Prisons. Avec FO pénitentiaire majoritaire, ça risque d’être dur pour Nicole Belloubet

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

La victoire de FO aux élections professionnelles risque fort de relancer le conflit entre les agents de l’administration pénitentiaire et le gouvernement. La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a du souci à se faire.

Début février, après un conflit syndical historiquement très dur entre les agents pénitentiaires et le ministère de la Justice, l’UFAP, syndicat majoritaire depuis 26 ans, avait décidé de signer les propositions de Nicole Belloubet et de sortir du conflit plutôt que de le continuer comme le souhaitait FO.

Dans nos colonnes, le délégué adjoint inter-régional UFAP-Pénitentiaire pour la DISP Rennes expliquait qu’il « valait mieux signer que de sortir la queue basse du conflit ». Mais aux dernières élections syndicales, c’est FO qui est devenu majoritaire. Le syndicat affiche sa détermination pour repartir sur une confrontation dure si le ministre refuse ses demandes.

Majoritaire chez les surveillants depuis le 6 décembre dernier, FO a sollicité une audience auprès de Nicole Belloubet, sévèrement malmenée l’hiver dernier par la fronde sans précédent des agents pénitentiaires, et qui avait cependant fait la sourde oreille à la plupart des demandes émises par les agents sur le terrain.

Madame Belloubet va devoir négocier avec FO pénitentiaire : ça promet d’être serré… Guillaume Paumier (user:guillom)/Wikimedia (cc)

« Si Mme Belloubet ne veut pas céder, on repart en action. »

« On a gagné à Nantes aussi, deux scrutins sur quatre et un match nul », nous explique William Cozic, délégué FO-Pénitentiaire à Nantes. « L’UFAP a payé car ils ont signé. Du coup on reprend la plateforme de revendications de l’hiver dernier et si Mme Belloubet ne veut pas céder, on repart en action. Pour l’heure, on est un peu en attente. On va voir si le gouvernement cède, même si des collègues ont été refroidis par la perte de trentièmes de leurs salaires en janvier et quelques mises à pied qui commencent à tomber – entre cinq et dix jours à chaque fois ».

Le syndicat dénonce un manque constant de postes. « Une calamité » à Nantes. « Il y a des collègues qui ont fait jusqu’à 500 heures supplémentaires dans l’année, ils ont bossé 15 mois au lieu de 12. En journée il y a au moins quatre postes qui ne sont pas couverts, depuis mi-juillet tout explose ». La pénitentiaire est une administration, et souffre aussi « du discours qui casse les administrations depuis des années et passe comme une lettre à la poste : les politiques montent les salariés du privé contre les fonctionnaires, et pendant ce temps là depuis 2010 on n’a pas eu d’augmentation sauf deux fois 0.6% sous Hollande. On en a marre de nous faire casser ».

Les prisons souffrent aussi de la lenteur de l’État à prendre en compte les problématiques et des privatisations partielles via les PPP. Ainsi, pour lutter contre les projections de drogue et d’armes par-dessus les murs – un fléau à la maison d’arrêt de Nantes comme ailleurs – des filets devraient être installés. « Il y a un devis à 800.000 €, qui a de grandes chances d’être multiplié par trois grâce à la gestion en PPP, et on ne les aura que fin 2021 au mieux. Y en a assez ».

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tour d’Italie (cyclisme). Caleb Ewan remporte la 5e étape du Giro 2021

La 5ème étape du Giro 2021 semblait réservée aux sprinteurs, c'est ce qui s'est passé. En conclusion, après une...

Argent public et immigration. Gilles Pennelle dénonce les manoeuvres de la Région Bretagne

Conseiller régional de Bretagne, Gilles Pennelle a dénoncé dans un communiqué une nouvelle subvention de la région Bretagne à...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Bénéficiant d’une libération anticipée en raison du Covid-19, l’homme viole une adolescente

En mars 2020, la ministre de la Justice Nicole Belloubet décidait de faire libérer des milliers de détenus en raison de la potentielle propagation...

Coronavirus. 5 000 détenus bientôt libérés par Nicole Belloubet ?

Tandis que le coronavirus continue de se propager en France, la ministre de la Justice Nicole Belloubet veut libérer quelques 5 000 détenus en...

Rennes. La maison d’arrêt est-elle une passoire ?

Le syndicat FO Pénitentiaire de la maison d’arrêt de Rennes-Vezin dénonce, dans une longue lettre ouverte, l’état de la maison d’arrêt de Rennes, dangereux...

Nantes. Un détenu malien agresse violemment deux surveillants

Encore une agression de surveillant pénitentiaire, cette fois au centre de détention de Nantes. Un détenu malien âgé de 41 ans, qui y purge...