Suède

En Suède, des gangs ont incendié plus de 100 voitures dans une nuit de violences dont la planification au préalable sur les réseaux sociaux ne fait que peu de doutes.

Attaques coordonnées

La nuit du 13 au 14 août a été un véritable cauchemar pour de nombreux propriétaires de véhicules en Suède. C’est principalement à Göteborg, la deuxième ville du pays, que les choses se sont passées. Et ce, dans une vingtaine d’endroits différents selon la police.

Des gangs de jeunes masqués ont ainsi coordonné les incendies d’une centaine de voitures par le biais des réseaux sociaux, à en croire les déclarations du Premier ministre Stefan Löfven qui a même parlé d’une « opération » quasi « militaire ». Une piste également avancée par la police. Les villes environnantes ont aussi été touchées par ces attaques. Par ailleurs, 13 autres véhicules ont pris feu à Stockholm et à Uppsala, et des voitures ont aussi brûlé à Malmö.

Impuissance politique ?

Stefan Löfven a vivement réagi à ces faits lors d’une interview sur une radio publique suédoise mardi 14 août au matin : « Je suis en colère. Ma question est : « qu’est-ce que vous êtes en train de faire ? » ». Avant d’ajouter : « Vous détruisez vos propres chances, vos parents et vos quartiers ». Pour rappel, le Premier ministre appartient au Parti social-démocrate.

Du côté de l’opposition, Ulf Kristersson, chef du parti conservateur des Modérés a estimé sur son compte Facebook que « la Suède tolère cela depuis trop longtemps. Cela doit cesser maintenant ».

People burn cars for fun🙈 This is the madness that goes on in Sweden! Please share & let the world see. No one is doing a sh*t!

Posted by Farzan Athari on 2018 m. Rugpjūtis 14 d., Antradienis

Des coupables et des arrestations

La police de Göteborg affirme avoir identifié certains des coupables et deux personnes (âgées de 16 et 21 ans) ont été arrêtées jusqu’à présent. « Nous avons déjà commencé à appeler les parents des jeunes qui y participaient », a déclaré Ulla Brehm, porte-parole de la police de Göteborg, à un autre média suédois.

De plus, Ulla Brehm n’a pas pu confirmer que cette vague d’incendies de voitures avait été orchestrée par l’intermédiaire des réseaux sociaux, mais a déclaré que « le fait qu’elle ait eu lieu dans autant d’endroits en même temps l’indique ».

Tous les témoins de ces scènes de violences urbaines ont décrit des auteurs portant des vêtements et des cagoules foncés.

Quartiers extra-européens

À Frölunda Torg, dans le sud-ouest de Göteborg, des jeunes ont brûlé des véhicules situés sur un parking d’hôpital. Dans ce même secteur, plusieurs fusillades meurtrières se sont déroulées au cours des deux dernières années. En cause, les gangs locaux se livrant une guerre pour le trafic de drogue à Göteborg.

Cette zone de Frölunda a même été considérée l’année dernière comme l’une des zones les plus violentes de la deuxième plus grande ville de Suède. Les deux individus arrêtés jusqu’à présent sont tous deux originaires de Frölunda. Par ailleurs, Kronogården, au nord de Göteborg, a vu près de 40 jeunes se réunir puis jeter des pierres et allumer des feux. Ce quartier est, lui aussi, en proie à la violence des gangs ethniques depuis plusieurs années.

Élections en Suède le 9 septembre

Cette nuit de violence survient à peine trois semaines avant que les électeurs suédois ne se rendent aux urnes dans le cadre des élections législatives du 9 septembre prochain. Ces incendies de voitures sont devenus une bien triste « tradition » pour les gangs dans les banlieues des grandes villes suédoises.

Des élections qui interviennent dans un contexte où l’immigration extra-européenne et les problèmes qu’elle engendre préoccupent de plus en plus les Suédois. Au point que les Démocrates de Suède (SD), appelés « Sverigedemokraterna » en suédois, connaissent une forte progression quant aux intentions de vote en leur faveur et sont passés en tête dans les intentions de vote au cours du mois de juin dernier. Cette formation politique s’est notamment faite connaître pour ses positions anti-immigration.

Ainsi, après l’Autriche et l’Italie, ces législatives en Suède vont être scrutées de près par les observateurs politiques européens.

Crédit photo : Flickr (CC BY 2.0/Jason Bolonski)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine