Nantes. Émeute au Breil-Malville après une interpellation : deux véhicules brûlés

A LA UNE

L’interpellation ce mercredi 24 octobre, vers 17 heures, d’un mineur de 17 ans qui circulait sur un scooter signalé volé dans le quartier multiethnique du Breil-Malville, épicentre des émeutes de juillet dernier, a déclenché une nouvelle émeute. Deux policiers ont été caillassés. Le conducteur du scooter était déjà défavorablement connu de la police.

Le Breil-Malville, une « no go zone » ?

Depuis que les CRS ont repris pied au Breil mi-septembre d’où ils ont été chassés par les pressions conjuguées des élus et des dealers, échauffourées – généralement suite à des interpellations pour rodéos – et caillassages de la police se succèdent dans cette « no go zone » de Nantes. Cette fois, c’est un jeune de 17 ans qui a été interpellé après avoir circulé sur un deux-roues signalé volé. Le temps que la police intervienne, plusieurs dizaines de jeunes délinquants se sont rassemblées et ont caillassé les forces de l’ordre.

Pendant les échauffourées, une voiture, un scooter et des poubelles ont été brûlés au milieu de la rue Jacques Feyder, déjà en très mauvais état suite aux émeutes du mois de juillet. Le calme n’est revenu vers 21 heures qu’après l’intervention de gros renforts policiers et de la brigade canine. Proche de l’extrême-gauche communautariste, l’association Breil Jeunesse Solidarité a fait courir le bruit qu’un jeune du quartier aurait été attaqué par un chien de la brigade canine, ce qui n’aura pas – on s’en doute – contribué à calmer les esprits.

L.M.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

Articles liés