MAJ : dans une vidéo visant Breizh-info, plusieurs personnes démentes les propos du chauffeur de la TAN – qui souhaite garder son anonymat, ce qui engage également sa crédibilité au final eu égard des contre-témoignages – et n’auraient entendu aucun coup de feu début août derrière le dépôt. 

Faut-il réunir la Loire-Atlantique à la Bretagne ? Ou commencer par le commencement, et essayer déjà de réunir le quartier multiethnique du Breil-Malville à la Loire-Atlantique ? Trois mois après les émeutes de juillet, lancées par la mort d’un délinquant chevronné au Breil-Malville qui avait refusé de s’arrêter à un contrôle routier, les CRS ont fini par reprendre pied mi-septembre, difficilement – des échauffourées ont eu lieu la semaine dernière, avec encore un refus d’obtempérer lié à un contrôle routier. Mais ils ne sont pas les bienvenus, même si l’omerta politique règne.

Se faire un CRS « pour venger leur copain Aboubakar »

« On n’est clairement pas les bienvenus », nous expliquent les CRS qui y patrouillent. « On y va, on se fait caillasser, même si les projectiles n’atteignent pas toujours le camion ils nous font bien comprendre qu’ils ne sont pas contents de nous voir ». Un policier sur Nantes confirme : « Pour les CRS, c’est chaud, les délinquants du Breil ont fait comprendre à plusieurs reprises qu’ils voulaient s’en faire au moins un, en tuer un pour venger leur copain Aboubakar ». Bien qu’il n’était pas originaire du quartier, mais en réalité d’Ile-de-France.

« ça tire régulièrement – des jeunes délinquants qui essaient leurs armes. »

Un chauffeur de la TAN qui circule souvent aux abords du quartier indique aussi que « ça reste chaud. Mes clients disent que ça tire régulièrement – des jeunes délinquants qui essaient leurs armes. Du reste, ça arrive aussi ailleurs. Début août, juste à côté du dépôt au Sillon, on a entendu 8 ou 9 coups de feu à suivre, en plein après-midi ». Comme pour les règlements de comptes entre gangs des quartiers nantais, les autorités préfèrent regarder ailleurs, et ce depuis plus de deux ans.

Du reste, il n’y a pas qu’au Breil que ça chauffe. Dans le quartier multiethnique voisin des Dervallières, l’interpellation d’un conducteur de scooter en train de faire du rodéo ce 30 septembre vers 19h15 a dégénéré : la patrouille de police a été copieusement insultée et caillassée, les CRS arrivés en renfort aussi. Les policiers ont du tirer des grenades lacrymogènes et avec les LBD (lanceurs de balles de défense) pour se dégager. L’un d’eux a été blessé et un véhicule de CRS dégradé par les projectiles. Le scooter a été finalement confisqué.

Louis Moulin

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine