Hubert Coudurier vient au secours de Nicolas Sarkozy

A LA UNE

Hubert Coudurier ferait un bon ministre de la Justice. Avec lui, les magistrats ne seraientplus embêtés par les affaires de corruption. Tandis que les voleurs de bicycklettes deviendraient une priorité.

Le Système se porte bien. La solidarité y demeure la règle. On connaissait la force de l’entre-soi chez les élites que vient de nous rappeler la condamnation à trois ans d’emprisonnement, dont un ferme, de Nicolas Sarkozy pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite « des écoutes ».

« Les copains et les coquins »

Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, apporte sa pierre à cette forme de « mutualisme » dans un « édito » que ne désavoueraient pas les avocats de Sarkozy (Le Télégramme, mardi 2 mars 2021). Autrefois, Michel Poniatowski (copain de Valéry Giscard d’Estaing et ministre) avait eu cette belle formule pour résumer ce petit monde : « les copains et les coquins ». « La sentence a été accueillie, et pas seulement à droite, par un concert d’indignations, sur cette politisation extrême de la justice. Il faut dire que le Parquet national financier (PNF), créé par François Hollande pour casser la droite – objectif atteint avec François Fillon – a déployé de grands moyens. Lesquels auraient été mieux utilisés contre la petite délinquance dont les Français sont victimes », écrit-il. D’abord le « directeur de l’information » est mal informé : en effet la condamnation de Nicolas Sarkozy n’est pas l’œuvre du Parquet national financier mais du tribunal correctionnel de Paris (32e chambre) ; Coudurier se trompe de cible. Ensuite ce dernier se rend coupable du délit de « discrimination » ; en effet, à le lire, la justice se doit de poursuivre la « petite délinquance », mais d’éviter la « politisation extrême », c’est-à-dire de se montrer indulgente avec les puissants, ceux qui se croient intouchables. Effectivement, c’était la règle autrefois, mais depuis la condamnation de Jacques Chirac dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris, il semble que ce soit moins vrai.

On peut rappeler à Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, l’article 64 de la Constitution : « Le président de la République est garant de l’indépendance judiciaire ». Montesquieu développait également le principe de la séparation des pouvoirs, ce que Coudurier n’a pas oublié… Mais l’important pour lui est d’avoir montré à ses amis parisiens qu’il est bien des leurs ; on peut compter sur lui lorsque l’un des membres de la « confrérie » se trouve en difficulté !

Une consolation : le tribunal correctionnel a précisé que la partie d’emprisonnement ferme –un an – serait aménagée sous le régime du bracelet électronique. Ce qui ne devrait pas déranger Nicolas Sarkozy puisqu’il est déjà habitué à utiliser des talonnettes…

Bernard Morvan

Crédit photo : World economic forum/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Nouvelle Vague #9 avec Jean-Yves Le Gallou et Daniel Conversano

Ce mardi 19 octobre à 20h, Nicolas Faure reçoit Jean-Yves Le Gallou et Daniel Conversano. Une émission en direct...

Philadelphie (USA). Une femme violée par un homme noir de 35 ans dans un train, personne ne réagit

La police du comté de Delaware a arrêté un suspect lié à un viol qui se serait produit dans...

3 Commentaires

  1. Vous vous trompez vous-même de cible. M. Coudurier n’ignore sûrement pas que c’est le tribunal qui condamne, et non le parquet. Ce qu’il écrit signifie seulement qu’il n’y aurait pas eu de condamnation si le PNF n’avait consacré autant de moyens à l’enquête (y compris des moyens très douteux, en plus). Il ne dit pas qu’il faut condamner les petits et pas les puissants, il prône seulement une meilleure administration de la justice. Le PNF a dépensé des années de travail de magistrats et d’enquêteurs pour aboutir à une condamnation à trois ans de prison dont deux avec sursis. Si la même quantité de travail avait été consacrée à la délinquance ordinaire, il est hautement probable que des dizaines ou des centaines d’affaires auraient été résolues, au soulagement d’un très grand nombre de victimes. Oui, mais voilà : avec le PNF, l’enquête vise un ancien président de la République ! C’est précisément là qu’il y a discrimination. Sarkozy est un « client » envers lequel la justice a montré bien plus d’acharnement qu’envers un citoyen lambda.

  2. A lire : Regis de Castelnau, Une justice politique (l’Artilleur 2021).
    Le dévoiement des juges et l’entrisme des médias « grands chemins  » concernant les scrutins électoraux.
    Cordialement.

  3. Sarkosy qui se croyait au dessus des lois a été condamné pour l ensemble de son oeuvre notamment la dénonciation de Fillon en sous main !
    La justice est passé et ce n est pas fini !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés