheries en soutien aux zadistes – mais six militants ont été interpellés peu après juste à côté ; ils étaient d’ailleurs en possession d’un feu tricolore volé. Ils avaient tagué à coté « Brûle la machine impériale ! Vive la ZAD » ; le préjudice est estimé à 150.000 € et s’ajoute au million d’euros de dégâts faits en représailles à l’expulsion de la ZAD dans la région nantaise.

Louis Moulin

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...