Amsterdam. Des migrants veulent squatter en force une résidence [Vidéo]

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

En Hollande, la ville d’Amsterdam n’est pas épargnée par la présence massive de migrants en situation illégale. Certains ont même tenté de forcer l’entrée d’une résidence habitée afin d’occuper les logements. La vidéo montrant un habitant s’opposer à cette intrusion est devenue virale ces jours-ci.

We Are Here

Depuis presque 4 ans, un groupe d’environ 60 immigrés clandestins erre dans les rues d’Amsterdam. Regroupés sous le nom de « We Are Here », ces individus refusent de se conformer à la procédure d’asile habituelle dans le pays. Toutefois, les migrants affirment qu’ils n’entendent pas quitter la Hollande de sitôt.

Entre temps, We Are Here a squatté plus de 30 bâtiments dans toute la ville. La dernière occupation a eu lieu en avril dernier, lorsque le groupe a squatté plusieurs bâtiments dans une rue d’Amsterdam-Est. Les bâtiments occupés étaient sur le point d’être démolis pour faire place à de nouvelles résidences sociales.

Peur des habitants

Du côté des habitants, les gens du quartier ont déclaré qu’ils avaient désormais peur de quitter leur maison. Effectivement, une maison située non loin de là a été fracturée par des migrants afin de la squatter. Les propriétaires avaient alors dû se disputer pendant quatre heures avec les occupants intempestifs avant que ceux-ci ne soient évacués.

Bien que le fait de squatter soit considéré comme une infraction pénale aux Pays-Bas, la Cour a accordé aux immigrants illégaux deux mois supplémentaires avant qu’ils ne soient obligés de quitter les bâtiments le 1er juin. Un certain laxisme qui rappelle étrangement la situation dans l’Hexagone.

La municipalité finance

Quant à la mairie d’Amsterdam, celle-ci est aux mains d’une coalition de gauche regroupant des Verts, des élus du Parti socialiste, des membres du Parti travailliste (PvdA) et du Parti progressiste libéral (D66).

Loin de durcir le ton face aux agissements des migrants et de leurs soutiens, la municipalité a décidé d’accorder à ces personnes en situation irrégulière des soins et des logements supplémentaires. Et ce, pour une durée garantie d’un an et demi minimum. Le tout pour la modique somme de 6 millions d’euros par an.

Résident agressé

Cependant, aussi incroyable que cela puisse paraître, le groupe We Are Here a déclaré qu’il n’acceptera pas l’offre de la municipalité, craignant de se retrouver pris au piège dans des centres de rétention.

Après avoir quitté les bâtiments squattés (et laissés en mauvais état) d’Amsterdam-Est le 4 juin dernier, les migrants ont jeté leur dévolu sur une autre résidence du centre d’Amsterdam. Mais, comme le montre la vidéo ci-dessous, le bâtiment en question est habité légalement par des Hollandais. L’un des résidents vient alors s’opposer au groupe tentant de forcer l’accès.

Aucune arrestation n’a eu lieu pour l’instant suite à cet incident. Quant à la classe politique néerlandaise, elle est, à de très rares exceptions, restée étrangement silencieuse sur ces agissements.

Crédit photo : Capture YouTube (©De Telegraaf)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

Royaume-Uni. Des centaines de clandestins ont traversé la Manche depuis la France ces derniers jours

En ce mois de juillet, les traversées de la Manche par des migrants clandestins vers le Royaume-Uni depuis la France ne connaissent pas de...

Amin et Ali, deux « prodiges de la République »

Le prodige Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté a lancé en décembre 2020, l'opération des « Prodiges de...

40 repuad o kampiñ e Roazhon

Partiet eo ! 40 repuad o deus savet ur seurt kêriadenn a deltennoù e park an Hautes-Ourmes e Roazhon d'ar meurzh 13 a viz gouere....

Migrants. « Guing’emploi et compétences », le retour !

Entre décembre 2019 et septembre 2020, un dispositif expérimental pour l’intégration de quatorze migrants baptisé "Guing'emploi et compétences" avait été mis en oeuvre dans...