En dix ans, Le Télégramme a perdu 10 000 exemplaires

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Faire le point sur les ventes des quotidiens bretons revient à décrire l’agonie d’un « vieux monde » ; c’est ce qu’indiquent les chiffres de l’ACPM –OJD. Prenons le cas du Télégramme. Diffusion totale en 2017 : 207 964 exemplaires/jour. En 2017, on passe à 196 998. Soit une perte de 10 966 exemplaires. Pour nous en tenir aux deux dernières années, le recul est de 2 512 exemplaires/jour (199 510 en 2016 et 196 998 en 2017).

Création des années 2000, Le Télégramme dimanche affichait une diffusion totale en 2007 de 148 504 exemplaires pour atteindre un pic de 162 331 en 2014. Depuis un effritement régulier apparaît année après année : 161 485 en 2015, 161 180  en 2016, 160 171 en 2017.

Cette chute des ventes entraîne automatiquement une baisse des recettes. Cette dernière aggravée par la quasi-disparition des petites annonces et la désaffection de la publicité commerciale. Dans ces conditions, l’apport des collectivités territoriales (communes, intercommunalités, départements, région) devient précieux, que ce soit avec les annonces légales ou bien avec les publicités pour des événements. C’est ce que mettait en lumière Médiapart (25 novembre 2017) en constatant que « rien que depuis la rentrée, Brest Métropole et ses satellites se sont offert 160 publicités, annonces légales et suppléments spéciaux. S’ajoutent à cela les juteux contrats passés avec les filiales, le partenariat avec Rivacom (…), les opérations de communication confiées à Philéas, les sites créés par Yellow Cable, les images fournies par Tébéo… ».

Ne pouvant se permettre de cracher dans la soupe qui les nourrit, les dirigeants du Télégramme font preuve de beaucoup de complaisance à l’égard de François Cuillandre (PS), maire de Brest. Ce fut le cas, par exemple, à l’été 2016, à propos du marché passé entre Brest événements nautiques, organisateur des fêtes maritimes brestoises, et Rivacom, filiale du Télégramme. A part ça, tout va bien.

B. M.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...