Étiquette : le telegramme

La presse bretonne dans la Collaboration. Un livre de Georges Cadiou évoque l’Ouest Eclair et la Dépêche de Brest, ancêtres d’Ouest France et du Télégramme [Interview]

« Enfin, la France a un chef », exulte L’Ouest-Éclair du 1er novembre 1940, arborant dans sa « une» un portrait du maréchal Pétain. Le ton était le même pour l’autre grand quotidien breton de l’époque, La Dépêche de Brest, qui approuve aussi le régime de Vichy. Jusqu’à leurs derniers numéros, en juillet-août 1944, les deux journaux vont afficher leur

Bon à savoir. Le Télégramme, Présidentielle 2022, Maël de Calan, McKinsey…les bonnes notes de Bernard Morvan

Nous vous proposons une nouvelle rubrique, pas forcément régulière, dans laquelle Bernard Morvan vous relève quelques perles recueillies ici ou là dans la presse…ou ailleurs. Quand un journaliste du Télégramme interroge un candidat à l’élection présidentielle, on pourrait s’attendre à ce que quelques questions portent sur la Bretagne ; c’est ce que Philippe Créhange ne sait pas faire. S’il était journaliste

Bon à savoir. Pécresse, Louvrier, Cuillandre, Le Télégramme…les bonnes notes de Bernard Morvan

Nous vous proposons une nouvelle rubrique, pas forcément régulière, dans laquelle Bernard Morvan vous relève quelques perles recueillies ici ou là dans la presse…ou ailleurs. Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy ont un point commun : La Baule. Si la première y est propriétaire de deux villas sur le front de mer, le second y avait également ses habitudes, hébergé dans l’un

Immigration. Quand Le Télégramme et Tébéo jouent la complainte sur les « mineurs isolés étrangers »

Une toute petite minorité de militants d’extrême gauche manifestent fréquemment pour obtenir des « droits « pour des immigrés clandestins présents sur tout le territoire, et notamment en Bretagne. Une minorité soutenue activement par la presse régionale subventionnée, et ici en l’occurrence Le Télégramme et Tébéo, qui, dans ce reportage, jouent la complainte sur les « mineurs isolés étrangers ».

Hubert Coudurier vient au secours de Nicolas Sarkozy

Hubert Coudurier ferait un bon ministre de la Justice. Avec lui, les magistrats ne seraientplus embêtés par les affaires de corruption. Tandis que les voleurs de bicycklettes deviendraient une priorité. Le Système se porte bien. La solidarité y demeure la règle. On connaissait la force de l’entre-soi chez les élites que vient de nous rappeler la condamnation à trois ans

perrot

Fake News ou ignorance ? Quand Le Télégramme évoque « l’Abbé Perrot, exécuté en 1943 pour connivence avec l’ennemi »

On savait que Le Télégramme n’aimait pas franchement le nationalisme breton (il suffit de se souvenir du refus de Hubert Coudurier, directeur de l’information du quotidien, de publier l’annonce du décès de Yann Fouéré pour s’en rendre compte). De là à raconter des bobards, il n’y a qu’un pas que Benjamin Bréhon et Thomas Rozec viennent de franchir (par ignorance ?) concernant

Les ventes des quotidiens bretons continuent à reculer

On connaît le refrain : la presse est malade. Pas du coronavirus, mais de la chute des ventes. Ouest- France, Le Télégramme et Presse Océan n’échappent pas à ce déclin. Que disent les chiffres OJD 2019 ? Les ventes des quotidiens bretons continuent leur dégringolade. C’est ce que montrent les chiffres OJD 2019. Par rapport à 2018, en diffusion totale, Ouest-France

Au Télégramme, on espère un miracle

Rajeunir sa maquette, c’est bien. Mais offrir un contenu dynamique et percutant, c’est encore mieux. Surtout si l’on veut freiner, voire inverser l’érosion des ventes. Mais il n’est pas certain que la direction du Télégramme l’ait compris. Des chiffes sans appel « Les chiffres sont sans appel. Depuis janvier dernier, la diffusion payante du quotidien Le Télégramme accuse une baisse

Le Télégramme : Samuel Petit, élève doué, peut mieux faire

Le contenant c’est bien, mais le contenu c’est mieux ! Voilà ce que devrait retenir Samuel Petit, rédacteur en chef du Télégramme. Car sa nouvelle formule ne casse pas quatre pattes à un canard… Le lecteur reste sur sa faim. « L’effort a porté sur les contenus », explique le directeur de l’information Hubert Coudurier (Challenges, 31 octobre 2019). « Notre diffusion recule de

Bretagne. Le grand débat ne passionne pas la presse locale

Des comptes rendus des réunions organisées à l’occasion du « grand débat national », voilà qui serait passionnant. Ce serait également un bon moyen de dynamiser le contenu de Ouest–France et du Télégramme. Mais y a-t-il encore des journalistes de terrain ? Ouest–France et Le Télégramme pratiquent le service minimum À coup sûr, à propos du grand débat national, Ouest–France et Le Télégramme

Gilets jaunes. Le Monde fait mieux que Le Télégramme

Tout journaliste faisant preuve d’un peu de curiosité se doit de s’intéresser aux cahiers de doléance déposés dans les mairies. Pour Le Télégramme, l’affaire est facile à mener grâce aux journalistes installés dans les rédactions locales et au réseau de correspondants. Pourtant le résultat est maigre : une demi page en prenant en compte la caricature de Nono (Lundi 14 janvier

A quel jeu joue Le Télégramme ?

Le traitement par Le Télégramme de la crise des Gilets jaunes apparaît médiocre. Pourtant le quotidien de Morlaix a la réputation de privilégier la proximité – donc son lectorat existant et potentiel. Mais ce n’est pas la préoccupation première d’Hubert Coudurier : il préfère les généraux aux Gilets jaunes. A coup sûr, il existe plusieurs façons de traiter un sujet aussi

Le Télégramme : Philippe Créhange devrait se remuer

Richard Ferrand (LREM), député de Carhaix, présentement président de l’Assemblée nationale et ancien agent immobilier aux Mutuelles de Bretagne, n’a pas le sens de la répartie.  Jeudi 13septembre, alors qu’il visitait le SPACE  à Rennes, un journaliste du Télégramme lui fait remarquer qu’il a enregistré 99 voix de moins que son prédécesseur François de Rugy lors de son élection à

Le Télégramme : que fait donc Killian Tribouillard ?

Au Télégramme, on fait dans le confraternel. Pas un article, pas un écho, pas une ligne sur les problèmes internes que connaît le grand frère Ouest-France suite au projet de réorganisation des rédactions. Il est vrai que le quotidien de Chantepie prévoyant de baisser la voilure dans le Finistère – moins de journalistes – la direction du Télégramme (famille Coudurier)

En dix ans, Le Télégramme a perdu 10 000 exemplaires

Faire le point sur les ventes des quotidiens bretons revient à décrire l’agonie d’un « vieux monde » ; c’est ce qu’indiquent les chiffres de l’ACPM –OJD. Prenons le cas du Télégramme. Diffusion totale en 2017 : 207 964 exemplaires/jour. En 2017, on passe à 196 998. Soit une perte de 10 966 exemplaires. Pour nous en tenir aux deux dernières années, le recul est de 2 512

Les journalistes du Télégramme ont besoin de formation historique

Rédacteur en chef d’un quotidien est un métier difficile. Chaque jour, il faudrait avoir le temps de relire tous les articles avant parution afin d’éviter que des journalistes à la culture approximative tombent dans le piège des inexactitudes fâcheuses – forcément indignes de rédacteurs sortant d’une école de journalisme. Soyons en certain, si Samuel Petit, rédacteur en chef du Télégramme,

manipulation

Migrants, immigration. Il dénonce le manque de neutralité de la presse locale et régionale

08/01/2017 – 07h00 Morlaix  (Breizh-Info.com) – Un de nos lecteurs a réalisé une compilation d’articles de la presse locale et régionale évoquant la question des migrants et plus globalement de l’immigration et de ses conséquences, entre mars 2016 et décembre 2017. Une enquête qui interpelle. Nous vous proposons d’en retrouver les résultats ci-dessous, avec le commentaire adressé par l’auteur. Au

Le Télégramme Vivre ensemble

Le Télégramme admet-il que le vivre ensemble entraîne une escalade sécuritaire ? [Tribune libre]

07/08/2017 – 08h35 Lorient (Breizh-Info.com) – Suite à un court article du Télégramme, un lecteur nous a communiqué sa réflexion sur ce qu’il considère comme un « acte manqué », un aveu du Télégramme que le « vivre ensemble » entraîne nécessairement des problématiques graves de sécurité. Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média

Les quotidiens bretons meurent à petit feu

24/07/2017 – 08H15 Rennes (Breizh-info.com) – Inexorablement, les ventes des quotidiens bretons poursuivent leur chute. C’est ce que montrent les chiffres de l’Office de justification de la diffusion pour 2016. Par pure charité chrétienne, nous nous limiterons à la période 2012 – 2016 pour ne pas noircir le tableau et nous prenons en compte les chiffres les plus favorables aux

Bonnets rouges

Bonnets rouges. Quand Le Télégramme brasse de l’air

Le mouvement des Bonnets rouges aura visiblement marqué l’histoire politique bretonne des années 2010. Et fait toujours parler à l’heure actuelle. Ce qui n’était qu’une colère du monde agricole contre l’Ecotaxe à l’été 2013 deviendra dans les mois suivants un étrange conglomérat de revendications hétéroclites. La particularité de cette dynamique était alors son caractère populaire (30 000 personnes présentes lors du

La presse bretonne dans la Collaboration. Un livre de Georges Cadiou évoque l’Ouest Eclair et la Dépêche de Brest, ancêtres d’Ouest France et du Télégramme [Interview]

« Enfin, la France a un chef », exulte L’Ouest-Éclair du 1er novembre 1940, arborant dans sa « une» un portrait du maréchal Pétain. Le ton était le même pour l’autre grand quotidien breton de l’époque, La Dépêche de Brest, qui approuve aussi le régime de Vichy. Jusqu’à leurs derniers numéros, en juillet-août 1944, les deux journaux vont afficher leur

Bon à savoir. Le Télégramme, Présidentielle 2022, Maël de Calan, McKinsey…les bonnes notes de Bernard Morvan

Nous vous proposons une nouvelle rubrique, pas forcément régulière, dans laquelle Bernard Morvan vous relève quelques perles recueillies ici ou là dans la presse…ou ailleurs. Quand un journaliste du Télégramme interroge un candidat à l’élection présidentielle, on pourrait s’attendre à ce que quelques questions portent sur la Bretagne ; c’est ce que Philippe Créhange ne sait pas faire. S’il était journaliste

Bon à savoir. Pécresse, Louvrier, Cuillandre, Le Télégramme…les bonnes notes de Bernard Morvan

Nous vous proposons une nouvelle rubrique, pas forcément régulière, dans laquelle Bernard Morvan vous relève quelques perles recueillies ici ou là dans la presse…ou ailleurs. Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy ont un point commun : La Baule. Si la première y est propriétaire de deux villas sur le front de mer, le second y avait également ses habitudes, hébergé dans l’un

Immigration. Quand Le Télégramme et Tébéo jouent la complainte sur les « mineurs isolés étrangers »

Une toute petite minorité de militants d’extrême gauche manifestent fréquemment pour obtenir des « droits « pour des immigrés clandestins présents sur tout le territoire, et notamment en Bretagne. Une minorité soutenue activement par la presse régionale subventionnée, et ici en l’occurrence Le Télégramme et Tébéo, qui, dans ce reportage, jouent la complainte sur les « mineurs isolés étrangers ».

Hubert Coudurier vient au secours de Nicolas Sarkozy

Hubert Coudurier ferait un bon ministre de la Justice. Avec lui, les magistrats ne seraientplus embêtés par les affaires de corruption. Tandis que les voleurs de bicycklettes deviendraient une priorité. Le Système se porte bien. La solidarité y demeure la règle. On connaissait la force de l’entre-soi chez les élites que vient de nous rappeler la condamnation à trois ans

perrot

Fake News ou ignorance ? Quand Le Télégramme évoque « l’Abbé Perrot, exécuté en 1943 pour connivence avec l’ennemi »

On savait que Le Télégramme n’aimait pas franchement le nationalisme breton (il suffit de se souvenir du refus de Hubert Coudurier, directeur de l’information du quotidien, de publier l’annonce du décès de Yann Fouéré pour s’en rendre compte). De là à raconter des bobards, il n’y a qu’un pas que Benjamin Bréhon et Thomas Rozec viennent de franchir (par ignorance ?) concernant

Les ventes des quotidiens bretons continuent à reculer

On connaît le refrain : la presse est malade. Pas du coronavirus, mais de la chute des ventes. Ouest- France, Le Télégramme et Presse Océan n’échappent pas à ce déclin. Que disent les chiffres OJD 2019 ? Les ventes des quotidiens bretons continuent leur dégringolade. C’est ce que montrent les chiffres OJD 2019. Par rapport à 2018, en diffusion totale, Ouest-France

Au Télégramme, on espère un miracle

Rajeunir sa maquette, c’est bien. Mais offrir un contenu dynamique et percutant, c’est encore mieux. Surtout si l’on veut freiner, voire inverser l’érosion des ventes. Mais il n’est pas certain que la direction du Télégramme l’ait compris. Des chiffes sans appel « Les chiffres sont sans appel. Depuis janvier dernier, la diffusion payante du quotidien Le Télégramme accuse une baisse

Le Télégramme : Samuel Petit, élève doué, peut mieux faire

Le contenant c’est bien, mais le contenu c’est mieux ! Voilà ce que devrait retenir Samuel Petit, rédacteur en chef du Télégramme. Car sa nouvelle formule ne casse pas quatre pattes à un canard… Le lecteur reste sur sa faim. « L’effort a porté sur les contenus », explique le directeur de l’information Hubert Coudurier (Challenges, 31 octobre 2019). « Notre diffusion recule de

Bretagne. Le grand débat ne passionne pas la presse locale

Des comptes rendus des réunions organisées à l’occasion du « grand débat national », voilà qui serait passionnant. Ce serait également un bon moyen de dynamiser le contenu de Ouest–France et du Télégramme. Mais y a-t-il encore des journalistes de terrain ? Ouest–France et Le Télégramme pratiquent le service minimum À coup sûr, à propos du grand débat national, Ouest–France et Le Télégramme

Gilets jaunes. Le Monde fait mieux que Le Télégramme

Tout journaliste faisant preuve d’un peu de curiosité se doit de s’intéresser aux cahiers de doléance déposés dans les mairies. Pour Le Télégramme, l’affaire est facile à mener grâce aux journalistes installés dans les rédactions locales et au réseau de correspondants. Pourtant le résultat est maigre : une demi page en prenant en compte la caricature de Nono (Lundi 14 janvier

A quel jeu joue Le Télégramme ?

Le traitement par Le Télégramme de la crise des Gilets jaunes apparaît médiocre. Pourtant le quotidien de Morlaix a la réputation de privilégier la proximité – donc son lectorat existant et potentiel. Mais ce n’est pas la préoccupation première d’Hubert Coudurier : il préfère les généraux aux Gilets jaunes. A coup sûr, il existe plusieurs façons de traiter un sujet aussi

Le Télégramme : Philippe Créhange devrait se remuer

Richard Ferrand (LREM), député de Carhaix, présentement président de l’Assemblée nationale et ancien agent immobilier aux Mutuelles de Bretagne, n’a pas le sens de la répartie.  Jeudi 13septembre, alors qu’il visitait le SPACE  à Rennes, un journaliste du Télégramme lui fait remarquer qu’il a enregistré 99 voix de moins que son prédécesseur François de Rugy lors de son élection à

Le Télégramme : que fait donc Killian Tribouillard ?

Au Télégramme, on fait dans le confraternel. Pas un article, pas un écho, pas une ligne sur les problèmes internes que connaît le grand frère Ouest-France suite au projet de réorganisation des rédactions. Il est vrai que le quotidien de Chantepie prévoyant de baisser la voilure dans le Finistère – moins de journalistes – la direction du Télégramme (famille Coudurier)

En dix ans, Le Télégramme a perdu 10 000 exemplaires

Faire le point sur les ventes des quotidiens bretons revient à décrire l’agonie d’un « vieux monde » ; c’est ce qu’indiquent les chiffres de l’ACPM –OJD. Prenons le cas du Télégramme. Diffusion totale en 2017 : 207 964 exemplaires/jour. En 2017, on passe à 196 998. Soit une perte de 10 966 exemplaires. Pour nous en tenir aux deux dernières années, le recul est de 2 512

Les journalistes du Télégramme ont besoin de formation historique

Rédacteur en chef d’un quotidien est un métier difficile. Chaque jour, il faudrait avoir le temps de relire tous les articles avant parution afin d’éviter que des journalistes à la culture approximative tombent dans le piège des inexactitudes fâcheuses – forcément indignes de rédacteurs sortant d’une école de journalisme. Soyons en certain, si Samuel Petit, rédacteur en chef du Télégramme,

manipulation

Migrants, immigration. Il dénonce le manque de neutralité de la presse locale et régionale

08/01/2017 – 07h00 Morlaix  (Breizh-Info.com) – Un de nos lecteurs a réalisé une compilation d’articles de la presse locale et régionale évoquant la question des migrants et plus globalement de l’immigration et de ses conséquences, entre mars 2016 et décembre 2017. Une enquête qui interpelle. Nous vous proposons d’en retrouver les résultats ci-dessous, avec le commentaire adressé par l’auteur. Au

Le Télégramme Vivre ensemble

Le Télégramme admet-il que le vivre ensemble entraîne une escalade sécuritaire ? [Tribune libre]

07/08/2017 – 08h35 Lorient (Breizh-Info.com) – Suite à un court article du Télégramme, un lecteur nous a communiqué sa réflexion sur ce qu’il considère comme un « acte manqué », un aveu du Télégramme que le « vivre ensemble » entraîne nécessairement des problématiques graves de sécurité. Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média

Les quotidiens bretons meurent à petit feu

24/07/2017 – 08H15 Rennes (Breizh-info.com) – Inexorablement, les ventes des quotidiens bretons poursuivent leur chute. C’est ce que montrent les chiffres de l’Office de justification de la diffusion pour 2016. Par pure charité chrétienne, nous nous limiterons à la période 2012 – 2016 pour ne pas noircir le tableau et nous prenons en compte les chiffres les plus favorables aux

Bonnets rouges

Bonnets rouges. Quand Le Télégramme brasse de l’air

Le mouvement des Bonnets rouges aura visiblement marqué l’histoire politique bretonne des années 2010. Et fait toujours parler à l’heure actuelle. Ce qui n’était qu’une colère du monde agricole contre l’Ecotaxe à l’été 2013 deviendra dans les mois suivants un étrange conglomérat de revendications hétéroclites. La particularité de cette dynamique était alors son caractère populaire (30 000 personnes présentes lors du

À LA UNE

Jean-Paul Brighelli : « L'École fabrique une masse énorme de consommateurs semi-illettrés »
A la découverte des Saints Bretons. Le 13 août c’est la St Riowen
La vidéoscopie de la semaine (Stéphane Edouard). « Il s’est stérilisé. A priori, ça n’était pas indispensable »
Nouvelle-Zélande. Une pétition pour changer le nom du pays afin de « gommer le traumatisme de la colonisation »

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !